Henri Shée

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Henri Shée de Lignières)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Henri Shée
Fonctions
Pair de France
Membre du Sénat conservateur
Titre de noblesse
Comte
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 81 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Autres informations
Distinction

Henri Shée de Lignières (né à Landrecies le , comte depuis 1810, mort à Paris le ) est un homme politique français sous la Révolution, le premier Empire et la Restauration.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il naît le à Landrecies dans une noble famille irlandaise. Son père était William O'Shee, capitaine de la cavalerie (1707-1789 ). Il entre très jeune dans l'infanterie des armées du roi.

Puis, à l'époque de la Révolution, il passe dans la cavalerie. Il fait comme officier d'état-major la campagne du Nord. Colonel en 1791, il demande sa mise à la retraite pour raison de santé et vit alors fort retiré jusqu'à l'époque du Directoire.

En 21 mars 1797, Hoche le nomme président de la commission intermédiaire pour les pays conquis entre Rhin et Meuse établie à Bonn. Cette commission était désorganisée dejà en décembre 1797. En 22 décembre 1799, il remplace Lakanal comme commissaire général du gouvernement dans les départements de la rive gauche du Rhin.

Après le coup d'État du 18 brumaire, Clarke, son neveu, obtient pour lui un siège au conseil d'État, et un poste de préfet, d'abord dans le Mont-Tonnerre (1801), puis dans le Bas-Rhin du (4 vendémiaire an XI) au . Il se trouve à Strasbourg lors de l'enlèvement du duc d'Enghien. Commandeur de la Légion d'honneur en 1805[1], il est fait membre du Sénat conservateur le . Il est créé comte de l'Empire le .

Shée se montre partisan fanatique de Napoléon Ier, et ne prend part aux discussions au Sénat conservateur que pour y défendre les idées qu'il sait agréable à l'Empereur.

Il adhère néanmoins à l'acte de déchéance de Napoléon, et est nommé Pair de France le lors de la constitution de la Chambre des pairs. Il ne prend aucune part aux Cent-Jours. Il siège jusqu'à sa mort dans cette chambre haute, et y vote la mort dans le procès du maréchal Ney.

Il meurt à Paris le .

Son fils unique ayant été tué au service de la France (1811), il obtint que son petit-fils Edmond d'Alton lui succède dans sa pairie et relève en outre son nom.

Armoiries[modifier | modifier le code]

Figure Blasonnement
Ornements extérieurs Comtes sénateurs de l'Empire français.svg
Blason à dessiner.svg
Armes du comte Shée et de l'Empire

Ecartelé, au 1, tranché-denché d'azur et d'or à deux fers de lance de l'un en l'autre; au 2, de gueules à trois épées superposées et posées en fasce d'argent, montées d'or, celle supérieure et celle inférieure contournées; au 3, de sable à trois fers de lance les pointes basses d'argent; au 4, de gueules à deux épées en sautoir d'argent, montées d'or, les pointes basses et sur lesquelles broche une épée haute en pal de même; au franc-quartier brochant des comtes-sénateurs.[2]

Orn ext comte et pair ComLH.svg
Blason à dessiner.svg
Armes de comte-pair héréditaire

Tranché-dentelé d'azur sur or, à deux fleurs-de-lis de l'un à l'autre.[3]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Cote LH/2512/53 », base Léonore, ministère français de la Culture
  2. Source : Armory of the French Hereditary Peerage (1814-30) sur www.heraldica.org
  3. Johannes Baptist Rietstap, Armorial général : contenant la description des armoiries des familles nobles et patriciennes de l'Europe : précédé d'un dictionnaire des termes du blason, G.B. van Goor, , 1171 p. (lire en ligne), et ses Compléments sur www.euraldic.com

Sources[modifier | modifier le code]