Henri Gaillot

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Gaillot.

Henri Gaillot (1896-1944) fut, pendant la Seconde Guerre mondiale, un agent belge du service secret britannique Special Operations Executive.

Identités[modifier | modifier le code]

  • État civil : Henri Hubert Gaillot
  • Comme agent du SOE :
    • Nom de guerre (field name) : « Ignace »
    • Nom de code opérationnel : DEACON (en français DIACRE)

Parcours militaire : SOE, section F ; grade : lieutenant ; matricule : 282433

Pour accéder à une photographie d’Henri Gaillot, se reporter au paragraphe Sources et liens externes en fin d’article.

Famille[modifier | modifier le code]

  • Parents : Alexandre et Marie Gaillot.
  • Femme : M.E.A. Gaillot, Liège, Belgique.

Éléments biographiques[modifier | modifier le code]

Henri Gaillot naît le [1], en Belgique.

Le , il est commissionné, à Londres. Le 24, il est parachuté en France, pour devenir, avec le nom de guerre « Ignace » et le code opérationnel DEACON, l’assistant de François Vallée « Oscar », chef du réseau PARSON. Sa mission comporte plusieurs volets : accompagner l’opérateur radio Georges Clément « Édouard » (en tant que garde du corps et porteur de son poste, de place en place), sabotages (usines travaillant pour les Allemands, réservoirs de pétrole et transformateurs électriques), préparation de sabotages ferroviaires pour le jour J.

Le 3 février 1944, après que le réseau PARSON s'est effondré, Gaillot cherche à rentrer en Angleterre avec François Vallée. Ils sont arrêtés par la Gestapo au moment de quitter Paris pour une opération de ramassage par Lysander. On les voit pour la dernière fois dans la prison du 3, place des États-Unis. Ils auraient été exécutés à Gross-Rosen en août-septembre 1944[2] ou le [1].

Reconnaissance[modifier | modifier le code]

Distinction[modifier | modifier le code]

Monuments[modifier | modifier le code]

  • En tant que l'un des 104 agents du SOE section F morts pour la France, Henri Gaillot est honoré au mémorial de Valençay (Indre).
  • Brookwood Memorial, Surrey, panneau 22, colonne 1.
  • Au mémorial du camp de concentration de Gross-Rosen, situé près de Rogoźnica (Pologne), une plaque honore la mémoire des dix-neuf agents de la section F qui y ont été exécutés en août-septembre 1944, dont Henri Gaillot. Réalisée en granit local, en provenance d'une carrière où devaient travailler les détenus, elle a été élevée sur l'initiative du Holdsworth Trust.

Annexes[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. a et b Source : SFRoH.
  2. Source : Le Mémorial de la section F.

Sources et liens externes[modifier | modifier le code]

  • Fiche Henri Gaillot, avec photographie : voir le site Special Forces Roll of Honour
  • Michael Richard Daniell Foot, Des Anglais dans la Résistance. Le Service Secret Britannique d'Action (SOE) en France 1940-1944, annot. Jean-Louis Crémieux-Brilhac, Tallandier, 2008, (ISBN 978-2-84734-329-8). Traduction en français par Rachel Bouyssou de (en) SOE in France. An account of the Work of the British Special Operations Executive in France, 1940-1944, London, Her Majesty's Stationery Office, 1966, 1968 ; Whitehall History Publishing, in association with Frank Cass, 2004. Ce livre présente la version officielle britannique de l’histoire du SOE en France. Une référence essentielle sur le sujet du SOE en France.
  • J.D. Sainsbury, Le Mémorial de la section F, Gerry Holdsworth Special Forces Charitable Trust, 1992.
  • Bob Maloubier, Agent secret de Churchill 1942-1944, préface de Jean-Louis Crémieux-Brilhac, Tallandier, 2011, (ISBN 978-2-84734-795-1).