Henri Enguehard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Henri Enguehard
Fonction
Architecte en chef des monuments historiques
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Activité

Henri Enguehard est un architecte français, né à Paris le et mort à Bouchemaine (Maine-et-Loire) le .

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est issu d'une famille parisienne de plusieurs générations et auparavant normande. Il est l'arrière-petit-fils du peintre Louis François Hérisson (1811-1859), artiste d'époque romantique qui a participé à de nombreuses reprises au Salon au musée du Louvre entre 1834 et 1851.

Il suit ses études à Paris (lycées Montaigne et Saint Louis), devance l'appel pour les derniers mois de la guerre en 1918 et effectue un long service militaire en Rhénanie et en France. Il entre ensuite à l'École nationale supérieure des beaux-arts de Paris dont il est diplômé en 1926. Durant ses études il est élève d'Henri Deglane et de Charles Nicod[1].

À l'issue de ses études, il rejoint rapidement le cabinet d'Ernest Bricard à Angers, dont il devient le collaborateur.

En 1942, il prend seul la direction du cabinet et devient également architecte du département de Maine-et-Loire, poste qu'il conserve jusqu'en 1972. En 1944, il devient également architecte en chef des monuments historiques jusqu'en 1976. En 1946, il est nommé conservateur du château d'Angers, en 1949 conservateur des antiquités et objets d'art, conservateur de la tapisserie de l'Apocalypse (1959-1975) et en 1963 conservateur de l'abbaye de Fontevraud, Maison-mère de l’ Ordre de Fontevraud. En 1975, il fonde l'association des Amis des moulins d'Anjou. Il part en retraite en 1981.

Durant sa carrière, il réalise des projets de bâtiments et d'ensembles architecturaux, tout en restaurant des monuments historiques. Outre l'architecture, il a beaucoup peint et dessiné les paysages et les monuments de l'Anjou (collections privées) et, à la fin de sa vie, en a fait des gravures (pointes sèches).

Il meurt dans sa maison de Bouchemaine le .

Principales constructions architecturales[modifier | modifier le code]

La Chambre de commerce d'Angers (1933), les archives départementales de Met L (1935), le magasin du "Rat Goutteux" à Nantes (début des années 1930), l’école de pilotage d'Avrillé (1939, sous la responsabilité d'Ernest Bricard), la reconstruction de l’Évêché d'Angers (1949), la chapelle du couvent du Carmel (1951-52), la cité administrative d'Angers (années 50), la galerie de l'Apocalypse d'Angers (sous la direction de Bernard Vitry, 1954), l'église de Belle Beille (1954), les 179 premiers logements du quartier de Belle Beille (années 50), le pensionnat de l'Immaculée Conception (1945-50), l'église Saint Pierre de la Croix Blanche (1959), le siège de la caisse primaire de sécurité sociale à Angers (1952), la chapelle d'Orveau (1964-67, Guy Lamaison collaborateur), etc.

Principales restaurations de monuments historiques[modifier | modifier le code]

Le château d'Angers (restaurations de l'après-guerre, notamment la chapelle), l'abbaye de Fontevraud (1963-1976), l'abbaye du Ronceray, le quartier ancien de la Doutre à Angers, l'église des Ardillers à Saumur, l'abbaye Saint Nicolas d'Angers, aménagement de l’Hôpital Saint-Jean pour recevoir la tapisserie "Le Chant du Monde" de Lurçat (1967), etc

Ouvrages et brochures (sélection)[modifier | modifier le code]

- "La chapelle du château d'Angers", Angers, Siraudeau, 1954.

- "L'abbaye saint Nicolas", Angers 1956

- Contribution au catalogue " Trésors des églises d'Anjou", 1961

- "Le château d'Angers" (plusieurs éditions)

- "Châteaux de Maine-et-Loire", Paris, Nouvelles éditions latines, 1965

- "Le château du Plessis Macé", Angers, Siraudeau, 1975

- "Roi René", avec Jean Adrien Mercier, Ed. Philippe Petit, 1975

- "Angers Saint Aubin, abbaye et préfecture", Angers, Siraudeau, 1979

- "Pour restaurer les maisons anciennes", plusieurs éditeurs (Berger-Levrault, Serg, Racines).

- "Les travaux de l'abbaye de Fontevraud au XIXème et XXème siècles", Congrès Archéologique de France, 1964, pages 478 à 481

- "100 ans de restauration à l'abbaye de Fontevraud", Centre culturel de l'Ouest, , introduction de Bernard Tricot

- "L'Église abbatiale du Ronceray d'Angers : les voûtes de la nef", Revue des Monuments Historiques, juillet-, n°3, pages 41 à 60

- "À Angers, le Chant du Monde de Jean Lurçat reçoit sa consécration lumineuse", Revue Française d'Électricité, 4e trimestre 1969, pages 60 à 64

Il convient de citer également le catalogue réalisé sur la vie et l'œuvre d'Henri Enguehard pour une exposition qui a lieu en 1992: "Henri Enguehard, architecte ( 1899-1987)", Hôtel du Département, Angers, 1992, préface de Jean Sauvage, président du Conseil général de Maine-et-Loire.

Titres[modifier | modifier le code]

Architecte départemental de Maine-et-Loire (1942-1971), Architecte des monuments historiques de Maine-et-Loire (1946-1976), Conservateur des antiquités et objets d'art de ML (1949-1974), Conservateur du château d'Angers (1946-1976), Conservateur de l'abbaye de Fontevraud (1963-1976).

Décorations[modifier | modifier le code]

Chevalier de la légion d'honneur (1956), Officier de l'ordre national du mérite (1970), Officier de l'ordre des arts et lettres (1975), Commandeur de l'ordre de Saint Grégoire le Grand (1980).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. René Édouard-Joseph, Dictionnaire biographique des artistes contemporains, tome 1, A-E, Art & Édition, 1930, p. 462

Liens externes[modifier | modifier le code]