Hemiphractidae

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Les Hemiphractidae sont une famille d'amphibiens[1]. Elle a été créée par Wilhelm Peters (1815-1883) en 1862.

Répartition[modifier | modifier le code]

Les espèces des six genres de cette famille se rencontrent en Amérique du Sud et en Amérique centrale[1].

Liste des genres[modifier | modifier le code]

Selon Amphibian Species of the World (10 juin 2017)[2] :

Taxinomie[modifier | modifier le code]

Elle a été scindée en trois : Hemiphractidae s.s. (Hemiphractus), Cryptobatrachidae (Cryptobatrachus et Stefania) et Amphignathodontidae (Flectonotus et Gastrotheca) par Frost et al. en 2006[3] puis réunifiée par Guayasamin et al. en 2008[4] avant d'être redécoupée en deux sous-familles par Castroviejo-Fisher et al. en 2015 [5].

Publication originale[modifier | modifier le code]

  • Peters, 1862 : Über die Batrachier-Gattung Hemiphractus. Monatsberichte der Königlichen Preussischen Akademie der Wissenschaften zu Berlin, vol. 1862, p. 144-152 (texte intégral).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Amphibian Species of the World, consulté lors d'une mise à jour du lien externe
  2. Amphibian Species of the World, consulté le 10 juin 2017
  3. Frost, Grant, Faivovich, Bain, Haas, Haddad, de Sá, Channing, Wilkinson, Donnellan, Raxworthy, Campbell, Blotto, Moler, Drewes, Nussbaum, Lynch, Green & Wheeler, 2006 : The amphibian tree of life. Bulletin of the American Museum of Natural History, no 297, p. 1-371 (texte intégral).
  4. Guayasamin, Castroviejo-Fisher, Ayarzagüena, Trueb & Vilà, 2008 : Phylogenetic relationships of glassfrogs (Centrolenidae) based on mitochondrial and nuclear genes. Molecular Phylogenetics and Evolution, vol. 48, p. 574–595.
  5. Castroviejo-Fisher, Padial, De la Riva, Pombal, da Silva, Rojas-Runjaic, Medina-Méndez & Frost, 2015 : Phylogenetic systematics of egg-brooding frogs (Anura: Hemiphractidae) and the evolution of direct development. Zootaxa, no 4004, p. 1–75.