Harappa

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Harappa
Poterie rouge d'Harappa
Poterie rouge d'Harappa
Localisation
Pays Drapeau du Pakistan Pakistan
Coordonnées 30° 47′ 20″ N 72° 52′ 00″ E / 30.789, 72.86666730° 47′ 20″ Nord 72° 52′ 00″ Est / 30.789, 72.866667  

Géolocalisation sur la carte : Pakistan

(Voir situation sur carte : Pakistan)
Harappa
Harappa

Harappa (Urdu: ہڑپہ, Hindi: हड़प्पा) est un site archéologique situé dans la province du Pendjab, au Pakistan, à environ 20 km à l'ouest de Sahiwal.

Le site doit son nom à la ville située à 5 km. Installée à proximité de l'ancien cours de la rivière Ravi et station de chemin de fer sur la ligne héritée de la période du Raj britannique, la ville actuelle a une population de 15 000 habitants.

Le site couvre les ruines d'une ville fortifiée de l'âge du bronze importante [1], faisant partie de la culture des cimetières H  (en) de la civilisation de la vallée de l'Indus[2].

La cité aurait compté jusqu'à 40 000 habitants[3] et occupé une surface de 100 ha à son apogée (vers 2600–1900 avant J.C), ce qui en aurait fait une des plus grande de l'époque[4],[5].

Par convention archéologique qui consiste à donner à une civilisation inconnue le nom du premier site de fouilles, la civilisation de la vallée de l'Indus est aussi appelée civilisation harappéenne.

Histoire[modifier | modifier le code]

Civilisation de la vallée de l'Indus

La civilisation de la vallée de l'Indus, connue également sous le nom de civilisation harappéenne, trouve probablement ses origines dans la culture de Mehrgarh, 6000 ans avant J.C.

Les deux villes les plus importantes, Mohenjo-daro et Harappa, émergent vers 2600 avant J.C., le long de la vallée de l'Indus, au Pendjab et au Sind[6].

La civilisation dispose d'un système d'écriture, de centres urbains, d'une organisation sociale et d'un système économique. Elle est redécouverte à partir de 1920, après les fouilles de Mohenjo-daro et Harappa. D'autres sites ont été découverts et étudiés, implantés dans une vaste zone partant des contreforts de l'Himalaya à l'est du Pendjab au nord de l'Inde, jusqu'à Gujarat au sud, et au Baloutchistan à l'ouest.

Histoire de la découverte[modifier | modifier le code]

Fouilles archéologiques

Le site de la ville antique de Harappa a été endommagé en 1857, sous la domination britannique, quand les briques des ruines sont utilisées comme ballast lors de la construction de la ligne de chemin de fer LahoreMultan, par la compagnie Sind and Punjab Railway. Un nombre important d'artéfacts y est néanmoins déjà trouvé[7].

Alexander Cunningham y fait brièvement des fouilles en 1872-1873[8]. Il publie la première reproduction d'un sceau en 1875 dans Report for the Year 1872-3 of the Archaeological Survey of India[9].

Les premières fouilles importantes sont réalisées par Rai Bahadur Daya Ram Sahni (en) en 1920. Son travail permet de faire découvrir l'existence de la civilisation de l'Indus[10].

Une dizaine d'années plus tard, Madho Sarup Vats (en), membre du Archaeological Survey of India, reprend les fouilles, en particulier dans la zone des greniers, dont il publie les résultats en 1940[10]. D'autres archéologues continuent les fouilles dans les années 1930. En 1946, Sir Mortimer Wheeler fouille les murs des pseudos fortifications[10].

Après l'indépendance, en 1966, Mohammed Rafique Mughal (en), commandité par le Archaeological Survey of India, fouille également Harappa[10]. En 1986, des premières fouilles multidisciplinaires sont lancées par le projet archéologique Harappa (HARP), sous la direction de George F. Dales (en) et Jonathan Mark Kenoyer (en).

La plus grande partie du site n'a toutefois toujours pas fait l'objet de fouilles[10].

En 2005, la construction d'un parc d'attractions est abandonnée lorsque les ouvriers découvrent de nombreux artéfacts dès les premières étapes des travaux. Un plaidoyer de l'archéologue pakistanais Ahmad Hasan Dani (en) au ministère de la Culture a entraîné une remise en état du site[11].

Le site archéologique[modifier | modifier le code]

Miniatures votives ou jouets provenant de Harappa, vers 2500. Figurines en Terre cuite avec polychromie.

Les fouilles du site permet de proposer une chronologie de l'occupation de Harappa[5],[12] :

  1. 3300 – 2800 : phase Ravi / Hakra
  2. 2800 – 2600 : phase Kot Diji (en)
  3. 2600 – 1900 : phase Harappa
  4. 1900 – 1800 : phase de transition
  5. 1800 – 1300 : phase Harappa tardif

Ce site qui s'étend sur plus 150 hectares au total, a été occupé à l'âge du bronze, plus précisément du XXXIIIe siècle av. J.-C.[13] au XVIe siècle av. J.-C.. Harappa aurait compté jusqu'à 40 000 habitants[3]. Les quartiers populaires situés dans la 'ville basse" sont rationalisés avec des perpendiculaires et une division par professions. Les bâtiments sont construits en briques crues ou cuites, liées par un mortier d’argile ou de plâtre.

Écriture primitive[modifier | modifier le code]

Sceaux harappéens
Article détaillé : Écriture de l'Indus.

De nombreux artefacts découverts sont des petits sceaux carrés en stéatite, gravés de motifs humains ou animals[14]

Beaucoup portent des inscriptions pictographiques généralement considérées comme une forme d'écriture.

Des tablettes d'argile et de pierre trouvées à Harappa, portent des marques en forme de trident ou de plantes. Richard Meadow, de l'Université Harvard et directeur du Harappa Archeological Research Project , suggère qu'il s'agit de premières traces d'écriture, probablement la plus ancienne écriture dont on ait retrouvé la trace[15]

Cette écriture primitive serait antérieure aux écrits primitifs des Sumériens de Mésopotamie, datant de vers 3100 avant J.C.[15]. Ces marques présentent des similitudes à ce qui allait devenir l'écriture de l'Indus[15]. Cette découverte indique que les plus anciennes écritures se sont développées indépendamment dans trois lieux : Harappa, la Mésopotamie et l'Égypte antique entre 3500et 3100 avant J.C.[15].

En dépit des efforts des philologues et de l'utilisation d'analyses cryptographiques, les signes ne sont pas déchiffrés. La langue utilisée n'est pas identifiée, qu'elle fasse partie des Langues dravidiennes ou des langues de la période védique.

Les greniers de Harappâ[modifier | modifier le code]

L'agriculture est l'une des principales activités des peuples de l'Indus et l'une de leurs principales sources de richesse :

« Aussi importait-il que les produits agricoles de base - à savoir les céréales, orge et blé principalement- puissent être stockés dans des entrepôts (...) à l'abri des voleurs, des rongeurs et aussi des inondations fréquentes dans ces régions de plaine. L'entrepôt d'Harappä était tout près de la Ravi et il est fort probable que cette rivière ait servi de voie d'eau pour le transport des céréales. L'entrepôt comptait 12 greniers (...) construits en bois et reposant sur des blocs massifs en brique crue, à parement de brique cuite. À la base de chacun de ces blocs, un renfoncement était aménagé, où les charrettes s'arrêtaient pour décharger. À l'aide de cordes, les hommes hissaient les gerbes jusqu'au grenier de bois. Outre l'aération par les passages entre les greniers, il y avait aussi des conduits d'aération passant sous les greniers et débouchant à l'extérieur par des ouvertures triangulaires. Entre ces greniers et la citadelle d'Harappâ s'alignaient les rangées de maisons en torchis des paysans et des ouvriers, près desquelles s'étendaient les aires de broyage des grains. Lors des inondations, ces maisonnettes devaient être balayées par les flots alors que les greniers et leur réserve de grain étaient préservés et continuaient d'assurer normalement l'approvisionnement des habitants de la cité »[16].

Les sépultures[modifier | modifier le code]

À l'ouest se dressait une terrasse artificielle bordée de murs de 14 m de largeur à la base, appelée la citadelle. Au sud de la citadelle, un cimetière a été découvert[17]. Les corps sont inhumés allongés dans des jarres, les genoux repliés. Deux strates ont été identifiées, la plus récente est à approximativement 80 cm de la surface tandis que la plus ancienne, qui compte une douzaine de tombes, est à 1,8 m de profondeur. Les corps de la première strate sont enterrés suivant un axe nord sud avec des ornements comme des bracelets de pied en stéatite, des bagues, boucles de nez ou d'oreilles en cuivre, des colliers en nacre, plus rarement avec des artéfacts comme des miroirs en cuivre, des bâtons d'antimoine, de larges cuillères en coquillage, des petites statuettes de femmes, de bovins ou d'êtres mi-homme mi-animal. Les corps des tombes de la strate ancienne ne sont pas ornés et sont enterrés en direction du nord et du nord-est. Si plusieurs corps des tombes de cette strate sont considérés comme incomplets, dans la plus récente, seuls ceux de nourrissons le sont. Les poteries rouges peintes de motifs en noir sont très typiques.

Ces méthodes d'ensevelissement sont typiques de la région. Cette culture fait partie des civilisations de l'Indus, qui a laissé principalement des traces dans le Sind et au Pendjab[18].

À proximité se trouvent également des tombes beaucoup plus récentes, prouvant que des habitants musulmans vivaient à proximité du site.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Les autres sites harappéens majeurs découverts sont:

Références[modifier | modifier le code]

  1. The A to Z of Hinduism, par B.M. Sullivan publié par Vision Books, page 90, ISBN 8170945216
  2. Arthur Llewellyn Basham, 1968. Review of A Short History of Pakistan par Ahmad Hasan Dani, Karachi: Université de Karachi . 1967 Pacific Affairs 41(4) : 641–643.
  3. a et b Charles Maisels, Early Civilizations of the Old World : The Formative Histories of Egypt, The Levant, Mesopotamia, India and China, Routledge,‎ (ISBN 9780415109765, présentation en ligne)
  4. (en) Brian Fagan, People of the earth: an introduction to world prehistory, Pearson,‎ (ISBN 978-0-13-111316-9), p. 414
  5. a et b « Archeological Site of Harappa », World Heritage Centre, UNESCO (consulté le 19 février 2013)
  6. (en) Roger B. Beck, Linda Black Ops, Larry S. Krieger, Phillip C. Naylor, Dahia Ibo Shabaka,, World History: Patterns of Interaction, Evanston, IL, McDougal Littell,‎ (ISBN 0-395-87274-X)
  7. Kenoyer, J.M., 1997, Trade and Technology of the Indus Valley: New insights from Harappa Pakistan, World Archaeology, 29(2), p. 260-280, High definition archaeology
  8. The Harappan Civilization by Tarini Carr
  9. The First Harappan Forgery
  10. a, b, c, d et e harappa.com
  11. Tahir, Zulqernain. 26 May 2005. Probe body on Harappa park, Dawn. Consulté le 13 janvier 2006.
  12. La civilisation de l'Indus
  13. « 'Earliest writing' found », BBC News, 4 mai 1999.
  14. Mughal, Muhammad Aurang Zeb (2011). 'Harappan Seals'. Kevin Murray McGeough (ed.), World History Encyclopedia, Vol. 4. Santa Barbara, CA: ABC-CLIO, p. 706-707.
  15. a, b, c et d UK website BBC, « Earlist writing found », BBC News (consulté le 17 juillet 2012)
  16. Louis Frédéric, Les Grandes civilisations disparues, Sélection du Reader's Digest, Paris 1980
  17. Encyclopaedia Indica: India, Pakistan, Bangladesh, Volume 20 publié par Shyam Singh Shashi p. 253 [1]
  18. Basham, A. L. 1968. Review of A Short History of Pakistan by A. H. Dani (with an introduction by I. H. Qureshi). Karachi: University of Karachi Press. 1967 Pacific Affairs 41(4) : 641-643.


Liens externes[modifier | modifier le code]