Hans Huber (compositeur)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Hans Huber.
Hans Huber
Description de l'image Huber Hans.png.
Naissance
Eppenberg-Wöschnau, Drapeau de la Suisse Suisse
Décès (à 69 ans)
Locarno, Drapeau de la Suisse Suisse
Activité principale Compositeur, pianiste, pédagogue
Activités annexes Schweizerischer Tonkünstlerverein
Lieux d'activité Bâle
Collaborations Basler Gesangverein
Formation Conservatoire de Leipzig
Maîtres Oscar Paul (en), Ernst Friedrich Richter, Carl Reinecke
Élèves Hans Münch, Rudolf Moser, Hermann Suter
Distinctions honorifiques docteur honoris causa de l'université de Bâle
Villa Ginia.

Hans Huber né à Eppenberg-Wöschnau dans le Canton de Soleure le et mort à Locarno le , est un compositeur, pianiste et pédagogue suisse.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils d'un musicien amateur, Huber devient choriste et étudie le piano. En 1870, il entre au Conservatoire de Leipzig, où il a pour professeurs Oscar Paul (en), Ernst Friedrich Richter et Carl Reinecke[1]. Il a enseigné pendant trois ans en Alsace. En 1877, il retourne à Bâle pour enseigner le piano. En 1889, il est nommé à l'école de musique dont il devient directeur en 1896. L'école est rattachée au Conservatoire en 1905 et Huber dirige les deux établissements jusqu'en 1918. De 1899 à 1902, il a dirigé la société chorale Basler Gesangverein.

Avec Friedrich Hegar qui était établi à Zurich, Huber a travaillé à la fondation de l'Association suisse des musiciens (Schweizerischer Tonkünstlerverein) (STV) en 1900.

Il compose la musique du Festspiel (Musik zu einem Festspiele) pour célébrer la réunion de Bâle et du Petit-Bâle en 1892 et il est alors fait docteur honoris causa de l'université de Bâle.

Parmi ses élèves connus, on trouve Hans Münch, Rudolf Moser et Hermann Suter.

Au cours de ses dernières années, il a vécu à Minusio dans la Villa Ginia.

Œuvres[modifier | modifier le code]

En 1889, Huber a écrit une symphonie en la majeur pour grand orchestre, qui a été dirigée en décembre 1889 par Friedrich Hegar, et dont la partition survit. Il a écrit en tout neuf symphonies, dont huit reconnues. La première symphonie de Huber, en ré mineur, est sous-titrée Tellsinfonie et est une musique à programme, dérivée de l'histoire du héros national suisse Guillaume Tell.

Huber a écrit en outre cinq opéras, plusieurs concertos, deux pour violon et violoncelle, quatre pour piano dont deux d'entre eux sont perdus et un ensemble de 24 Préludes et Fugues, Op. 100, pour piano à quatre-mains, composés dans toutes les tonalités.

Œuvres orchestrales[modifier | modifier le code]

Symphonies
  • Symphonie mi bémol majeur (inachevée, 1870–1877)
  • Symphonie no 1 en ré mineur "Tellsinfonie", op. 63 (ca.1882)
  • Symphonie la majeur (initialement seconde Symphonie, retirée par le compositeur, 1889)
  • Symphonie no 2 "Böcklin Symphonie", op. 115 (ca.1901)
  • Symphonie no 3 en do majeur "Heroic" pour soprano et orchestre, op. 118. (ca.1908)
  • Symphonie no 4 en la "Académique" à la manière d'un Concerto Grosso (1909)
  • Symphonie no 5 en fa majeur The Fiddler of Gmund
  • Symphonie no 6 en la majeur op. 134 (ca.1911)
  • Symphonie no 7 en ré mineur "Suisse" (1922)
  • Symphonie no 8 en fa Symphonie le Printemps (1920)
Autres œuvres orchestrales
  • Eine Lustspiel-Ouvertüre, op. 50 (1878)
  • Sinfonische Einleitung zur Oper « Der Simplicius »
  • An das Vaterland (sinfonische Ode)
  • 2 Sérénades « Sommernächte » (1885) et « Winternächte » (1895)
  • 4 Concertos pour piano (no 1 op. 36, no 3 op. 113)
  • 2 Concertos pour violon
  • Suite pour Violoncelle et Orchestre

Œuvres pour la scène[modifier | modifier le code]

Opéras
Musique de scène
  • Musik zu einem Festspiele (pour Kleinbasler Gedenkfeier, texte de Rudolf Wackernagel, 1892)
  • Der Basler Bund 1501 (pour 500. Basler Bundesfeier, texte de Rudolf Wackernagel, 1901)
  • Der Weihnachtsstern (Krippenspiel, texte de Meinrad Lienert, 1916)

Œuvres chorales[modifier | modifier le code]

Oratorios
  • Der heilige Hain (1910)
  • Weissagung und Erfüllung (1913)
Messes
  • Missa festiva en mi bémol majeur (Kleine Einsiedler-Messe)
  • Missa festiva in honorem Beatae Mariae Virginis en ré majeur (Grosse Einsiedler-Messe)
  • Missa festiva in honorem Beatae Mariae Virginis en fa majeur (Männerchor und Orgel)
  • Missa in honorem Sancti Ursi
  • Eine Fest-Messe
Cantates
  • Aussöhnung (Männerchor, Soli und Orchester; 1879)
  • Pandora (gemischter Chor, Sopransolo und Orchester; 1883)
  • Caenis (Männerchor, Altsolo und Orchester; 1890)
  • Heldenehren (Männerchor, Knaben- oder Frauenchor, Sopransolo, Baritonsolo und Orchester; 1909-1913)
  • Kantate zum Jubiläum der Universität Basel (gemischter Chor, Männerchor, Knabenchor, Soli, Orchester und Orgel; 1910)
  • Meerfahrt (Ode für Männerchor, Solo und Orchester)

Sonstige Chorwerke

  • 25 Männerchöre a cappella
  • Serbische und rumänische Volkslieder für gemischten Chor a cappella

Musique de chambre[modifier | modifier le code]

  • Quintette pour piano et cuivres
  • Sextuor pour piano et cuivres
  • 4 Trios avec piano
  • 2 Quatuors avec piano
  • 2 Quintettes avec piano
  • Trio-Fantasien für Klavier, Violine und Violoncello
  • Sonates et Suites pour ensembles de chambre
    • Sonate pour violoncelle et piano no 1 op. 33
    • Sonate pour violoncelle et piano no 2 op. 84
    • Sonate pour violoncelle et piano no 3 op. 114
  • Suite pour violoncelle et piano en ré mineur, op. 89 (1886)
  • 24 Préludes et Fugues, pour piano à quatre-mains, op. 100
  • 3 Sonates pour deux pianos (op. 31,?,?)
  • nombreuses pièces pour piano
  • quelques pièces pour orgue

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Edgar Refardt: Hans Huber. Leben und Wirken eines Schweizer Musikers. Zürich 1944

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Theaterlexikon der Schweiz 6. online

Liens externes[modifier | modifier le code]

Source de la traduction[modifier | modifier le code]