Carl Reinecke

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Carl Reinecke
Description de cette image, également commentée ci-après
Carl Reinecke en 1890
Nom de naissance Carl Heinrich Carsten Reinecke
Naissance
Altona (Blason du Duché de Holstein Duché de Holstein)
Décès (à 85 ans)
Leipzig (Drapeau du Royaume de Saxe Royaume de Saxe)
Activité principale Chef d'orchestre, pianiste
Style
musique classique
Activités annexes Compositeur, professeur de composition et de piano
Lieux d'activité Leipzig
Années d'activité 1843-1906
Formation Conservatoire de Leipzig
Enseignement Conservatoire de Leipzig
Élèves Edvard Grieg, Christian Sinding, Leoš Janáček, Isaac Albéniz, Johan Svendsen, Robert Kajanus, Charles Villiers Stanford, Felix Weingartner, Sara Wennerberg-Reuter, Julie Rivé-King et Max Bruch
Distinctions honorifiques Membre de l'Académie des arts de Prusse
Docteur honoris causa de l'université de Leipzig

Carl Heinrich Carsten Reinecke est un compositeur allemand, né le à Altona et mort le à Leipzig.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils d'un professeur de musique qui lui donne ses premiers cours, Reinecke compose ses premières pièces à l'âge de sept ans avant de se produire comme pianiste à douze ans.

En 1843, grâce à une bourse du roi Christian VIII de Danemark, Reinecke peut suivre des cours de piano et de composition au prestigieux Conservatoire de Leipzig. À partir de 1845, il effectue des tournées en Europe en tant que pianiste virtuose, se produisant notamment avec le célèbre violoniste Heinrich Wilhelm Ernst.

En 1846, il devient pianiste de la cour du royaume de Danemark mais doit repartir à Leipzig l'année suivante, en raison des événements politiques de 1848 (révolutions de mai). Pendant cette période, Reinecke rencontre Robert Schumann qu'il admire et Felix Mendelssohn, qui lui apportera son soutien. Il fait également la connaissance de Franz Liszt à Weimar, qui le soutient dès lors.

En 1849, le musicien part à Brême et s'y établit en tant que compositeur et chef d'orchestre. Il entretient ses relations avec Schumann et rencontre à Düsseldorf le jeune Johannes Brahms. Il se rend à Paris en 1854 par l'entremise de Liszt, donnant notamment des cours de piano à sa fille. En 1854, Reinecke est nommé Maître de chapelle à Barmen avant d'exercer à Breslau.

En 1860, Reinecke est nommé directeur de l'orchestre du Gewandhaus de Leipzig (où il a créé un requiem allemand), ainsi que professeur de composition et de piano au Conservatoire de la ville. De 1864 jusqu'à sa mort, il enseigne à l'université de Leipzig à des étudiants comme Edvard Grieg, Alfred Volkland, Christian Sinding, Leoš Janáček, Isaac Albéniz, Johan Svendsen, Robert Kajanus, Charles Villiers Stanford, Mykola Lyssenko, Felix Weingartner, Georg Schumann ou Max Bruch.

Reconnu en Allemagne comme un compositeur talentueux, il est assez largement éclipsé par ses contemporains illustres, Liszt, Mendelssohn ou Schumann.

Œuvres principales[modifier | modifier le code]

Opéras[modifier | modifier le code]

  • Der vierjährige Posten, op. 45 (1855)
  • Le Roi Manfred, en 5 actes sur un livret de Friedrich Roeber, op. 93 (1866)
  • Ein Abenteuer Händels, oder Die Macht des Liedes, op. 104 (1870)
  • Glückskind und Pechvogel, op. 117 (1883)
  • Auf hohen Befehl, op. 184 (1886)
  • Der Gouverneur von Tours (1891)
  • Musique de scène pour "Wilhelm Tell", de Schiller, op. 102 (1871)

Œuvres orchestrales[modifier | modifier le code]

  • Symphonie no 1, op. 79 (1858/70)
  • Concerto pour piano no 1, op. 72 (1860/79)
  • Concerto pour violoncelle, op. 82 (1864/66)
  • Concerto pour piano no 2, op. 120 (1872/73)
  • Symphonie no 2 Hakon Jarl, op. 134 (1874/75)
  • Concerto pour piano no 3, op. 144 (1877/78)
  • Concerto pour harpe, op. 182 (1884/85)
  • Symphonie no 3, op. 227 (1895)
  • Concerto pour piano no 4, op. 254 (1900)
  • Concerto pour flûte, op. 283 (1908)

Musique de chambre[modifier | modifier le code]

  • Sonate pour flûte et piano « Undine », op. 167 (1885)
  • Trio pour piano hautbois et cor, op. 188 (1886/87)
  • Octuor pour instruments à vent, op. 216 (1892)
  • Introduction et allegro appassionato pour clarinette et piano, op. 256 (ca. 1900)
  • Sextuor pour instruments à vent, op. 271 (1905)
  • Trio pour clarinette, alto et piano en la, op. 264 (1903)
  • Trio pour piano clarinette et cor, op. 274 (1905)
  • Ballade pour flûte et piano, op. 288 (publ. 1911)
  • Leichte Stücke für Flöte und Klavier

Œuvres pour piano[modifier | modifier le code]

  • Sonate pour la main gauche, op. 179
  • 24 pièces retravaillées d'après Arcangelo Corelli

Discographie[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Wilhelm Joseph von Wasielewski: Carl Reinecke – Sein Leben, Wirken und Schaffen. Zimmermann o. J., Leipzig [1892]. Neudruck: Zimmermann, Frankfurt 1997 (ISBN 3-921729-68-8)
  • Max Steinitzer: Das Leipziger Gewandhaus im neuen Heim unter Carl Reinecke. In: Beiträge zur Stadtgeschichte. Leipzig 1924.
  • Nikolai Topusov: Carl Reinecke – ein Beitrag zu seinem Leben und seiner Symphonik. Dissertation, Berlin 1943
  • Matthias Wiegandt: Vergessene Symphonik? Studien zu Joachim Raff, Carl Reinecke und zum Problem Epigonalität. Berlin 1997
  • Katrin Schmidinger (geb. Seidel): Carl Reinecke und das Leipziger Gewandhaus. Von Bockel, Hamburg 1998 (ISBN 3-928770-84-5).
  • (de) Matthias Wiegandt, « Reinecke, Carl Heinrich Carsten », dans Neue Deutsche Biographie (NDB), vol. 21, Berlin, Duncker & Humblot, , p. 347–348 (original numérisé).
  • Thomas Schipperges (de), Stefan Schönknecht, Ute Schwab (Hrsg.): Carl Reinecke (1824–1910) und das Leipziger Musikleben seiner Zeit (= Hochschule für Musik und Theater „Felix Mendelssohn Bartholdy“ Leipzig – Schriften. Band 13). Georg Olms Verlag, Hildesheim 2020 (ISBN 978-3-487-15519-7).

Liens externes[modifier | modifier le code]