Hanoi Rocks

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Hanoi Rocks
Description de cette image, également commentée ci-après
Hanoi Rocks en 2008.
Informations générales
Autre nom Hanoi Revisited
Pays d'origine Drapeau de la Finlande Finlande
Genre musical Glam punk, hard rock, glam rock, glam metal
Années actives 19791985, 20012009
Labels Johanna Kustannus, Lick, Nippon Phonogram, CBS, Major Leiden Productions, Liquor and Poker Music, Backstage Alliance, Pronit
Site officiel www.hanoi-rocks.info
Composition du groupe
Anciens membres Michael Monroe
Andy McCoy
Nasty Suicide
Sami Yaffa
Gyp Casino
Razzle
Terry Chimes]br/>René Berg
Tumppi Varonen
Peki Sirola
Nedo Soininen
Stefan Piesnack
Timo Kaltio
Lacu
Timpa Laine
Costello Hautamäki
Stevie Klasson
Conny Bloom
Andy « A.C. » Christell
George Atlagic

Hanoï Rocks est un groupe de rock finlandais, originaire d'Helsinki. Il est formé en 1979 par Andy McCoy et Michael Monroe. Le groupe sépare en 1985 après la mort de son batteur Nicholas « Razzle » Dingley en décembre 1984[1]. Le chanteur Michael Monroe et le guitariste Andy McCoy reforment Hanoï Rocks en 2001, et sont actifs avec la nouvelle formation du groupe jusqu'en 2009.

Biographie[modifier | modifier le code]

Années 1980–1990[modifier | modifier le code]

Après un début de carrière en Finlande puis en Suède, le groupe décide de rejoindre l'Angleterre afin d'élargir son public. Il multiplie alors les petits concerts et commence à se faire connaître grâce aux albums Oriental Beat et Self Destruction Blues. Leur notoriété croissante leur permet même de jouer au célèbre Marquee Club de Londres.

Dans les années 1980, Hanoï Rocks était le plus célèbre groupe finlandais dans le monde et est toujours populaire aux États-Unis, au Japon et au Royaume-Uni. Ils étaient aussi un des premiers groupes de rock à se produire en Asie. Selon leur ancien manager[réf. souhaitée], Hanoi Rocks aurait vendu entre 780 000 et 1 000 000 d'albums dans le monde entier, la plupart en Scandinavie et au Japon.

En 1982, Hanoï Rocks se sépare de son batteur, Gyp Casino, au profit de Nicholas « Razzle » Dingley. Ce remplacement est une étape déterminante dans l'évolution musicale du groupe[réf. souhaitée]. Après une tournée en Inde puis au Japon, ils partent pour les États-Unis avec un contrat chez CBS en poche. Le succès commence à venir[réf. souhaitée] grâce notamment à l'album Two Steps from the Move : le groupe est alors de plus en plus diffusé sur MTV et par les radios FM, et les concerts se multiplient[réf. souhaitée].

En décembre 1984, Razzle est tué dans un accident de la route alors que Vince Neil (le chanteur de Mötley Crüe) était au volant. Neil et Razzle percutent une voiture et Razzle est projeté de la voiture. Il meurt quelques heures plus tard dans un hôpital de Los Angeles. Vince Neil, quant à lui, survit à l'accident, mais doit purger une peine de prison pour homicide involontaire (l'accident a eu lieu alors qu'il conduisait en état d'ivresse). Traumatisé par ce drame, le groupe se sépare en 1985.

Années 2000[modifier | modifier le code]

Hanoi Rocks sur scène en 2005.

En 2002 le groupe se reforme, cependant, seuls deux membres originaux font partie de ce nouvelle formation : Andy McCoy et Michael Monroe, qui auront l'idée de se réunir à nouveau après un concert en février 2001, ce qui est leur première apparition sur scène ensemble depuis1985. Durant l'été 2001, Michael Monroe et Andy McCoy ont fait une tournée ensemble sous le nom de Hanoi Revisited. Bien que Michael Monroe semblât hésitant face à l'idée d'un retour d'Hanoï Rocks[réf. souhaitée], celui-ci accepta mais précisa dans la presse[Quand ?][Où ?] qu'il s'agissait plus d'une renaissance plutôt qu'une véritable reformation du groupe étant donné que seuls lui et McCoy en faisaient partie. L'album Twelve Shots on the Rocks se classe directement numéro un des ventes en Finlande[réf. souhaitée].

Le , quelques mois après le départ de Lacu, le groupe annonce qu'il se sépare de nouveau.

Influences[modifier | modifier le code]

De nombreux artistes ont cité Hanoï Rocks comme une influence majeure[2] ; Axl Rose déclarera même : « Si Hanoï Rocks avait obtenu le succès qu'ils méritaient, vous n'auriez jamais entendu parler de Guns N' Roses[réf. nécessaire] ».

Membres[modifier | modifier le code]

Derniers membres[modifier | modifier le code]

  • Michael Monroe - chant, piano, guitare, saxophone, harmonica (1979-1985, 2002-2009)
  • Andy McCoy - guitare (1979-1985, 2002-2009)
  • Conny Bloom - guitare (2004-2009)
  • Andy « A.C. » Christell - basse (2004-2009)
  • George Atlagic - batterie, percussions (2008-2009)

Anciens membres[modifier | modifier le code]

  • Stefan Piesnack - guitare (1979-1980)
  • Nasty Suicide - guitare (1980-1985)
  • Mickey Crane - guitare (2002)
  • Costello Hautamäki - guitare (2002-2004)
  • Nedo - basse (1979-1980)
  • Sam Yaffa - basse (1980-1985)
  • Rene Berg - basse (1985)
  • Timo Kaltio - basse (1985)
  • Timpa - basse (2002-2004)
  • Peki Sirola - batterie, percussions (1979-1980)
  • Keimo Hirvonen - batterie, percussions (1980)
  • Gyp Casin - batterie, percussions (1980-1982)
  • Razzle - batterie, percussions (1982-1984)
  • Terry Chimes - batterie, percussions (1984-1985)
  • Lacu - batterie, percussions (2002-2008)

Discographie[modifier | modifier le code]

Albums studio[modifier | modifier le code]

  • 1981 : Bangkok Shocks Saigon Shakes Hanoï Rocks
  • 1982 : Oriental Beat
  • 1983 : Self Destruction Blues
  • 1983 : Back to Mystery City
  • 1984 : Two Steps From the Move
  • 1990 : Tracks From A Broken Dream
  • 1992 : Lean On Me (Compil' and Demos Sessions 85)
  • 2002 : Twelve Shots on the Rocks
  • 2005 : Another Hostile Takeover
  • 2007 : Street Poetry

Albums live[modifier | modifier le code]

  • 1984 : All Those Wasted Years (Live At The Marquee Club 12/83)
  • 1985 : Rock and Roll Divorce (Live At The Rockerina Festival, Poland 5/85)

Compilations[modifier | modifier le code]

  • 1985 : Best of Hanoi Rocks
  • 1986 : Million Miles Away
  • 1989 : The Collection
  • 1981 : Dim Sum
  • 1990 : Tracks From a Broken Dream
  • 1990 : Story
  • 1991 : Strang Boys Play Weird Openings
  • 1992 : Lean on Me
  • 199? : Up Around the Bend - Super Best
  • 1996 : All Those Glamourous Years
  • 2000 : Decadent Dangerous Delicious
  • 2000 : Kill City Kills
  • 2001 : Hanoi Rocks 4-CD Box Set
  • 2004 : Up Around the Bend...The Definitive Collection
  • 2005 : Lightning Bar Blues: the Albums 1981-1984
  • 2008 : This One´s For Rock´n´Roll - Best of 1980-2008
  • 2009 : Ripped Off, Odd Tracks and Demos

Singles[modifier | modifier le code]

Wikitext.svg
La mise en forme de cette section ne suit pas les recommandations concernant la typographie, les liens internes, etc. (mars 2018). Découvrez comment la « wikifier ».
  • "I Want You" (1980)
  • "Dead by X-mas" (1981)
  • "Desperados" (1981)
  • "Tragedy" (1981)
  • "Love's An Injection (1982)
  • "Motorvatin’" (1982)
  • "Malibu Beach" (1983)
  • "Until I Get You" (1983)
  • "Don't You Ever Leave Me" (1984)
  • "Underwater World" (1984)
  • "Up Around the Bend" (1984)
  • "A Day Late, A Dollar Short" (2002)
  • "In My Darkest Moment" (2002)
  • "People Like Me" (2002)
  • "Keep Our Fire Burning" (2004)
  • "Fashion" (2007)
  • "Teenage Revolution" (2008)

Bootlegs[modifier | modifier le code]

  • 1983 : Tokyo Sundown (live au Japon)
  • 1985 : Spirit In The Sky (live au Hammersmith 1983 et live en Pologne)
  • 1986 : Rareties (live en Finlande 1981-1985)
  • 1988 : Lightning Bar Kids (live au Hammersmith)
  • 1988 : Kill City Blues (live à Osaka, Japon)
  • 2002 : 'Sticky Fingers (live à Gothenburg, Suède)

Vidéographie[modifier | modifier le code]

  • Hanoï Rocks - The Story (VHS)
  • All Those Wasted Years (VHS) - (live 1983) - The Marquee Club
  • TNT - The Nottingham Tapes (VHS et DVD) - (live 1984)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Hanoi Rock's Influence can be heard and seen all over 80's glam metal », sur laweekly.com, (consulté le 19 janvier 2018).
  2. (en) « Metal Sludge - 20 Questions with Acey Slade, 8/31/04 - The Power & Glory since 1998 », Metalsludge.tv, (consulté le 13 septembre 2011).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :