Paris Marriott Rive Gauche Hotel & Conference Center

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Hôtel PLM Saint-Jacques)
Aller à : navigation, rechercher
Hôtel PLM Saint-Jacques
Histoire
Architecte
Pierre Giudicelli
Construction
Rénovation
Mackenzie Wheeler
Usage
Hôtel
Architecture
Longueur
100 m
Largeur
22 m
Surface
54443 m2
Étages
21 (dont 3 en sous-sol)
Localisation
Adresse
Coordonnées
Localisation sur la carte du 14e arrondissement de Paris
voir sur la carte du 14e arrondissement de Paris
Red pog.svg
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg
Localisation sur la carte de Paris
voir sur la carte de Paris
Red pog.svg

Le Paris Marriott Rive Gauche Hotel & Conference Center, anciennement « Hôtel PLM Saint Jacques » est un hôtel quatre étoiles du 14e arrondissements de Paris, situé au 17 boulevard Saint-Jacques. Il s’agit d’une propriété de Marriott International construite entre 1969 et 1972 et rénové en 2006.

Dessiné par l'architecte Pierre Giudicelli, l’hôtel de la marque Pullman à l’époque, ouvre ses portes en mars 1972 sous le nom de « PLM Saint Jacques » faisant alors figure d’hôtel le plus moderne au monde. Quelques années plus tard, il est racheté par l’une des filières du groupe Accor, « Sofitel » changeant ainsi de nom à plusieurs reprises. Le , il est vendu par Accor au groupe Marriott, il prend alors le nom de « Paris Marriott Rive Gauche Hôtel & Conference center » après sa rénovation par l’agence Mackenzie Wheeler.

Disposant d’un centre de congrès de 5 050 m2, l'hôtel accueille une clientèle allant des touristes en visite aux séminaires de grandes entreprises.

Le site avant les années 1970[modifier | modifier le code]

Le site de l'hôtel fut successivement occupé par une partie de l’ancienne « Fosse aux Lions », une carrière à ciel ouvert qui était devenue vers 1850 un refuge de pauvres gens.

Puis à la fin du XIXe siècle, la plus ancienne des deux fabriques parisiennes de lits « A. Pardon » s'y installa entre les numéros 7 et 19 du boulevard Saint-Jacques[Note 1]. Celle-ci y fabriquait au départ des « lits en fer creux émaillés au feu », avant d'élargir sa gamme allant des meubles en fer aux articles de jardin en passant par des urnes électorales, des appareils de chauffage et du matériel pour hôpitaux. Vers 1905, l'usine employait 200 personnes[1].

En 1925, les locaux de l'usine Pardon furent repris par La Samaritaine qui y installa un entrepôt[2].

Le PLM Saint-Jacques[modifier | modifier le code]

En 1969, les travaux de ce qui doit être le symbole de l’hôtellerie moderne en France : Pullman et la Banque Rothschild s’associent pour sortir de terre ce projet pharaonique. Depuis les années 1930, aucun hôtel de luxe de plus de 500 chambres n’avait été construit au cœur de Paris.

La conception de l’architecture a été confiée à l’architecte Pierre Guidicelli. Le gros-œuvre est terminé en juin 1971 et les premiers clients arriveront le 7 mars 1972. Il aura fallu dix-huit mois pour faire de cet établissement, un hôtel équipé d’éléments modernes tant d’un point de vue technique que confort.

En effet, pour la première fois au monde, un hôtel est doté d’un système de gestion fonctionnant entièrement sur ordinateur (chacune des opérations de réservation, de contrôle de gestion et de facturation aux clients est automatisée) ainsi que d’ascenseurs ultra rapides[3].

Dès son ouverture, l’hôtel devient un lieu de rendez-vous des artistes, écrivains, et personnalités du spectacle. Parmi les célébrités, l’hôtel a accueilli Alain Delon, Jacques Dutronc, James Brown, Mick Jagger, Samuel Beckett et bien d’autres.

L’hôtel abrite également un centre de convention de 1000 places, compte de nombreuses boutiques de luxe et un cinéma de 180 places portant le nom de son parrain, l’acteur Jerry Lewis qui fermera en 1987.

Changements de nom[modifier | modifier le code]

L’hôtel ouvre en 1972 sous le nom de PLM Saint Jacques. En mars 1986, il changera pour « Pullman Saint-Jacques » puis deviendra en mars 1994 « Sofitel Saint-Jacques » après le rachat par le groupe Accor.

Peu de temps après, en septembre 1996, il changea pour le « Sofitel Forum Rives Gauche » afin de mettre en avant les espaces de conférence. Suite à son rachat par le groupe Marriott, il changera d’appellation le et affichera le nom de « Rive Gauche Hôtel & Conference Center ».

Enfin, en juin 2007, il changera pour le nom que nous lui connaissons aujourd’hui, « Paris Marriott Rive Gauche Hotel & conference center ».

Paris Marriott Rive Gauche Hotel & Conference Center[modifier | modifier le code]

Racheté le 1er mars 2006 au groupe Accor, l’hôtel subit une importante rénovation révisant son style des années 1970. Il est inauguré en mai 2007 par le maire de Paris, Bertrand Delanoë, l’ambassadeur des Etats-Unis et J.W Marriott Jr.

L'hôtel possède 757 chambres récemment modernisées dont 51 suites.

Avec 5 050 m2 d'espaces modulables, le centre de congrès de l'hôtel comportant 55 salles dédiées peut accueillir tous types d'événements allant jusqu’à 2 000 personnes[4]. Rénové en 2014, le centre dispose actuellement de ressources techniques, d’une salle de projection, 12 cabines d’interprétariat simultané et des installations de vidéoconférences.

L’hôtel possède un espace restauration combinant un bar à Bourbon, un bar à cocktails, un salon, le « R’yves », restaurant au sein des locaux ainsi qu’une cafétéria Starbucks.

Mentions[modifier | modifier le code]

Le 14 et 15 avril 1984 est organisé un symposium sur le projet de construction de l’Opéra Bastille avec Pierre Boulez, Gérard Mortier, Massimo Bogianckino entre autres. Les participants prennent parti pour la création d’une salle modulable dès 1987 au sein de l’Opéra Bastille.

Pierre Desproges fait référence au PLM Saint-Jacques dans sa « chronique de la haine ordinaire » intitulée « Lady PLM » du 18 février 1986.

L’hôtel a abrité de nombreux tournages de films. Michel Audiard y a tourné de nombreuses scènes de « Comment réussir quand on est con et pleurnichard » (1974). Certaines scènes d’« Armaguedon » (1977) avec Alain Delon ou « Mille milliards de dollars » (1982) de Henry Verneuil seront aussi tournées au sein de l’hôtel.

L’hôtel accueillit de nombreux événements tels que l’élection des Miss France de 1987 à 1989, le jubilé de Michel Platini et les oscars du Football regroupant tous les joueurs professionnels pendant 10 ans dont Zinédine Zidane et Thierry Henry.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. La seconde usine des Lits Pardon fut installée 95-97 avenue de Choisy.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Des lits Pardon au Marriott Saint-Jacques », sur lafabriquedeparis.blogspot.fr (consulté le 24 mars 2018)
  2. Émile Wiriot, Paris, de la Seine à la Cité universitaire. Le quartier Saint-Jacques et les quartiers voisins, leurs transformations à travers les siècles, Paris, Tolra, , 623 p. (lire en ligne), p. 417-419 (notice BnF no FRBNF31658785) (notice BnF no FRBNF34218854).
  3. « PSS / Mariott Paris Rive Gauche (Paris, France) », sur www.pss-archi.eu (consulté le 24 mars 2018)
  4. « Paris Marriott Rive Gauche Hotel & Conference Center », sur Marriott International (consulté le 24 mars 2018)

Liens externes[modifier | modifier le code]