Leucade

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Leucade (homonymie).

Leucade
Λευκάδα (el)
Vue de la ville de Leucade
Vue de la ville de Leucade
Géographie
Pays Drapeau de la Grèce Grèce
Archipel Îles Ioniennes
Localisation Mer Ionienne (mer Méditerranée)
Coordonnées 38° 43′ 00″ N, 20° 39′ 00″ E
Superficie 335,8 km2
Administration
Périphérie Îles Ioniennes
District régional Leucade
Dème Leucade
Démographie
Population 22 652 hab. (2011)
Densité 67,46 hab./km2
Plus grande ville Lefkada (ville)
Autres informations
Fuseau horaire UTC+02:00
Site officiel www.lefkada.grVoir et modifier les données sur Wikidata

Géolocalisation sur la carte : Îles Ioniennes (périphérie)

(Voir situation sur carte : Îles Ioniennes (périphérie))
Leucade
Leucade

Géolocalisation sur la carte : Grèce

(Voir situation sur carte : Grèce)
Leucade
Leucade
Îles en Grèce

Leucade (en grec moderne : Λευκάδα, Lefkáda) est une des îles Ioniennes (Grèce). Elle porta longtemps le nom de Sainte-Maure.

Au nord d'Ithaque et de Céphalonie, elle a une superficie de 305 km2 pour un littoral de 117 km. Son sommet, le mont Stavrota, s'élève à 1 158 mètres.

Les villes principales sont la capitale (qui porte le nom de l'île), Nydri (en) et Vassiliki (en) (ports vers les îles de Méganissi et Céphalonie). Les principales activités de l'île sont l'agriculture (huile et vin), l'élevage et le tourisme.

Noms[modifier | modifier le code]

En grec ancien et en grec puriste, l'île est appelée Λευκάς (Leukas, Lefkás), qui donne en grec démotique Λευκάδα (Lefkáda). À partir du Moyen Âge, elle est appelée Sainte-Maure, en grec Άγια Μαύρα (Aya Mavra), en italien Santa Maura, jusqu'au XIXe siècle où elle reprend son nom antique.

Géographie[modifier | modifier le code]

Photo satellite de Leucade

Leucade est une île montagneuse, à la riche végétation à l'est et au sud. L'île a été reliée au continent dont elle fut longtemps une péninsule.

À l'est, les côtes sont douces, abritées du vent et ponctuées de petits îlots verdoyants, dont les plus connus sont Skorpios, Madouri et Sparti. La région orientale est verdoyante. S'y s'égrènent de petits villages maritimes, comme Ligia et Nikiana, et Nidri, un des sites les plus touristiques de l'île. Les vestiges d'une ville préhistorique et de tombes circulaires de la même période, mis au jour dans les environs, ont persuadé l'archéologue allemand Dörpfeld qu'il s'agissait là de la patrie d'Ulysse.

Ses côtes occidentales, par contre, sont abruptes et entrecoupées d'immenses plages de sable doré.

Leucade doit son nom à ses falaises de craie blanche qui se trouvent au sud de l'île : le cap de la Dame ou le saut de Leucade (72 mètres de haut).

Le chef-lieu est Leucade (Lefkada), aux maisons en bois peint, bâtie au fond d'un golfe naturel, au nord de l'île près du chenal qui la sépare du continent.

Le réseau routier permet de faire le tour de l'île.

Municipalités[modifier | modifier le code]

Les 8 municipalités du nome de Leucade avant la réforme Kallikratis (2010)

Avec la réforme Kallikratis (2010), tous les dèmes (municipalités) de l'île de Leucade ont été regroupés en un seul dème qui comprend également les îles de Kalamos et Kastos, Méganissi formant un dème indépendant.

L'ancien nome de Leucade était divisé en 6 dèmes et 2 communautés:

Dème YPES code Chef-lieu
(si nom différent)
Code postal Préfixe tel.
1. Lefkada (ville) 3606 311 00
2. Apollonioi (en) 3601 Vassiliki (en) 310 82
3. Ellomenos (en) 3602 Nydri (en) 311 00
4. Karya (en) 3604 310 80
5. Méganissi 3607 Katomeri 310 83
6. Sfakiotes 3608 Lazarata (en) 310 80
Communauté YPES code Chef-lieu
(si nom différent)
Code postal Préfixe tel.
7. Kalamos 3603 310 81
8. Kastos 3605 310 81

Mythologie[modifier | modifier le code]

La légende veut que, dans l’Antiquité, pour se guérir d’un mal d’amour, on se jetait du haut du « saut de Leucade » dans la mer[1]. Si on ne mourait pas, on était estropié et guéri de son amour. Selon la mythologie, la poétesse Sappho s’y serait tuée à cause de Phaon[2].

Dans La Belle Hélène de Jacques Offenbach, Oreste chante, aux maris récalcitrants : « À Leucade l’empêcheur ! À Leucade le gêneur ! ».

Histoire[modifier | modifier le code]

Préhistoire[modifier | modifier le code]

L’île fut habitée dès le Néolithique. Des traces d’occupation mycénienne ont aussi été mises au jour[3].

Antiquité[modifier | modifier le code]

Les Corinthiens ont colonisé Leucade au VIIe siècle av. J.-C. et fondèrent une nouvelle ville : Leukas, la capitale d’aujourd'hui.

En -650, ils commencèrent la construction d’un pont pour unir l’île à la Grèce continentale. À cette époque, Leucade était composée de plusieurs cités autonomes.

L’île de Leucade participa aux Guerres médiques : elle envoya 3 navires et 800 hommes à la bataille de Salamine en -480. De -431 à -404, Leucade est venue en aide à Corinthe, durant la guerre du Péloponnèse.

En -343, aux côtés d'Athènes, l’île se battit contre les Macédoniens de Philippe II. À la suite de la défaite d’Athènes, Leucade passa sous la domination du Royaume de Macédoine puis sous celle de Pyrrhus d’Épire .

En -198, Leucade est envahie par les Romains et intègre la province romaine de Nicopolis d'Épire. En -27, Leucade est incorporée à l’Achaïe, province romaine comprenant la Grèce proprement dite. Dans l’Empire romain d'Orient, Leucade fait partie de l’Épire ancienne (Epirus vetus), province comprenant, en outre, l’Épire antique et les îles de Corcyre et d’Ithaque, et relevant du diocèse de Macédoine et de la préfecture d’Illyrie, dont le vicaire et le préfet résident à Thessalonique. « Empire byzantin » est le nom moderne à l’Empire romain d’Orient depuis Hieronymus Wolf (XVIe siècle). Vers 886, sous le règne de l’empereur Léon VI le Sage, Leucade fait partie du thème de Nicopolis, ayant Naupacte pour chef-lieu.

Moyen Âge et époque moderne[modifier | modifier le code]

Carte de la Grèce byzantine divisée en thèmes (vers 900)
Thèmes byzantins en Grèce (vers 900)
Sainte-Maure sous la domination ottomane (Manesson Mallet, 1684).

Lorsqu’à partir de 1204, la Quatrième croisade provoque la fragmentation l’Empire byzantin en états grecs et latins, l’Acarnanie échoit d’abord à un état grec, le Despotat d'Épire de la dynastie Doukas, puis, vers 1300, à un état latin, le Comté palatin de Céphalonie et Zante des comtes Orsini, grâce au mariage de Jean I Orsini (el) avec Maria, la fille du despote d’Épire Nicéphore Ier Doukas. Jean I Orsini fit construire un château, Aghia Mavra, au bord du chenal qui sépare l’île du continent. Ce fort valut son nouveau nom à l'île : Aghia Mavra ou Sainte-Maure[3].

Après avoir été dirigée par diverses dynasties et subi de nombreuses attaques de pirates, Leucade en partie dépeuplée est occupée par les Turcs de 1479 à 1684.

Par la suite, l’île est conquise par les troupes vénitiennes du commandant Morosini, au cours de la Guerre de Morée. À partir de ce moment, son histoire suit celle des îles Ioniennes. L’île se repeuple, devenant même un refuge pour les populations continentales (grecques, albanaises, slaves et valaques) soumises, dans l’Empire ottoman, aux timars, à la double-capitation et à l’enlèvement des garçons (pour les Janissaires) ; la capitale de Leucade devient un important centre économique et maritime.

L'influence vénitienne reste encore très marquée dans l'architecture de Leucade.

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

En 1797, après le traité de Campo Formio, puis après le traité de Tilsit, l’île est dominée à deux reprises par les Français : les républicains jusqu’en 1798, qui forment le département français de Mer-Égée, puis les troupes napoléoniennes de 1807 à 1809, date à laquelle les Anglais la reconquièrent. En 1799, elle est intégrée à la République des Sept-Îles, formée sous l’égide des Russes et des Ottomans.

Après le traité de Paris de 1815, Leucade occupée par les Britanniques fait partie de la République des Îles Ioniennes qui y construit divers monuments et un excellent réseau routier encore utilisable de nos jours. Leucade a participé à la guerre d'indépendance grecque. Le rattachement à la Grèce eut finalement lieu le .

Pendant l’Occupation, Leucade est d’abord occupée par l’Italie fasciste, puis, à partir d’octobre 1943, par la Wehrmacht du Troisième Reich, qui, harcelée par la Résistance grecque, finit par se retirer à l’automne 1944.

Économie[modifier | modifier le code]

Agriculture[modifier | modifier le code]

L'île produit du vin, de l'huile, des saucisses et des lentilles réputées en Grèce : les lentilles d'Eklouvi[4].

Tourisme[modifier | modifier le code]

Églises et monastères[modifier | modifier le code]

Leucade possède un grand nombre d’églises et de monastères :

  • L'église Agios Ioannis Antzoussis
  • L'église de l'Apparition de la Vierge Marie
  • L'église de la Panagia Hodeghetria
  • L'église de Christou Pandokratora
  • Le monastère de la Panagia Faneromeni

Musées de Leucade (ville)[modifier | modifier le code]

  • Musée archéologique : au centre de la ville de Leucade. On y trouve les découvertes de l'archéologue allemand, Dörpfeld. Les objets datent principalement de l'Âge de Bronze. Les fouilles ont principalement été réalisées sur les sites de Nidri, de Kariotes et d'Evgiros.
  • Musée d'Art populaire : près de l'église Agios Spyridon, fondé par une association musicale de l'île, appelée « Orphée ». Collection de photos, de cartes, de costumes traditionnels, d’ustensile, etc ainsi que la décoration d'une chambre traditionnelle.
  • Musée des Gramophones : collection d'anciens gramophones, mais aussi de costumes traditionnels, de broderies, de bijoux, de photos et d'instruments de musique.

Jumelage[modifier | modifier le code]

La ville de Leucade est jumelée avec Leucate en France et les noms des deux villes ont la même étymologie (« blanche ») ; une légende urbaine qu'aucune donnée archéologique ou historique n'étaye, affirme que des colons grecs de Leucade auraient fondé Leucate et l'auraient ainsi nommée en raison de sa ressemblance avec Leucade.

Personnalités liées à Leucade[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Yiannis Desypris, 777 superbes îles grecques, ed. Toubi's, Athènes 1995. (ISBN 960540124X)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Le cap de la Dame, connu sous le nom de « saut de Leucade », est une falaise haute de 72 mètres située au sud de l'île de Leucade.
  2. Voir Nagy 1973 et Clément Lévy, « Le plongeon de Sappho ou le saut de Leucade. Érotique du plongeon », dans Le rivage des mythes, Bertrand Westphal (dir.), Presses Universitaires de Limoges, coll. « Espaces Humains », p. 37-48 [lire en ligne].
  3. a et b Yiannis Desypris, 777 superbes îles grecques., p. 221.
  4. Yiannis Desypris, 777 superbes îles grecques., p. 220.