Guy Boley

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Guy Boley
Description de cette image, également commentée ci-après
Guy Boley en 2018.
Naissance
Besançon, France
Activité principale
Auteur
Langue d’écriture français

Œuvres principales

Fils du feu (2016)

Guy Boley, né en à Besançon, est un écrivain français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Guy Boley naît et grandit dans le quartier des Chaprais à Besançon au sein d'une famille ouvrière bisontine[1]. Il a pratiqué de nombreux métiers manuels – ouvrier, maçon mais aussi garde du corps ou chauffeur – et artistiques – saltimbanque, acrobate, funambule (il collabore avec Michel Menin), directeur de cirque et cascadeur[2] –, avant de se consacrer à l'écriture tout d'abord comme dramaturge pour le spectacle vivant avec une centaine de pièces de théâtre et de danse[3],[4].

Il publie son premier roman en 2016 – à 64 ans, après trente ans de refus d'éditeurs, puis la découverte de la littérature de Pierre Michon qui transformera son approche de l'écriture[2] –, avec Fils du feu qui reçoit un très bon accueil critique[4],[5] et de nombreux prix littéraires[6]. Il est remarqué notamment pour son « ton singulier » et son « écriture poétique[2] ». De même pour son deuxième roman Quand Dieu boxait en amateur (2018) – consacré à son père, René Boley, forgeron bisontin et boxeur amateur[7],[8],[9] – qui est retenu dans la première sélection du prix Goncourt 2018[10]. Ces deux romans constituent les deux premiers volets d'une trilogie consacrée à ses origines et au monde prolétaire disparu[7].

Il vit à Mesmay dans le Doubs[1].

Œuvre[modifier | modifier le code]

Prix Françoise-Sagan, grand prix SGDL du premier roman[11], prix littéraire Georges-Brassens et prix Alain-Fournier en 2016[6] ; prix littéraire Québec-France Marie-Claire-Blais en 2018[6].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :