Guillaume-Henri de Nassau-Sarrebruck

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Guillaume-Henri de Nassau-Sarrebrück
WilhelmHeinr007-2.jpg
Biographie
Naissance
Décès
Sépulture
Église du château de Saarbrücken (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Nom dans la langue maternelle
Wilhelm Heinrich von Nassau-SaarbrückenVoir et modifier les données sur Wikidata
Formation
Activité
Famille
Père
Mère
Fratrie
Enfants
Louis de Nassau-Sarrebrück
Anne-Caroline de Nassau-Sarrebruck (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Religion
Grade militaire
Conflits
Distinctions

Guillaume-Henri, Prince de Nassau-Sarrebruck ( à Usingen à Sarrebruck), était le prince de Nassau-Sarrebruck de 1741 jusqu'à sa mort.

Biographie[modifier | modifier le code]

Guillaume-Henri était le cinquième fils de Guillaume de Nassau-Usingen et de la princesse Charlotte de Nassau-Dillenbourg. Son père est décédé quelques semaines avant sa naissance. Sa mère a agi à titre de tuteur et régente jusqu'à sa mort en 1738. Elle a fourni une éducation complète à son fils dans la foi calviniste. En 1730 et 1731, lui et son frère ont été inscrits à l'Université de Strasbourg. Il a probablement aussi étudié pendant un certain temps à l'Université de Genève, qui a été populaire parmi les étudiants réformés. Son Grand Tour l'a amené à la cour de Louis XV en France, parmi d'autres endroits.

Après la mort de sa mère, son frère Charles de Nassau-Usingen a agi en tant que régent jusqu'à ce que Guillaume-Henri arrive à l'âge adulte. En 1741, les frères ont décidé de partager leur héritage. Charles a reçu Nassau-Usingen sur la rive droite du Rhin; Guillaume-Henri a reçu Nassau-Sarrebruck sur la rive gauche. À l'époque, Nassau-Sarrebruck mesuré environ 12 miles carrés et il avait 22000habitants. Cela fait d'elle l'une des plus petites principautés dans le Saint-Empire romain germanique[1].

Politique[modifier | modifier le code]

Peu de temps après son accession au pouvoir, il a participé avec son régiment Royal-Allemand à la Guerre de Succession d'Autriche. En 1742, il a vendu son régiment au landgrave de Hesse-Darmstadt, lors de son séjour à Francfort à l'occasion du couronnement de Charles VII. Au cours de cette visite, il a également rencontré la princesse Sophie d'Erbach, sa future épouse.

Plus tard, il a pris part à la Guerre de Sept Ans, à nouveau avec ses propres troupes. Il avait une relation étroite avec la France, son grand voisin. Il a souvent voyagé à Paris, où il a reçu les honneurs militaires, y compris une promotion comme maréchal.

Guillaume-Henri a réformé l'administration et la justice. Il a séparé ces deux branches du gouvernement, et a émis des ordres typique de la lumière absolutistes de son temps. Il a pris des mesures pour normaliser les taxes et introduit un cadastre moderne sur le modèle autrichien. Il a également favorisé les méthodes modernes d'agriculture, comme la pomme de terre et de lutte antiparasitaire. Il a également été impliqué dans l'extraction de charbon et de fer de fonte. Il a nationalisé les mines et loué les forges à des entrepreneurs tels que le Cerf Beer. Il a jeté les bases pour une économie proto-industrielle, qui allait devenir le pays hautement industrialisé de la Sarre. En dépit de l'augmentation des revenus, sa situation financière ne s'améliore pas, en raison du niveau élevé des dépenses sur les activités de construction[2].

Guillaume-Henri et ses princes contemporains ont montré les possibilités et les limites d'une politique illuminé absolutiste. Comme il a insisté sur les principes éclairés de réformes juridiques, la poursuite de la relance économique et à l'exercice de la tolérance religieuse, il restait aussi des règles qui interdisent à ses sujets de participer activement au gouvernement, et il a essayé de réglementer tous les aspects de la vie avec un immense flot de la réglementation, et il a réprimé durement les protestations sociales[3].

Résidences[modifier | modifier le code]

Château De Sarrebruck
L'entrée principale de la Louis de l'Église la nuit

Lorsque son règne a commencé, lui et sa famille et quelques familles nobles se sont déplacées de Usingen à Sarrebruck et il a commencé à développer sa capitale. La ville a été durement touchée par la Guerre de Trente Ans et la Guerre des Réunions. Il a remanié et élargi la ville dans un style baroque, en particulier par l'architecte Friedrich Joachim Stengel. Les constructions remarquables de cette période sont le Château de Sarrebruck, de la Ludwigskirche et de la Basilique de Saint-Jean. Il a également construit un certain nombre de palais et de maisons de ville. L'inconvénient de cette politique a été une dette immense, que son fils et successeur, Louis avait à traiter. Néanmoins, la ville de Sarrebruck est toujours dominée par les bâtiments de Guillaume-Henri qui gardent sa mémoire vivante[4].

Le mariage et la descendance[modifier | modifier le code]

Guillaume-Henri s'est marié le 28 février 1742 à Erbach avec Sophie (1725-1795), la fille du comte Georges-Guillaume d'Erbach et petite-fille de Georges-Albert II d'Erbach-Fürstenau. Avec elle, il a eu les enfants suivants:

Références[modifier | modifier le code]

  • Winfried Dotzauer: Fürst Wilhelm Heinrich von Nassau-Sarrebruck, in: Richard van Dülmen et Reinhard Klimmt (eds.): Saarländische Geschichte. Eine Anthologie, Saint-Ingbert, 1995, S. 87-94
  • Michael Jung: Zwischen Ackerbau und Fürstenhof. Saarbrücker und St Johanner Bürgertum im 18. Jahrhundert, Saint-Ingbert, 1994
  • Klaus Ries: Obrigkeit und Untertanen. Stadt - und Landproteste de Nassau-Sarrebruck im Zeitalter des Reformabsolutismus, Sarrebruck, 1997
  • Müller-Blattau, Wendelin: Zarte Liebe fesselt mich. Das Liederbuch der Fürstin Sophie Erdmuthe von Nassau-Sarrebruck = Veröffentlichungen des Instituts für Landeskunde im Saarland, vol. 39, édition partielle avec des adaptations par Ludwig Harig, séparés par télécopieur mini-volume, Sarrebruck, 2001, (ISBN 978-3-923877-39-3), p. 111
  1. Dotzauer: Fürst Wilhelm Heinrich, p. 89
  2. Dotzauer: Fürst Wilhelm Heinrich, p. 92 ff
  3. Ries: Obrigkeit und Untertanen, p. 425-436
  4. Jung: Zwischen Ackerbau und Fürstenhof, p. 60-70