Collocation (linguistique)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le terme « collocation » vient du latin collocare, qui signifie : « placer ensemble ». L'orateur Quintilien (35 / 95) emploie ce terme très général pour désigner l'« arrangement des mots ». La rhétorique a transmis le terme en ce sens à la linguistique.

Définition[modifier | modifier le code]

En linguistique, une collocation est une cooccurrence privilégiée, une association habituelle d'un mot à un autre au sein d'une phrase, un rapprochement de termes qui, sans être fixe, n'est pas pour autant fortuit, comme : « voix suave », « courir vite », « entraîner des conséquences ».

Lorsque la collocation n'autorise aucune variation de ses éléments, on parle aussi d'« expression » ou de « locution figée » (ex.: passer son tour), qui peut aboutir à transformer l'expression en unité lexicale: on parle alors de lexicalisation (ex.: au fur et à mesure).

La collocation intéresse les linguistes, car elle manifeste une relation potentielle entre les mots d'une langue, indépendamment du locuteur.

Exemples illustrant les caractéristiques des collocations[modifier | modifier le code]

Les collocations reposent sur un rapprochement particulièrement fréquent de deux éléments du lexique: sa fréquence doit être plus élevée que celle de chacun de ses éléments pris séparément.

Les collocations reposent sur un rapprochement qui est largement arbitraire : ainsi les différentes langues font des choix différents pour créer des collocations et de ce fait ce sont souvent les traducteurs qui sont les plus sensibles aux collocations et les observent le plus volontiers dans les langues :

Cantos Gómez fait remarquer qu'on dit en anglais rancid butter mais non sour butter. Nous pouvons ajouter qu'on emploie l'équivalent espagnol de sour pour le lait, dans leche agria alors qu'on a le français lait tourné ;

  • espagnol vino ranciovin piqué ;
  • espagnol dar un pasofaire un pas ;
  • anglais teach a coursefaire (un) cours ≡ russe lire un cours.

Cet arbitraire est aussi intralinguistique : angl. teach a course mais give a lecture, ce dont Melcuk fait aussi état pour le français: plonger quelqu'un dans le désespoir mais mettre quelqu'un en rage.

Usage terminologique des collocations : dans l'expression « anorexie mentale », les deux mots, placés ensemble, en collocation, ont un sens technique, qui ne peut se substituer à « anorexie psychologique » ou à « manque d'appétit mental », rapprochements inusuels et peu signifiants, que n'utilisera pas le spécialiste. Autres exemples : travailleur indépendant, indemnité journalière, etc..

Variabilité relative des éléments constituant la collocation : Le syntagme « faim de loup » peut être remplacé par « faim d'ogre », mais sans véritable effet de sens, contrairement à un rapprochement moins courant comme dans « faim de dinosaure », qui n'est pas évocateur.


Articles connexes[modifier | modifier le code]