Grotte de la Salpêtrière

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Salpêtrière.
Grotte de la Salpêtrière
Grotte de la Salpêtrière.JPG
La grotte de la Salpêtrière,
proche du pont du Gard
Localisation
Coordonnées
Pays
région
département
Vallée
vallée du Gard
Localité voisine
Caractéristiques
Cours d'eau
Occupation humaine
Statut patrimonial
Logo monument historique Classé MH (1931)
Fermée aux visites
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg
Localisation sur la carte du Languedoc-Roussillon
voir sur la carte du Languedoc-Roussillon
Red pog.svg
Localisation sur la carte du Gard
voir sur la carte du Gard
Red pog.svg

La grotte de la Salpêtrière est un abri sous roche profond situé sur la commune de Remoulins dans le département du Gard en Languedoc-Roussillon (région Occitanie).

Elle a livré l'une des stratigraphies les plus complètes du Paléolithique supérieur pour le Midi méditerranéen de la France et est le site éponyme du Salpêtrien, une culture paléolithique datée d'environ 19 000 ans avant le présent.

Situation[modifier | modifier le code]

L'abri se trouve à 200 mètres en aval du pont du Gard, en rive droite, sur la commune de Remoulins à quelque 50 mètres à l'est de la limite de commune avec Vers-Pont-du-Gard[1]..

Archéologie[modifier | modifier le code]

Les nombreuses fouilles menées depuis 1872 ont presque épuisé le gisement. Les dernières campagnes ont permis d'y reconnaître des niveaux attribués à l'Aurignacien, au Gravettien, au Solutréen, au Salpêtrien, au Magdalénien, au Néolithique et au Chalcolithique.

Protection[modifier | modifier le code]

La grotte est classée au titre des Monuments historiques depuis le 19 juin 1931[2]. Elle n'est pas ouverte à la visite.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • G. Boccaccio, Les industries lithiques du Solutréen supérieur et du Salpêtrien ancien en Languedoc : ruptures et continuités des traditions techniques (thèse de doctorat), Université d'Aix-Marseille I, , 528 p. (lire en ligne [PDF]).
  • Max Escalon de Fonton, « Un nouveau faciès du Paléolithique supérieur dans la grotte de la Salpêtrière (Remoulins, Gard) », dans E. Ripoll Perelló, Miscelánea en homenaje al abate Henri Breuil (1877-1961) [« Mélanges en l'honneur de l'abbé Henri Breuil (1877-1961) »], t. 1, Diputación provincial de Barcelona, Instituto de Prehistoria Y Arqueología, , p. 405-421.
  • Maryline Rillardon, Environnement et subsistance des derniers chasseurs-cueilleurs dans la basse vallée du Rhône et ses marges du Pléniglaciaire supérieur (20 ka BP) à l’optimum climatique (8 ka BP) (thèse de doctorat), Université Aix-Marseille I-Université de Provence, U.F.R. Civilisation et Humanité, , 1129 p. (lire en ligne).
  • Max Escalon de Fonton, « Du Paléolithique supérieur au Mésolithique dans le Midi méditerranéen », Bulletin de la Société préhistorique française, vol. 63, no 1 « Etudes & Travaux »,‎ , p. 66-180 (lire en ligne).

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Géoportail, « Grotte de la Salpêtrière, carte interactive » . Couches « Cartes IGN classiques », « Limites administratives » et « Hydrographie » activées. Vous pouvez bouger la carte (cliquer et maintenir, bouger), zoomer (molette de souris ou échelle de l'écran), moduler la transparence, désactiver ou supprimer les couches (= cartes) avec leurs échelles d'intensité dans l'onglet de "sélection de couches" en haut à droite, et en ajouter depuis l'onglet "Cartes" en haut à gauche. Les distances et surfaces se mesurent avec les outils dans l'onglet "Accéder aux outils cartographiques" (petite clé à molette) sous l'onglet "sélection de couches".
  2. « Abri préhistorique de la Salpétrière », notice no PA00103290, base Mérimée, ministère français de la Culture