Globalia

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Globalia
Auteur Jean-Christophe Rufin
Pays Drapeau de la France France
Genre Roman d'anticipation
Éditeur Gallimard
Collection Blanche
Date de parution 2004
Nombre de pages 512
ISBN 2-07-073729-2
Chronologie

Globalia est un roman d'anticipation développant une dystopie (ou contre-utopie) écrit par Jean-Christophe Rufin et publié en 2004.

Argument[modifier | modifier le code]

L'action se déroule dans un futur indéterminé, en juillet 27 d'une ère globalienne, dont on sait seulement qu'elle est postérieure à la nôtre[1]. Une sorte d'État mondial, Globalia, assure à ses citoyens la sécurité, la prospérité et une certaine forme de liberté tant qu'ils ne remettent pas en cause le système. Les « zones sécurisées » occupent principalement l'hémisphère nord, tandis que les « non-zones », essentiellement situées dans l'hémisphère sud, sont réputées inhabitées mais servent de refuge à des populations que le pouvoir central qualifie de « terroristes ». Baïkal Smith, un jeune Globalien, cherche à fuir cette société qui lui pèse. Ce jeune homme se fait enrôler dans une machination montée par Ron Altman. Celle-ci consiste à créer un ennemi public no 1 pour fédérer les Globaliens contre cette menace extérieure des « non-zones ».

Personnages principaux[modifier | modifier le code]

  • Baïkal
  • Kate
  • Ron Altman
  • Puig Pujols

Grands points de réflexion[modifier | modifier le code]

  • Le besoin d’un ennemi pour la cohésion d’une société et la dérive totalitaire au nom de la lutte contre celui-ci.
  • La faiblesse du pouvoir politique face au pouvoir économique.
  • La difficulté de concilier liberté et sécurité (bulles/Protection Sociale).
  • Les risques de l’étude historique et de la mémoire historique pour la paix en société.
  • La société a-t-elle le droit d’exclure des individus au nom de son bien-être (non-zones).
  • L’infantilisation des masses au nom de leur bien-être (Fête de la pluie).
  • Les risques de la jeunesse pour la société (Contrôle des naissances et crainte des déviances).
  • Le rôle des médias dans la perception de la société et sa cohésion (Mise en scène des attentats/moniteur).

Commentaires de l'auteur[modifier | modifier le code]

Jean-Christophe Rufin a déclaré avoir écrit Globalia en trois mois, mais que ce projet était en gestation depuis longtemps. Il considère que ce roman fait le lien avec ses essais[2], en imaginant ce que pourrait devenir le tiers monde dans le futur[3].

Dans la postface du livre, il explique avoir suivi la même approche narrative que pour ses précédents romans historiques, en mêlant des éléments issus du réel à d'autres qu'il a inventés pour renforcer le pouvoir évocateur de son récit. Il décrit une société dont il redoute qu'elle soit possible dans l'avenir, et dans laquelle il ne pourrait pas vivre. C'est pourquoi les deux personnages principaux auxquels il s'identifie, Baïkal et Kate, sont déterminés à s'enfuir dès le début du roman, en espérant trouver ailleurs la liberté.

Dans d'un entretien présenté par l'éditeur[4], l'auteur précise que son roman sert de support à une réflexion sur deux thèmes principaux:

  1. imaginer l'évolution des rapports Nord-Sud
  2. explorer les risques de dérive de la démocratie dus à la dilution du pouvoir politique, qui perd ainsi en crédibilité: « À Globalia, il y a des élections partout et tout le temps, mais elles ne changent rien à rien ». Le pouvoir économique a pris le pas sur la politique, rejetée car elle est source de conflits et de violence. L'auteur cherche à montrer comment le libéralisme peut ainsi conduire à une nouvelle forme de totalitarisme. Ce « système mou » a besoin d'un ennemi pour maintenir une cohésion sociale reposant sur le sécuritarisme.

Dans ce même entretien, l'auteur évoque également un autre thème abordé, celui de l'égocentrisme qui, poussé à l'extrême, conduit à vouloir s'affranchir des lois naturelles, en particulier celles liées au vieillissement et à la transmission entre générations.

Lors d'une conférence à Cologne[5], Rufin a cité certains épisodes du roman qui sont tirés de son expérience personnelle. Au Brésil, il a vu de longues rangées de cercueils d'enfants semblables à celles que Baïkal découvre avec horreur dans les « non-zones ». En Afrique du Sud, il a dû protester contre un policier sud-africain qui lui réclamait une carte d'accès avec code-barres destinée à pouvoir le repérer pendant une randonnée: cet incident est à l'origine de l'épisode en « salle de trekking » au début du roman.

Les interviews de l'auteur font souvent référence à la convergence entre ce roman et l'actualité. Par exemple, le thème du Forum économique mondial de Davos était dédié en 2004 à « Un partenariat pour la sécurité et la prospérité », rappelant singulièrement la devise de Globalia (« Liberté, Sécurité, Prospérité »)[6],[7]. Émilie Dejonckheere rapporte que Rufin s'est défendu d'avoir introduit la composante terroriste dans son texte en raison des attentats du 11 septembre 2001[8], du moins directement, car les manipulations destinées à entretenir la terreur chez les globaliens lui ont été inspirées par les préparatifs de la guerre d'Irak[5]. Fin 2015, en citant Globalia, Léa Salamé fait réagir l'auteur à propos des mesures de sécurité prises à la suite des attentats du 13 novembre[9].

Dans un entretien avec Marie-Christine Vandoorne, Rufin estime que l'ambiance sécuritaire contemporaine tend à faire considérer comme une menace toute expression identitaire, qu'elle soit d'ordre historique, religieuse, ethnique ou linguistique. Il prend l'exemple des États-Unis dont il considère que leur fondation reposerait presque sur l'idée d'un « nouveau monde » débarrassé « des vieilles identités européennes dangereuses ». Cette peur de la différence est source d'homogénéisation et d'appauvrissement des références culturelles. Dans Globalia, cette tendance est poussée jusqu'à l'absurde: les individus sont conditionnés par la publicité et ont perdu toute personnalité. Par exemple, il n'existe plus qu'une seule langue simplifiée, l'« anglobal ». Elle permet à tous de se comprendre, y compris dans les « non-zones » où les « tribus » l'ont adoptée, même si l'usage de langues vernaculaires y persiste encore. Véhicule culturel par excellence, le livre n'a pas été interdit, car la censure en renforce l'attrait, comme en témoigne l'appétence pour la lecture dans le bloc de l'Est avant la chute du mur de Berlin. À Globalia au contraire, la surabondance de publications insignifiantes a détruit tout intérêt pour la lecture. Au cours du même entretien, l'auteur a indiqué avoir voulu s'inscrire dans la tradition du conte philosophique du XVIIIe siècle, en traitant de sujets très graves, mais de façon romanesque et sur un ton humoristique[10].

Avis critiques[modifier | modifier le code]

Pascale Frey voit dans Globalia « un récit d'aventures plein d'humour et de clins d'œil sur deux mondes qui se côtoient »[3].

Thierry Gandillot admire la maîtrise avec laquelle Jean-Christophe Rufin reprend la tradition du roman dystopique et gagne un pari très risqué, car la comparaison avec des chefs d'œuvre tels que 1984 ou Le Meilleur des mondes est inévitable. Ce critique fait également référence à la fin de l'Histoire telle qu'elle est annoncée par Francis Fukuyama, et qui devrait résulter de la chute des régimes totalitaires. Si l'histoire des peuples et des territoires est censurée par les autorités globaliennes, ce régime ne peut cependant se maintenir qu'en entretenant un sentiment de peur face à des menaces terroristes, écologiques et économiques qu'il convient de renouveler sans cesse. Thierry Gandillot apprécie aussi l'aspect romanesque du livre, qui n'est pas seulement une réflexion philosophique, mais qui contient des notes d'humour tout en racontant une histoire d'amour[11].

Kawthar Ayed met l'accent sur l'« héroïsme désenchanté » des deux principaux personnages dissidents, Baïkal et Puig, dont le regard critique permet de dénoncer la perversion du régime globalien. Mais cet héroïsme est dérisoire, puisque la révolte de ces deux dissidents est en fait orchestrée par le machiavélique Ron Altman. Baïkal est contraint de jouer la « comédie du chef terroriste », tandis que Puig est ridiculisé par son costume de cape et d'épée[12].

Michel Herland salue un ouvrage ambitieux qui associe une fiction futuriste à une analyse critique des démocraties contemporaines: il s'agit d'extrapoler les tendances actuelles potentiellement porteuses de risques, de les exagérer, ou parfois de les inverser (ex. : le dégoût envers la jeunesse qu'éprouvent les globaliens, d'âge mur pour la plupart). Il juge ces extrapolations « plus ou moins pertinentes », mais il estime que l'auteur a pleinement raison de se placer sous le patronage d'Alexis de Tocqueville en citant De la démocratie en Amérique dans sa postface. Herland s'intéresse particulièrement au système économique de Globalia, même s'il trouve sa description peu précise. Selon son analyse, ce système repose sur un monopole des activités aux mains de quelques patrons de grandes entreprises. Ces derniers ont confisqué le pouvoir réel aux dépens des hommes politiques, qui n'ont qu'un rôle de façade. L'extrême pauvreté est éradiquée, mais la plupart des globaliens vivent chichement dans des logements étroits en raison du manque d'espace en zone protégée. Le travail est rare, mal rémunéré et peu encouragé: les globaliens qui l'abandonnent pour des activités de loisirs perçoivent à vie un revenu « Minimum prospérité ». La publicité et l'obsolescence programmée maintiennent la population dans un état permanent d'insatisfaction consumériste[13].

Julien Brault estime que ce roman montre que les ONG et les narcotrafiquants sont des facteurs de globalisation encore plus efficaces que les grandes entreprises. Les ONG s'installent souvent après des frappes militaires, de même que les commandos d'intervention globaliens distribuent de l'aide alimentaire dans les « non-zones » qu'ils viennent de bombarder pour maintenir leur suprématie. Si la publicité globalienne milite officiellement contre sa consommation, la drogue importée par les « mafieux » depuis les « non-zones » est en vente libre dans les zones protégées. Les soins du corps occupent une place prépondérante dans les préoccupations des globaliens, et les secteurs économiques qui leur sont liés jouent aussi un rôle important dans la mondialisation (Brault cite l'exemple de l'Oréal). Dans ce même article, Brault considère que la fuite de Baïkal et Kate dans les « non-zones » suggère que le bonheur ne peut se trouver qu'en refusant cette société mondialisée et en vivant ailleurs, « dans le plus grand dénuement ». Il cite à cet égard Henry David Thoreau, auquel se réfère également le romancier[14],[15].

Andreu Domingo étudie les aspects démographiques du roman, qui oppose l'allongement de la durée de vie et la stricte régulation des naissances dans Globalia à la faible espérance de vie dans les « non-zones » où les enfants pullulent[16]. Il fait un parallèle avec les Non-lieux de Marc Augé: cette vision de la « surmodernité » s'applique assez bien à la société globalienne[17].

Christian Moraru relève le paradoxe de la globalité revendiquée par Globalia, alors que cette société ne se maintient que parce qu'elle n'englobe pas le domaine extérieur des « non-zones », ce qui est vital pour sa « logique d'auto-préservation manichéenne »[18].

Uliana Gancea explore la dimension écologique du roman. À l'intérieur de Globalia, la nature est entièrement domestiquée, alors que les « non-zones » extérieures sont fortement polluées et apparemment laissées à l'abandon. Cependant, le gouvernement globalien subventionne des « tribus » chargées de protéger les « puits d'ozone » de la forêt amazonienne[19].

Pour Stéphanie Posthumus, le roman vise clairement la société américaine contemporaine. Le discours environnementaliste officiel renforce le contrôle absolu de la population de Globalia. Tous les animaux et végétaux sont sanctuarisés: il est strictement interdit de leur porter atteinte. Les ressources naturelles ne peuvent théoriquement servir à la production d'énergie, et les véhicules fonctionnent avec un « carburant propre K8 », dont la production polluante à partir du pétrole est cachée dans les « non-zones ». L'esprit de résistance au discours officiel est entretenu par l'Association Walden, dont le nom évoque Walden ou la Vie dans les bois (un livre de Henry David Thoreau, référence incontournable pour de nombreux écologistes). Cette association gère des bibliothèques publiques où sont conservés des livres et autres documents écrits susceptibles de faire germer des idées de révolte. La lecture n'est pas formellement prohibée, mais la plupart des globaliens en ont été dégoûtés par la prolifération délibérée de publications insipides[20].

Les parois de verre de Globalia peuvent faire penser à celles qui protègent Biosphère 2 du climat désertique environnant.

Emmanuel Buzay s'est intéressé à l'utilisation du livre en tant qu'objet dans la littérature d'anticipation, notamment dans Globalia. La culture du livre y est opposée à celle de l'écran, et l'association Walden a pour but de permettre à ses adhérents de retrouver un mode de pensée individuelle grâce à la lecture, et d'avoir accès à la réalité masquée par la communication de masse que diffusent les écrans[21]. Dans ce roman, le livre phare est le Walden de Thoreau, que chaque nouvel adhérent de l'association éponyme est invité à lire. Il fait une très forte impression à Puig, qui découvre ainsi la possibilité d'un mode de vie radicalement différent de celui pour lequel il est conditionné. À la dernière page du roman, il est à nouveau question du livre de Thoreau, symbole d'une vie libre proche de la nature.

Dans sa thèse de doctorat, Émilie Dejonckheere émet des réserves sur le style et la forme du roman, dont elle juge le langage trop simple à son goût. Elle aurait souhaité plus d'élan dans la progression du récit, et elle regrette le manque de précision dans la description des événements qui ont conduit à la création de Globalia. Elle estime que l'intérêt de l'ouvrage réside principalement dans sa dénonciation des failles de la société contemporaine, dont l'avenir est incertain, et dans son interrogation sur le devenir de l'être humain. Elle rapproche le système gobalien de celui de Biosphère 2, tel qu'il est perçu négativement par Jean Baudrillard dans L'illusion de la fin ou La grève des événements: des structures en verre protègent les deux entités, et leur équilibre écologique et climatique est strictement contrôlé de façon assez similaire[8],[22].

Dans une étude sur la pertinence des littérateurs voulant traiter de questions sociétales, le sociologue Yves Gilbert fait référence à la postface de Globalia, où Rufin revendique le droit du romancier à traiter de questions scientifiques ou philosophiques sans s'en tenir aux faits ou aux idées, mais en leur donnant vie en introduisant de l'émotion, de la tragédie ou de l'humour et de la dérision. A l'inverse de l'essayiste, il ne doit pas prendre parti, mais laisser le lecteur réagir selon sa propre sensibilité[23].

Éditions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. [Les années sont numérotées de 1 à 60 dans chaque ère globalienne, sans qu'il soit possible de remonter plus loin dans le passé] Rachel Gibert, « Anti-utopies et dystopies: H - Globalia de Jean-Christophe Rufin », sur sites.google.com, (consulté le 23 février 2018)
  2. [en particulier:] Jean-Christophe Rufin, L'empire et les nouveaux barbares, Jean-Claude Lattès, (1re éd. 1991) (ISBN 9782709623360, lire en ligne)
  3. a et b Pascale Frey, « Jean-Christophe Rufin, la tête ailleurs », sur lexpress.fr, (consulté le 21 février 2018)
  4. « Rencontre avec Jean-Christophe Rufin, à l'occasion de la parution de Globalia », sur gallimard.fr, (consulté le 15 février 2018)
  5. a et b [Le "lit.Cologne 2005" (https://www.litcologne.de)] (de) Abu Bakr Rieger, « Ein Ausflug nach Globalia : Auf der Lit.Cologne eröffnet Jean-Christophe Rufin eine überfällige Debatte », sur islamische-zeitung.de, (consulté le 22 février 2018)
  6. [Tout le monde en parle:] Jean-Christophe Rufin et Thierry Ardisson (présentateur), « Jean Christophe Rufin pour son livre Globalia » [vidéo], sur ina.fr, (consulté le 21 février 2018)
  7. « Davos réunit les ténors de la scène internationale », sur swissinfo.ch, (consulté le 21 février 2018)
  8. a et b Émilie Dejonckheere, Représentation d'une « néo-humanité » chez Maurice Dantec, Michel Houellebecq et Jean-Christophe Rutin (Ph. D., Department of French Studies), Houston, Texas, Rice University, , 255 p. (lire en ligne), p. 171-208
  9. Jean-Christophe Rufin et Léa Salamé (intervieweuse), « Jean-Christophe Rufin : "Un militaire dans la rue, ça vous rassure ? Moi pas." » [vidéo], sur franceinter.fr, (consulté le 21 février 2018) : « Dans votre livre Globalia, publié il y a 10 ans, vous imaginiez un monde consumériste où les citoyens ne sont plus libres et vous écriviez : « La sécurité, c'est la liberté. La sécurité c'est la protection. La protection c'est la surveillance. La surveillance, c'est la liberté. La protection ce sont les limites. Les limites, c'est la liberté. » C’était 1984, Big Brother, on y est presque ! »
  10. [Entretien réalisé avec Jean-Christophe Rufin, le 18 mars 2003, dans le cadre des Journées de la Francophonie organisées à Rome par le groupe des missions diplomatiques francophones] Marie-Christine Vandoorne, « La diversité est-elle en danger ? Interviews de deux grands écrivains contemporains » [PDF], sur gerflint.fr (consulté le 24 février 2018), p. 4-5
  11. Thierry Gandillot, « Rufin, l'utopiste », sur lexpress.fr, (consulté le 16 février 2018)
  12. Kawthar Ayed, « L'Anticipation dystopique et le désenchantement moderne » (Actes d'un colloque tenu à Nice du 10 au 12 mars 2005), Cycnos, vol. 22, no 1 « La science-fiction dans l'histoire, l'histoire dans la science-fiction »,‎ , p. 95-105 (ISSN 0992-1893, lire en ligne)
  13. Michel Herland, « Politique fiction : Globalia de Jean-Christophe Rufin », sur mondesfrancophones.com, (consulté en 20février 2018)
  14. Julien Brault, « L’État global / Le gouvernement du monde de JeanFrançois Bayart, Fayard, 438 p. / Globalia de JeanChristophe Rufin, Gallimard, 496 p. », Spirale, no 199 « Rêveries du corps : de métamorphoses en mutations »,‎ novembre–décembre 2004, p. 52-53 (ISSN 1923-3213, lire en ligne)
  15. Henry David Thoreau, La Désobéissance civile [« Civil Disobedience »], (lire sur Wikisource) :

    « De grand cœur, j’accepte la devise : « Le gouvernement le meilleur est celui qui gouverne le moins » et j’aimerais la voir suivie de manière plus rapide et plus systématique. »

  16. (en) Andreu Domingo, « "Demodystopias": Prospects of demographic hell », Population and Development Review, vol. 34, no 4,‎ , p. 725-745 (DOI 10.1111/j.1728-4457.2008.00248.x, lire en ligne)
  17. Marc Augé, Non-lieux: Introduction à une anthropologie de la surmodernité, Paris, Seuil, coll. « La Librairie du XXIe siècle », , 160 p. (ISBN 9782020125260, lire en ligne)
  18. (en) Christian Moraru, « Jean-Christophe Rufin: Globalia », Utopian Studies, vol. 17, no 1,‎ , p. 248-254
  19. Uliana Gancea, L’écocritique dans les romans "Globalia" et "Amour à l’Ancienne Ligne" (thèse de doctorat en littératures comparées, Université Paris-Est Créteil), , 353 p. (lire en ligne [PDF])
  20. Stéphanie Posthumus, « L’exception écologiste francaise : Globalia de Jean-Christophe Rufin », Contemporary French & Francophone Studies, vol. 12, no 4,‎ , p. 445-453 (lire en ligne)
  21. [Manuscrit d'une communication présentée au colloque Limites, Georgetown University, Washington, DC, 6 mars 2008:] Emmanuel Buzay, « Le propre de l'humain et ses limites dans quelques romans d'anticipation francophones contemporains », sur academia.edu, (consulté le 23 février 2018)
  22. Jean Baudrillard, L'illusion de la fin ou La grève des événements, Galilée, , 170 p. (ISBN 978-2718604114), p. 124-125
  23. Yves Gilbert, « Défense critique de la contribution à une reconnaissance de la littérature dans le domaine scientifique, d’Emmanuel Sabatie », Esprit critique, vol. 8, no 1,‎ , p. 9-18 (ISSN 1705-1045, lire en ligne [PDF])

Sur les autres projets Wikimedia :

Voir aussi[modifier | modifier le code]