Gilles Saussier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Gilles Saussier
Portrait of Gilles Saussier.jpg
Biographie
Naissance
Nationalité
Activité

Gilles Saussier, né à Suresnes en , est artiste photographe et professeur à l'École nationale supérieure de la photographie (ENSP) à Arles .

Biographie[modifier | modifier le code]

Tournant le dos à sa pratique de photo-reporter, Gilles Saussier conçoit en 1997 une installation photographique sous chapiteau dans la vieille ville de Dhaka au Bangladesh. Il choisit d’exposer et de rendre aux habitants de Shakhari bazar, le principal quartier de la minorité hindoue, 74 portraits, reliquat d'un essai photographique initialement destiné à la presse magazine internationale. Ce geste symbolique - en forme de potlach - assume la dilapidation et la dissolution des restes de son activité de photojournaliste dans un espace local non occidental, géographiquement et socialement marginalisé.

De retour au Bangladesh (2001, 2006-2007), Gilles Saussier rend visite aux habitants propriétaires de ses images et documente leur dissémination dans l'espace de la rue et les intérieurs des maisons. Un processus documentaire dialogique et expérimental s’engage formé de couches successives de portraits superposées et entrecroisées. ‘Dans la rue où les boutiques de portraitistes traditionnels ont disparu supplantées par les réalisateurs de films vidéos bon marché, les habitants viennent désormais à moi comme au studio. Lourd et visible avec mon appareil moyen-format, je parviens à réaliser ces images intimes que m’interdisait la norme du reportage. Je renoue avec l’activité de portraitiste de quartier, importé par le colonisateur, popularisé par l’indigène et tombé depuis en désuétude’.

Studio Shakhari Bazar inaugure un positionnement à la croisée de la tradition photographique documentaire, de l’art conceptuel et de l’anthropologie visuelle. Pour Gilles Saussier, la photographie est un acte qui sans cesse modifie la relation entre le photographe, le sujet photographié et le spectateur. Ses différents projets artistiques ont en commun le rapport à la mémoire des sans-voix, l’histoire raconté par les pouvoirs dont les médias, la relation du document au monument.

Dans Retour au pays, exposé à la documenta 11 (2002), Gilles Saussier propose une médiation poétique sur la cohabitation des usages et les imaginaires du paysage en vallée de l'Epte à la frontière de l'Île-de-France et de la Normandie. En 2003-2004, il intervient dans le cadre de deux grands projets de renouvellement urbain à Cherbourg-Octeville (AURU), et dans le quartier d'habitat populaire de Malakoff (GPV) à Nantes.

En 2010, Gilles Saussier publie Le Tableau de chasse dont les premières séries sont exposées au Kunstmuseum de Bâle dans le cadre de l'exposition Covering the real, Art and the Press Picture from Warhol to Tillmans (2005). Archéologie médiatique et photographique de la révolution roumaine de 1989, Le Tableau de chasse est une aussi une vigoureuse critique du reportage d'auteur et de la façon dont les photographes prétendent poser leur marque sur le réel. À rebours des effets de signature, G. Saussier confesse dans Ruines du reportage et spolia documentaires (2015) n'être devenu l'auteur de ses photographies prises en 1989 à Timisoara qu'en publiant le récit du Tableau de chasse, vingt ans après les événements.

Gilles Saussier engage ensuite une enquête de territoire sur la fabrication de La Colonne sans fin du sculpteur Constantin Brancusi (1876-1957), érigée à Târgu Jiu, Roumanie, en 1938 dans les Carpates méridionales. Suivant le défilé du Jiu (Passul Surduc), Gilles Saussier explore les conditions de transport et de fabrication du monument et révèle l'arrière-pays minier dont il est issu. Le récit de cette élévation par des ingénieurs des mines et des ouvriers creusant infiniment sous terre croise l’histoire de l’art moderne et la construction de l’Europe contemporaine, de la révolution industrielle à l’effondrement du bloc communiste. Publié aux éditions du Point du Jour, l'ouvrage Spolia est présenté fin 2018 lors du colloque international Nouvelles théories de la photographie. Approches analytiques et continentales (Paris Sorbonne Université), à la bibliothèque Kandinsky (Centre Pompidou) et à Art Genève 2019 à l'invitation des éditions Macula. Il est successivement exposé à la galerie du Bleu du ciel à Lyon, à la Ville Blanche à Marseille et dans la galerie de l'ESBAN Nîmes.

Expositions personnelles (sélection)[modifier | modifier le code]

  • 180 km avant la mer, La Terrasse espace d'art de Nanterre, 2019
  • Spolia, Art Genève à l'invitation des éditions Macula,
  • Spolia, Spolia, galerie de l'école supérieure des beaux-arts de Nîmes (ESBAN), 2018
  • Spolia, La Ville Blanche, Marseille, 2017
  • Spolia, Centre de Photographie Le Bleu du ciel, Septembre de la Photographie Lyon, 2016
  • Site Specific, Fonds Régional d'Art Contemporain (FRAC) Haute-Normandie, Sotteville-lès-Rouen, 2015
  • Sinea, Galerie Zürcher, Paris, France, 2012
  • Le chien est un loup pour la colonne, Société française de photographie, Paris, 2012
  • Le Tableau de Chasse, Le Point du jour Centre d'art, Cherbourg-Octeville, 2010
  • L'île d'après, Galerie Zürcher, Paris, France, 2009
  • Studio Shakahari Bazar, Centre la Photographie de Genève, Suisse, 2006
  • Envers des villes, endroit des corps, Galerie Zürcher, Paris, France,
  • Bivouac, l’Appartement témoin, Nantes, en collaboration avec l’association Peuple & culture 44, 2004-2005
  • Retour au pays, Galerie Zürcher, Paris, France, -

Expositions collectives (sélection)[modifier | modifier le code]

  • Looking at war, Bonniers konsthall, Stockholm, 2017, avec Alfredo Jaar, Martha Rosler, Natascha Sadr Haghighian, Susan Schuppli, Allan Sekula
  • Paysages Français - Une aventure photographique 1984-2017, BNF, Paris 2017
  • Learning photography, FRAC Rouen Normandie 2012
  • Antifotoperiodismo / Centre de l'image contemporaine, Barcelone, 2010 avec Harun Farocki, Susan Meiselas, Walid Raad 
  • L'Archive universelle, la condition  du document et l'utopie photographique moderne, MACBA de Barcelone, 2008, avec Lotar Baumgartner, Hans-Peter Feldman, David Golblatt, Allan Sekula
  • Covering the real / Kunstmuseum de Bâle, 2005 avec On Kawara, Gabriel Orozco, Sigmar Polke, Gerhard Richter
  • Documenta 11, Kassel, 2002
  • Des Territoires, ENSBA Paris, 2001, avec Yto Barrada, Mikael Levin, Jeff Wall, Stephen Wilks

Livres, textes, entretiens (sélection)[modifier | modifier le code]