Gil Montandon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Montandon (homonymie).
Gil Montandon
Description de cette image, également commentée ci-après
Entrainant Neuchâtel en octobre 2012.
Nationalité Drapeau de la Suisse Suisse
Naissance ,
Neuchâtel (Suisse)

Entraîneur chef
Activité Depuis 2011
Joueur retraité
Position Centre
Tirait de la droite
A joué pour LNA
HC Fribourg-Gottéron
CP Berne
LNB
Lausanne HC
Neuchâtel Young Sprinters
Carrière pro. 1980-2009

Gil Montandon, né le à Neuchâtel, est un joueur professionnel suisse de hockey sur glace. Au cours d'une carrière de près de 30 ans, il est le premier joueur de l'histoire à avoir dépassé la barre des 1 000 matchs dans la Ligue nationale A, que ce soit au cours de rencontres de saisons régulières ou de séries éliminatoires.

Il prend sa retraite de joueur en 2009 et deux ans plus tard, il est de retour en tant qu'entraîneur de la première équipe du HC université Neuchâtel, qui évolue en troisième division suisse.

Il est également consultant sportif pour la chaîne de télévision suisse RTS Deux.

Biographie[modifier | modifier le code]

Ses débuts (1980-1989)[modifier | modifier le code]

Gil Montandon commence le hockey sur glace à l'âge de 12 ans en jouant au sein de l'équipe de sa ville natale, les Young Sprinters HC[1]. Il fait ses débuts en tant que professionnel en jouant avec l'équipe de Neuchâtel dans le Ligue nationale B[2] ; l'équipe des Young Sprinters finissant la saison 1980-1981 à la dernière place du classement avec seulement une victoire en vingt-huit rencontres, elle est obligée de jouer une poule de maintien pour ne pas descendre en première ligue. Finalement, avec un seul match nul lors de la phase de maintien, les joueurs de Neuchâtel sont bel et bien relégués en première ligue, en compagnie du club du Genève-Servette HC[3].

Il passe encore deux saisons avec Neuchâtel avant de prendre la direction du Lausanne HC en Ligue nationale B pour le championnat 1983-1984 ; son équipe finit une nouvelle fois dernier du championnat et est reléguée en première ligue[4] alors que dans le même temps, il rejoint le club du HC Fribourg-Gottéron dans la Ligue nationale A[2].

Il joue son premier match dans la grande ligue lors du premier match de la saison 1984-1985, une victoire contre le HC Davos[5]. La saison est décomposée en deux phases : la première avec huit équipes et la seconde avec six équipes d'un côté et les deux moins bonnes équipes de la LNA et les six meilleures de la LNB de l'autre ; Fribourg-Gottéron se classe quatrième de chaque phase[6]. Il termine la saison avec quatorze buts et huit passes décisives en trente-huit rencontres[7].

La saison suivante voit l'élargissement de la LNA à dix équipes et également la mise en place d'une phase de séries éliminatoires ; seules les quatre meilleures équipes de la saison de trente-six matchs sont qualifiées pour les séries et avec leur sixième place, les joueurs de Fribourg-Gottéron sont éliminés de la course au titre de champion[8]. Ils manquent également les séries lors de la saison 1986-1987 avec une septième place au classement[9] ; avec trente-cinq buts et vingt passes décisives, Montandon termine dixième meilleur pointeur de la saison, deuxième de l'équipe[10], alors que son coéquipier, Jean-François Sauvé est le meilleur réalisateur de la saison avec huitante-six points[11].

Il est appelé pour la première fois de sa carrière à participer au championnat du monde de 1987 avec l'équipe nationale de Suisse ; la Suisse passe totalement à côté de ce mondial, qui se joue à Vienne en Autriche, en perdant les sept rencontres de la première phase puis les trois suivantes de la phase de relégation[12]. Elle est ainsi reléguée dans la division B pour le championnat du monde suivant, prévu en 1989. Montandon réalise une passe décisive en huit matchs joués lors de ces joutes[2].

Fribourg-Gottéron termine la saison 1987-1988 à la huitième place avec onze victoires, trois nuls et vingt-deux défaites, seulement trois points devant le SC Langnau Tigers, première équipe à jouer la relégation[13]. Sauvé est une nouvelle fois le meilleur pointeur de l'équipe, et cette année le deuxième de la LNA derrière Normand Dupont du HC Bienne[13], alors que Montandon est deuxième pointeur de l'équipe avec trente-neuf réalisations[14].

Au cours de la saison, Montandon participe avec l'équipe nationale aux Jeux olympiques d'hiver qui se jouent à Calgary dans la province canadienne de l'Alberta. La Suisse remporte la première rencontre du tournoi contre la Finlande 2-1 ; néanmoins, ils perdent les quatre matchs suivants pour finir à la quatrième place de la poule A alors que seulement les trois premières équipes de chaque poule sont qualifiées pour la deuxième phase du tournoi[15]. D'un point de vue personnel, Montandon participe à quatre rencontres sans inscrire son nom sur les feuilles de pointage[2].

La saison 1988-1989 du championnat de la Ligue nationale A ressemble fortement à la saison précédente : Lugano termine premier du classement alors que Fribourg-Gottéron est classé huitième ; néanmoins, une différence notable apparaît : désormais les huit premières équipes sont qualifiées pour les séries. Les joueurs de Fribourg-Gottéron jouent donc une série au meilleur des trois matchs[Note 1] mais, avec la dernière place qualificative des séries, ils sont opposés aux champions de la saison régulière, Lugano, qui s'impose en deux rencontres 10-2 et 5-1[16]. Montandon ne joue pas les matchs des séries[17] alors qu'au cours de la saison régulière, il est le deuxième pointeur de la formation derrière Sauvé[18].

Les Suisses participent au championnat du monde B 1989 qui se joue à Oslo et Lillehammer en Norvège ; le tournoi commence bien pour l'équipe de Suisse puisqu'ils remportent les deux premières rencontres 6-3 contre le Danemark et 10-0 contre le Japon. Ils perdent la troisième rencontre 6-7 contre l'Italie, gagnent une troisième rencontre 3-0 contre l'Allemagne de l'Est mais ils perdent les trois rencontres suivantes pour finalement terminer le tournoi à la quatrième place du classement et devront encore jouer une saison dans la deuxième division[19].

CP Berne (1989-1999)[modifier | modifier le code]

Photographie de Viatcheslav Bykov
Viatcheslav Bykov (ici en 2011) est le meilleur pointeur des saisons 1990-1991 et 1991-1992.

Il rejoint le club champion du Club des patineurs de Berne – également désigné par son nom allemand Schlittschuh Club Bern – pour la saison 1989-1990. Le club termine à la deuxième place du classement juste derrière le HC Lugano ; les deux équipes ont la même fiche de vingt-deux victoires, six nuls et huit défaites sur la saison mais Lugano finit devant avec une différence de buts de +84 contre +61 pour Berne[20]. Auteur de trente-deux points[2], Montandon est élu dans l'équipe type suisse de la saison en compagnie de ses coéquipiers Renato Tosio dans les buts et Sven Leuenberger en défense[20]. L'équipe de Berne remporte les quarts de finale en battant l'ancienne équipe de Montandon, septième de la saison régulière, en trois rencontres puis élimine les joueurs du HC Bienne en quatre rencontres. Elle est opposée en finale au champion de la saison régulière qui remporte également la série finale trois matchs à un[20].

Montandon participe avec l'équipe nationale à la division B du championnat en France alors que les matchs de la division A seront joués quelques jours plus tard dans les villes suisse de Berne et de Fribourg[21]. L'équipe de Suisse est accrochée dès la première rencontre en faisant match nul deux buts partout contre l'Allemagne de l'Est ; ils se reprennent néanmoins en remportant les deux rencontres suivantes. Finalement, sur les sept rencontres jouées par Montandon et ses coéquipiers gagnent cinq parties pour deux matchs nuls, finissent à la première place du classement et gagnent ainsi leur montée dans la division A pour l'édition 1991[21]. Avec cinq buts lors des sept matchs, Montandon est un des meilleurs pointeurs de son équipe[22].

Lors de la saison suivante, l'équipe de Berne domine le championnat en étant premier toute la saison et finit celle-ci avec vingt-huit victoires, six nuls et deux défaites ; ces deux dernières sont concédées contre Fribourg-Gottéron[23]. L'EV Zoug, dernière équipe qualifiée pour les séries éliminatoires, est écartée en quarts de finale en trois rencontres, puis c'est au tour de Fribourg-Gottéron de subir le même sort ; la finale 1991 de la LNA oppose pour une deuxième année consécutive les équipes de Berne et de Lugano. Berne remporte les deux premières rencontres avant de laisser filer la troisième. Lors de la quatrième partie, les deux équipes sont à égalité un but partout à la fin du temps réglementaire ; Martin Rauch, défenseur de l'équipe natif de Berne, offre le huitième titre de l'histoire de son club[23]. Avec quatre-vingt-trois points lors de la saison régulière, Viatcheslav Bykov, joueur de Fribourg-Gottéron, est le meilleur pointeur de la LNA[23] alors que Montandon en compte vingt-sept[2].

La Suisse retrouve l'élite mondiale pour le championnat du monde 1991 qui est joué à Turku en Finlande. Le tournoi ne commence pas de la meilleure manière puisque les Suisses perdent la première rencontre 3-1 contre l'URSS ; ils ne parviennent à remporter qu'un seul match en sept rencontres en battant 7-2 l'équipe d'Allemagne et finissent à l'avant-dernière place du classement. Les quatre dernières équipes du championnat jouent une phase de relégation et cette phase met en jeu la Suisse, l'Allemagne, la Finlande et enfin la Tchécoslovaquie ; encore une fois, les Helvètes ne parviennent à tirer leur épingle du jeu que lors de la rencontre contre l'Allemagne en faisant match nul 3-3[24].

Berne termine la saison 1991-1992 à la troisième place du classement : l'équipe de Fribourg-Gottéron emmenée par Bykov, une nouvelle fois meilleur pointeur avec huitante-cinq points, mais également par Andreï Khomoutov deuxième onze points derrière son compatriote, est la meilleure équipe du championnat devant le HC Lugano[25]. Berne totalise vingt-et-une victoires, six nuls et neuf défaites pour un total de quarante-huit points alors qu'avec trente réalisations, Montandon est le troisième pointeur de l'équipe derrière Alan Haworth et Patrick Howald auteurs de cinquante-deux et trente-et-un points[26]. Le club de Kloten est éliminé par Berne en quarts de finale en trois matchs puis Zurich subit le même sort en demi-finales ; pour la deuxième année consécutive, Berne joue la finale de la LNA, cette fois contre Fribourg-Gottéron. Le club de la capitale remporte les deux premières rencontres 4-3 et 11-2 mais se fait remonter 1-5 puis 0-3 ; le match décisif a lieu le 11 avril et Berne remporte un deuxième titre consécutif sur le score 4-1. Avec onze points lors des séries, Montandon est une nouvelle fois le troisième meilleur pointeur de son équipe derrière Haworth et Howald tous deux auteurs de douze points[25],[27].

Malgré une troisième place à la fin du calendrier 1992-1993, l'équipe de Berne se fait surprendre lors des séries éliminatoires en cinq rencontres par le club d'Ambrì-Piotta, sixième de la saison régulière[28]. Montandon voyage avec l'équipe nationale pour jouer le championnat du monde 1993 qui se déroule en Allemagne fin avril, début mai ; les Suisses ne remportent qu'une seule des quatre premières rencontres disputées, une victoire 5-1 contre l'Autriche. Le cinquième match de la première phase oppose la Suisse à la Suède et à la surprise générale, Montandon et ses coéquipiers l'emportent sur le score de 6-4[29]. Avant-dernière équipe de la poule A, la Suisse participe à la phase de relégation en jouant une première rencontre contre la France, dernière équipe de la poule B ; les Français s'imposent sur le score de 3-1 et la Suisse joue sa place en élite contre la Norvège, le 1er mai 1993. Les Norvégiens s'imposent finalement sur le score de 5-2 et la Suisse est reléguée en deuxième division pour l'édition suivante[29],[30].

Montandon connaît une nouvelle sélection avec l'équipe nationale suisse lors du championnat du monde 1994 qui se joue, pour la division B, dans les villes de Copenhague et Aalborg au Danemark ; sept matchs sont au programme et la Suisse remporte les quatre premiers assez facilement : 20-1 contre la Chine, 10-3 contre le Japon, 5-0 contre la Roumanie et enfin 10-0 contre les Pays-Bas. Les trois dernières rencontres pour la Suisse sont un peu plus compliquées puisqu'ils battent seulement 2-1 les joueurs danois puis font match nul trois buts partout contre la Pologne. Dans le même temps, les Lettons ont remporté toutes leurs rencontres ; le match du 17 avril fait donc figure de finale avec le titre, et la remontée dans la division A, pour le vainqueur de la soirée. Finalement, Montandon a la chance de connaître une nouvelle montée à la suite de la victoire 2-1 de son pays[31].

HC Fribourg-Gottéron (1999-2009)[modifier | modifier le code]

Photographie de Plüss en train de faire une interview
Benjamin Plüss (ici en 2010) et Montandon jouent ensemble entre 2004 et 2009.

La saison 2005-2006 est une des pires saisons que connaît les Dragons dans la LNA depuis des années. Montandon ne manque qu'un seul match de la saison régulière et compte trente-quatre points ; il compte le même total de points que Benjamin Plüss et un points de moins que Josh Holden et Cory Murphy, les deux meilleurs réalisateurs de l'équipe[32].

L'équipe de Fribourg-Gottéron frôle une nouvelle fois la descente à la fin de la saison 2006-2007 puisqu'elle termine à la dixième place du classement avec seulement douze victoires en quarante-quatre rencontres[33], dont sept manquées par Montandon[2]. Les Dragons doivent participer pour la troisième saison consécutive à la phase de descente et ils parviennent à garder leur place en LNA en venant à bout des joueurs de Langnau en quatre matchs sans réponse[33].

À la fin de la saison 2007-2008, Fribourg-Gottéron termine à la huitième et dernière place qualificative pour les séries éliminatoires[34]. Il inscrit le 200e but de sa carrière avec Fribourg-Gottéron, le 22 janvier lors du dernier derby romand de la saison contre Genève-Servette[35]. Un mois plus tard, le vendredi 15 février 2008, il joue le millième match de sa carrière dans la Ligue nationale A[36].

Montandon et ses coéquipiers sont opposés au premier tour des séries au champion de la saison régulière et ancien club de Montandon : le CP Berne[34]. À la surprise générale, Fribourg-Gottéron élimine Berne en remportant le sixième match de la série, la quatrième victoire pour le club, sur le score de 4-3, le but de la qualification étant inscrit par Montandon après neuf minutes de prolongation[37]. Les joueurs de Fribourg-Gottéron ne parviennent néanmoins pas à poursuivre leur exploit puisqu'ils chutent au deuxième tour 4 rencontres à 1 contre le Genève-Servette Hockey Club[34].

Montandon joue sa dernière saison en 2008-2009 et à la fin du calendrier, son équipe finit à la septième place du classement et tient une nouvelle qualification pour les séries éliminatoires[38] ; malgré cette place assez lointaine dans le classement, Fribourg-Gottéron réussit à éliminer l'équipe des ZSC Lions, deuxièmes du classement, quatre matchs à zéro[39]. Il joue le dernier match de sa carrière à la fin de la saison 2008-2009 quand son équipe perd en demi-finale après le septième match de la série contre le HC Davos[40] ; Montandon inscrit un but lors de la défaite 4-3[41].

En février 2011, le club du HC université Neuchâtel annonce que Montandon devient son nouvel entraîneur pour la saison 2011-2012[42]. En novembre 2011, il est désigné par un comité, le huitième meilleur joueur suisse de tous les temps ; Mark Streit est désigné numéro un du classement[43].

Palmarès[modifier | modifier le code]

  • Champion Suisse LNA en 1991, 1992 et 1997 avec le CP Berne
  • Équipe type suisse : 1990

Statistiques en club[modifier | modifier le code]

Montandon met fin à sa carrière en 2009 après 1 070 matchs joués dans la LNA et plus de 870 points inscrits[44].

Statistiques par saison[2],[Note 2]
Saison Équipe Ligue Saison régulière Séries éliminatoires
PJ  B   A  Pts Pun PJ  B   A  Pts Pun
1980-1981 Neuchâtel Young Sprinters LNB
1981-1982 Neuchâtel Young Sprinters 1re ligue
1982-1983 Neuchâtel Young Sprinters 1re ligue
1983-1984 Lausanne HC LNB
1984-1985 HC Fribourg-Gottéron LNA 38 14 8 22
1985-1986 HC Fribourg-Gottéron LNA 33 27 7 34 22
1986-1987 HC Fribourg-Gottéron LNA 33 35 21 56 38
1987-1988 HC Fribourg-Gottéron LNA 34 18 21 39 32
1988-1989 HC Fribourg-Gottéron LNA 31 15 20 35 24
1989-1990 CP Berne LNA 33 18 14 32 14 11 4 6 10 18
1990-1991 CP Berne LNA 31 19 8 27 35 10 3 5 8 16
1991-1992 CP Berne LNA 35 17 13 30 16 11 5 6 11 4
1992-1993 CP Berne LNA 33 13 13 26 57 5 2 1 3 2
1993-1994 CP Berne LNA 36 19 17 36 20 5 3 2 5 8
1994-1995 CP Berne LNA 24 9 9 18 14 6 0 3 3 2
1995-1996 CP Berne LNA 36 15 16 31 28 9 3 6 9 29
1996-1997 CP Berne LNA 36 19 19 38 28 10 10 5 15 2
1996-1997 CP Berne LEH 5 1 1 2 4 - - - - -
1997-1998 CP Berne LNA 39 14 13 27 32 7 2 4 6 6
1997-1998 CP Berne LEH 5 2 0 2 6 - - - - -
1998-1999 CP Berne LNA 45 16 21 37 24 6 1 7 8 6
1999-2000 HC Fribourg-Gottéron LNA 43 16 23 39 32 4 1 1 2 2
2000-2001 HC Fribourg-Gottéron LNA 42 7 15 22 26 5 1 1 2 0
2001-2002 HC Fribourg-Gottéron LNA 35 17 9 26 22 5 1 1 2 2
2002-2003 HC Fribourg-Gottéron LNA 43 13 17 30 16 - - - - -
2003-2004 HC Fribourg-Gottéron LNA 40 14 21 35 18 4 2 0 2 2
2004-2005 HC Fribourg-Gottéron[Note 3] LNA 33 4 10 14 18 8 1 1 2 6
2005-2006 HC Fribourg-Gottéron[Note 4] LNA 43 9 25 34 22 16 5 7 12 10
2006-2007 HC Fribourg-Gottéron[Note 3] LNA 37 9 16 25 14 4 0 0 0 6
2007-2008 HC Fribourg-Gottéron LNA 44 7 19 26 24 11 3 3 6 8
2008-2009 HC Fribourg-Gottéron LNA 44 4 9 13 10 11 1 1 2 8
Totaux LNA 921 368 384 752 586 148 48 60 108 137

Statistiques internationales[modifier | modifier le code]

Au cours de sa carrière, il joue douze éditions différentes du championnat du monde et deux olympiades pour un total de 185 matchs sous le maillot national[1] avec 33 buts à son actif[réf. nécessaire]. Il joue son dernier match sous le maillot national le 12 février 1998 contre le Canada[réf. nécessaire].

Statistiques internationales[Note 5]
Année Équipe Compétition PJ  B   A  Pts Pun Résultat
1987 Drapeau : Suisse Suisse Championnat du monde  8   0   1   1  0 Huitième place
Relégation en division B
1988 Drapeau : Suisse Suisse Jeux olympiques 4 0 0 0 4 Huitième place
1989 Drapeau : Suisse Suisse Championnat du monde B Quatrième place
1990 Drapeau : Suisse Suisse Championnat du monde B 7 5 0 5 2 Première place
Montée en division A
1991 Drapeau : Suisse Suisse Championnat du monde 10 3 3 6 4 Septième place
1992 Drapeau : Suisse Suisse Jeux olympiques 7 1 2 3 2 Dixième place
1992 Drapeau : Suisse Suisse Championnat du monde 8 1 1 2 6 Quatrième place
1993 Drapeau : Suisse Suisse Championnat du monde 7 1 0 1 6 Douzième place
Relégation en division B
1994 Drapeau : Suisse Suisse Championnat du monde B 7 4 4 8 8 Première place
Montée en division A

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Une série se jouant au meilleur des trois matchs implique qu'une équipe doit remporter deux matchs pour se qualifier. Ainsi au maximum, la série « au meilleur des trois matchs » ne peut compter que trois matchs.
  2. Le total de minutes de pénalités n'est pas exact en raison de l'absence de sources pour sa première saison dans la LNA. De même la plupart des sources donnent un total de 1 070 matchs joués dans la LNA alors qu'en faisant la somme des matchs joués, le total est de 1 069 parties.
  3. a et b Les statistiques de 2004-2005 et de 2006-2007 des séries concernent les matchs joués dans le cadre de la phase de relégation.
  4. Les statistiques de 2005-2006 des séries concernent les matchs joués dans le cadre de la phase de relégation puis de celle des playdown.
  5. Les statistiques présentées ici ne sont que celles lors des compétitions officielles internationales. Elles ne comprennent pas les matchs joués par Montandon avec l'équipe nationale lors de rencontres amicales ou de qualifications.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Serge C. Ducret, « En tête à tête avec... Gil Montandon! », Vitamag, no 2350,‎ (lire en ligne)
  2. a b c d e f g et h (en) « Gil Montandon profile », sur eurohockey.com (consulté le 2 janvier 2012)
  3. Marc Branchu, « Championnat de Suisse 1980/81 », sur Hockey archives (consulté le 2 janvier 2012)
  4. Marc Branchu, « Championnat de Suisse 1983/84 », sur Hockey archives (consulté le 2 janvier 2012)
  5. « Gil Montandon va entrer au Panthéon du hockey suisse », sur www.20min.ch, (consulté le 4 janvier 2012)
  6. Marc Branchu, « Championnat de Suisse 1984/85 », sur Hockey archives (consulté le 4 janvier 2012)
  7. Olivier Breisacher, « Un ultime coup d’éclat pour le dinosaure Montandon? », sur Tribune de Genève, (consulté le 6 janvier 2012)
  8. Marc Branchu, « Championnat de Suisse 1985/86 », sur Hockey archives (consulté le 4 janvier 2012)
  9. Marc Branchu, « Championnat de Suisse 1986/87 », sur Hockey archives (consulté le 4 janvier 2012)
  10. « Statistiques - Fribourg-Gottéron - 1986-1987 », sur www.gotteron.ch (consulté le 6 janvier 2012)
  11. (en) « Swiss Championship - Year-by-Year Leading Scorers », sur www.bov.ch (consulté le 4 janvier 2012)
  12. Marc Branchu, « Championnats du monde 1987 », sur Hockey archives (consulté le 4 janvier 2012)
  13. a et b Marc Branchu, « Championnat de Suisse 1987/88 », sur Hockey archives (consulté le 4 janvier 2012)
  14. « Statistiques - Fribourg-Gottéron - 1987-1988 », sur www.gotteron.ch (consulté le 6 janvier 2012)
  15. Marc Branchu, « Jeux Olympiques de Calgary 1988 », sur Hockey archives (consulté le 5 janvier 2012)
  16. Marc Branchu, « Championnat de Suisse 1988/89 », sur Hockey archives (consulté le 6 janvier 2012)
  17. « Statistiques - Fribourg-Gottéron - playoffs 1988-1989 », sur www.gotteron.ch (consulté le 6 janvier 2012)
  18. « Statistiques - Fribourg-Gottéron - 1988-1989 », sur www.gotteron.ch (consulté le 6 janvier 2012)
  19. Marc Branchu, « Championnats du monde 1989 », sur Hockey archives (consulté le 6 janvier 2012)
  20. a b et c Marc Branchu, « Championnat de Suisse 1989/90 », sur Hockey archives (consulté le 3 janvier 2012)
  21. a et b Marc Branchu, « Championnats du monde 1990 », sur Hockey archives (consulté le 9 janvier 2012)
  22. (en) « Statistics Switzerland 1989-1990 », sur eurohockey.com (consulté le 9 janvier 2012)
  23. a b et c Marc Branchu, « Championnat de Suisse 1990/91 », sur Hockey archives (consulté le 3 janvier 2012)
  24. Marc Branchu, « Championnats du monde 1991 », sur Hockey archives (consulté le 9 janvier 2012)
  25. a et b Marc Branchu, « Championnat de Suisse 1991/92 », sur Hockey archives (consulté le 4 janvier 2012)
  26. (en) « Statistics SC Bern 1991-1992 », sur eurohockey.com (consulté le 4 janvier 2012)
  27. (en) « Statistics SC Bern 1991-1992 - Play off », sur eurohockey.com (consulté le 4 janvier 2012)
  28. Marc Branchu, « Championnat de Suisse 1992/93 », sur Hockey archives (consulté le 4 janvier 2012)
  29. a et b Marc Branchu, « Championnats du monde 1994 », sur Hockey archives (consulté le 13 janvier 2012)
  30. (no) « VM i Tyskland Tabell 1993 », sur www.hockey.no, (consulté le 14 janvier 2012)
  31. Marc Branchu, « Championnats du monde 1994 », sur Hockey archives (consulté le 4 janvier 2012)
  32. (de) « Statistiken - Fribourg-Gotteron - 2005/2006 », sur www.gotteron.ch (consulté le 27 janvier 2012)
  33. a et b Marc Branchu, « Championnat de Suisse 2006/07 », sur Hockey archives (consulté le 27 janvier 2012)
  34. a b et c Marc Branchu, « Championnat de Suisse 2007/08 », sur Hockey archives (consulté le 27 janvier 2012)
  35. « Le derby à Fribourg-Gottéron », sur www.tsr.ch, (consulté le 27 janvier 2012)
  36. « Montandon à un match des 1000 », sur www.tsr.ch, (consulté le 27 janvier 2012)
  37. « Fribourg-Gottéron crée un exploit historique », sur Radio fréquence Jura, (consulté le 27 janvier 2012)
  38. Marc Branchu, « Championnat de Suisse 2008/09 », sur Hockey archives (consulté le 2 janvier 2012)
  39. « Résultats 2008-2009 », sur www.gotteron.ch (consulté le 2 janvier 2012)
  40. Jérémie Dubief, « Bilan du championnat de Suisse de hockey sur glace 2008/09 », sur Hockey archives (consulté le 2 janvier 2012)
  41. « Fin de saison pour Gottéron », sur www.gotteron.ch, (consulté le 2 janvier 2012)
  42. « Communiqué de presse du 16 février 2011 », sur HC Université Neuchâtel, (consulté le 2 janvier 2012)
  43. Christian Maillard, « C'est lui, le meilleur Romand encore en vie », sur Le Matin, (consulté le 4 janvier 2012)
  44. « Montandon se retire après 26 saisons en LNA », sur www.tsr.ch, (consulté le 4 janvier 2012)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (de) Werner Schweizer et Jürg Vogel, Torrianis Erben II : Die besten 50 Spieler der Schweizer Eishockey-Geschichte, Kilchberg, Schwanden Verlag, (ISBN 978-3-033-03124-1), p. 49-51