Geneviève Félix

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Geneviève Félix
Geneviève Félix - 1922.jpg
Geneviève Félix en 1922.
Biographie
Naissance
Décès
(à 81 ans)
Antibes
Nom de naissance
Geneviève Simonne Marie Abraham
Autres noms
Mme Jean Henry-Blanchon
Nationalité
Activité
Famille
Jean Demachy (gendre)

Geneviève Félix, née Geneviève Abraham le à Clamart et morte le à Antibes, est une actrice de cinéma française.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fille de Jean Baptiste Abraham, gendarme, et de Marie Analie Mice Brousse, couturière, son épouse, Geneviève Simonne Marie Abraham naît à Clamart en 1899[1],[Note 1].

En 1917, elle entame, sous le nom de Geneviève Félix, une carrière cinématographique[Note 2] brillante, mais brève[2]. En 1921, elle est élue Muse de la commune libre de Montmartre[3].

En 1923, elle tourne La Dame de Monsoreau qui, selon René Jeanne et Charles Ford, « montra que son talent valait mieux que ce qu'on lui demandait de faire »[4].

En 1926, elle met sa carrière entre parenthèses pour émigrer au Brésil avec son futur mari, Eugène Paul Henry, dit Jean Henry-Blanchon, antiquaire et futur metteur en ondes pour la Radiodiffusion nationale[5],[1],[6]. Mariés en 1929 à São Paulo, ils ont deux filles, Claude et Mariette. Geneviève Félix rentre en France en 1931 et tourne la version portugaise du film Marions-nous[7].

Le , son mari est tué dans les bombardements de la capitale[8],[9]. En 1949, leur fille aînée épouse le journaliste Jean Demachy[10].

En 1946, elle dirige un institut de beauté proche des Champs-Élysées[11].

Elle meurt en 1980 à Antibes[12].

Filmographie partielle[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Plusieurs sources indiquent qu'elle est née en 1901 à Paris, mais il s'agit simplement d'une homonyme, nommée Geneviève Félix (acte de naissance n° 1842 (vue 19/31) avec mention marginale de la reconnaissance. Archives en ligne de la Ville de Paris, état civil du 10e arrondissement, registre des naissances de 1901).
  2. On ne lui connaît pas de rôles au théâtre.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Acte de naissance no 15, , Clamart, Archives départementales des Hauts-de-Seine (avec mention marginale de mariage) [lire en ligne] (vue 6/38)
  2. Pami ceux qu'on oublie ... Geneviève Félix. Hebdo-Film, 2 juillet 1932, p. 12, lire en ligne sur Gallica.
  3. Comoedia,19 mai 1921 sur Gallica
  4. Les Vedettes de l'écran, coll. « Que sais-je ? », Presses universitaires de France, 1964, p. 39
  5. Aline Bourgoin, « Geneviève Félix nous revient », Pour vous,‎ , p. 7 (lire en ligne)
  6. Roger Régent, « Ombres de jadis, héros disparus », Pour vous,‎ , p. 10 (lire en ligne)
  7. Roger Féral, « Comment Geneviève Félix, étoile française du cinéma muet débute au cinéma parlant dans une version... portugaise », sur Gallica, Paris-midi, (consulté le ), p. 2
  8. « Échos. Deuils », sur Gallica, Le Matin, (consulté le ), p. 2
  9. « Eugène Paul HENRY - Service historique de la Défense, Caen (cote AC 21 P 354666) », sur www.memoiredeshommes.sga.defense.gouv.fr (consulté le )
  10. « Mariages », sur Gallica, Le Figaro, (consulté le ), p. 2
  11. « Elles ont tourné... autrement ! », sur Gallica, Claudine, (consulté le ), p. 17
  12. « Fichier des décès de l'Insee », sur arbre.app (consulté le )
  13. Devant et derrière l'écran. Confidences d'étoile. Mlle Geneviève Félix. Le Petit Journal, 7 avril 1922, p. 4, lire en ligne sur Gallica.
  14. Autour d'un berceau. Les Spectacles, 30 octobre 1925, p. 19, lire en ligne sur Gallica.

Liens externes[modifier | modifier le code]