Gazarie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Rouge : Principauté de Théodoros
Vert : Khanat de Crimée
Blanc : Comptoirs génois

La Gazarie ou Gazzaria, était un ensemble de sept ports de la péninsule de Crimée, comptoirs faisant partie de l’empire maritime de la République de Gênes entre 1315 et 1475. L’appellation dérive du nom des Khazars.

Les Génois avaient obtenu deux de ces ports, Lusta et Caulita, en 1315 de l’Empire grec de Nicée (gouverné par les Paléologues), en échange de prêts. Trois autres : Caffa, Chimmero et Vosporo, leur ont été concédés par le Khagan mongol Möngke (khagan de 1251 à 1259), petit-fils de Gengis Khan, moyennant versement d’un tribut. Deux autres étaient des conquêtes : Cembalo (aujourd’hui Balaklava) prise aux Grecs en 1357 et Soldaia (ou Soudak) prise aux Vénitiens en 1365. Gênes perd la Gazarie au profit de l’Empire ottoman en 1475 lorsque celui-ci conquiert la Principauté de Théodoros. L’intérêt commercial de ces comptoirs est que la Crimée était l’une des extrémités occidentales de la route de la soie[1].

En 1346, les Mongols de la Horde d'or assiègent la ville génoise de Caffa. La peste noire, ramenée d’Asie centrale par les Mongols, toucha bientôt assiégeants et assiégés, soit parce que les Mongols catapultaient les cadavres des leurs par-dessus les murs pour infecter les habitants de la ville[2], soit parce que des rats passaient des rangs mongols jusque dans la ville[3]. Quoi qu’il en soit, le siège fut levé, faute de combattants valides en nombre suffisant : Gênes et les Mongols signèrent une trêve mais les bateaux génois, pouvant désormais quitter la ville, disséminèrent la peste dans tous les ports où ils faisaient halte et l’épidémie se propagea dans toute l’Europe.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Piero Boccardo, Clario Di Fabio (dir.), Il secolo dei genovesi, ed. Electa, Milan 1999, 472 p., (ISBN 9788843572700).
  2. Frédérique Audouin-Rouzeau, Les chemins de la peste • Le rat, la puce et l'homme, Éditions Tallandier, collection « Texto », Paris, 2007, (ISBN 978-2-84734-426-4)
  3. Boris Bove, Le Temps de la Guerre de Cent ans 1328-1453, Édition Belin, 2009

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :