Gaston Perrot

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Perrot.

Gaston Perrot
Fonctions
Député de l'Yonne
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Sens (Yonne)
Date de décès (à 81 ans)
Lieu de décès Sens (Yonne)
Nationalité Française

Gaston Perrot, né le à Sens (Yonne) et mort le à Sens (Yonne), est un homme politique français, chef d'entreprise, minotier, propriétaire des moulins de Saint-Louis[1] à Sens (Yonne).

Biographie[modifier | modifier le code]

Gaston Perrot est le fils d'Ernest Perrot, minotier et de Marguerite Jacob. Il épouse Fernande Larcher avec laquelle ils eurent trois fils, Pierre, Roger et Jean[2].

1917 : Il est mobilisé dans les rangs de l’armée française lors de la Première Guerre mondiale et revient dans le Sénonais comme minotier dans les années 1920. Cette activité industrielle le place au contact des agriculteurs de la région. Rien ne paraît destiner Gaston Perrot à la politique, c’est avant tout, un brillant industriel.

1947 : Il est maire de Sens et adhère au RPF, le rassemblement du peuple français, peu après sa création au printemps. Il exercera cette magistrature pendant vingt-quatre années consécutives. Des documents internes au RPF le présentent alors comme un industriel « unanimement respecté », y compris par les communistes. Son nom est un temps avancé pour emmener une liste gaulliste aux élections au Conseil de la République de 1948, mais c’est l’ambassadeur Léon Noël qui obtient finalement l’investiture.

1955 : Il devient conseiller général du canton de Sens-Nord.

1958 : Le maire de Sens se réjouit du retour au pouvoir du général de Gaulle en juin et entend défendre les institutions de la nouvelle République. Il se porte candidat à la députation et reçoit le soutien de l'UNR pour les législatives de novembre 1958.

1958 : Il est élu député de l’Yonne par 60 % des électeurs.

1959 : Réélu maire de Sens.

1961 : conseiller général, il se préoccupe surtout de problèmes locaux et n’intervient pas en séance publique entre décembre 1958 et l’automne 1962. Il vote entre 1959 et 1962: - La loi Debré sur le financement de l’enseignement privé. - Accorde les pouvoirs spéciaux au Gouvernement pour ramener l’ordre en Algérie après la semaine des barricades. - Ne s’associe pas à la motion de censure.

1962 : "Je ne suis pas jaloux du travail que font les autres", c'est la réponse de Gaston Perrot à Jean Treillé, le premier président du district de Sens. Le "Grand Sens" a vu le jour le 16 juillet 1962[3].

Le communiste Jean Cordillot s’affirme comme son adversaire principal aux élections législatives. En novembre 1962, il manque 1223 voix au maire de Sens pour l’emporter au premier tour. Une semaine plus tard, 28170 suffrages voix se portent sur son nom, soit un résultat presque identique quatre ans auparavant.

Il quitte le statut d’apparenté pour s’inscrire au groupe de l’UNR-UDT sous la deuxième législature.

Discret au Palais-Bourbon, Il ne prend pas la parole dans l’hémicycle entre 1962 et 1967.

Il consent à la ratification du traité de l’Elysée le 13 juin 1963, à l’encadrement du droit de grève dans les services publics le 26 juillet 1963 et Il soutient la réforme du service national le 26 mai 1965.

1965 : réélu aux municipales, il entend se succéder à lui-même lors des législatives de 1967.

1967 : Il est réélu avec 53 % face à son éternel adversaire, le communiste Jean Cordillot. Il siège très brièvement à la Commission des échanges et rejoint la prestigieuse Commission de la défense nationale et des forces armées. Il ne vote pas la motion de censure déposée par l’opposition pour protester contre les pouvoirs spéciaux demandés par le gouvernement en matière économique et sociale.

1968 : le climat des élections législatives est marqué par le discours du retour à l’ordre des gaullistes et des républicains indépendants. Candidat à un quatrième mandat consécutif, il obtient en moyenne 46 % des suffrages exprimés. Son seul adversaire au second tour est à nouveau Jean Cordillot. Il obtient 62 % des suffrages exprimés.

L’élu Icaunais reste fidèle à ses usages de discrétion au Palais-Bourbon sous la quatrième législature. Il s’implique peu dans le travail législatif[4].

En 1971, à 73 ans, il ne se représente pas aux élections municipales dans sa très chère ville de Sens.

En 1980, Gaston Perrot s’éteint à Sens, à l’âge de 81 ans.

Son moulin, présidé pendant de nombreuses années par son fils Jean, décédé en 2014[5] , avait été cédé au puissant groupe Soufflet[6].

En 2015, ce magnifique moulin St Louis a perdu toutes ses machines industrielles, ses camions. Il attend les artisans, et une seconde vie.

Le moulin de Saint Louis[modifier | modifier le code]

Les moulins de St Louis en 2015 vont devenir un projet immobilier[7].

Ce bâtiment fut la fierté de la famille Perrot et de Gaston Perrot. Pourtant, il est très difficile d'obtenir des renseignements sur l'histoire de ce moulin industriel. Avant 1970, trois moulins importants étaient en forte activité à l'intérieur de la ville de Sens. Les moulins Dumée[8], les moulins Paillard de la famille Bodard sur le boulevard du 14 juillet, détruit dans les années 1974, et qui ont fait place à un ensemble immobilier, et le moulin de Saint Louis de la famille Perrot.

Sur ces trois moulins, seuls les moulins Dumée ont résisté à l'évolution du marché mondial de la minoterie[9]. Leur production d’écrasement de blé est passée de 20 tonnes par jour en 1890 à 450 tonnes par jour en 2015[10].

Hommages[modifier | modifier le code]

Une rue porte son nom à Sens[11].

Détail des fonctions et des mandats[modifier | modifier le code]

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés[12]

30/11/1958 - 09/10/1962 : Yonne - Union pour la nouvelle République

25/11/1962 - 02/04/1967 : Yonne - Union pour la nouvelle République-UDT

12/03/1967 - 30/05/1968 : Yonne - Union démocratique pour la V° République

30/06/1968 - 01/04/1973 : Yonne - Union des démocrates pour la République

Mandat de maire de Sens : de 1947 à 1971 soit pendant 24 ans[13]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Journal Yonne Républicaine du 17 novembre 2012
  2. Qui est qui en France, volume 11, page 1161 de Jacques Lafitte, Stephen Taylor - 1969
  3. 1962 Magazine N°36
  4. Source Assemblée Nationale pour la biographie politique
  5. avis de décès Jean Perrot, fils de Gaston Perrot
  6. verif
  7. Projet immobilier
  8. 2015 Les moulins Dumée
  9. 2013 Gerald Dumee le meunier ne dort pas sur ses lauriers
  10. sources site web des moulins Dumée
  11. La rue Gaston Perrot à Sens
  12. Base de données de l'assemblée nationale
  13. wikipédia Sens (Yonne)

Article connexe[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]