Gaston Ernest Liébert

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Gaston Ernest Liébert
Gaston Liébert.jpg
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 77 ans)
Nationalité
Activité
Autres informations
Archives conservées par

Gaston Ernest Liébert () fut un officier de la Marine française puis un diplomate français. Il occupa en particulier pendant de longues périodes les fonctions de Consul général de France à Hong Kong puis à New York.

Famille et éducation[modifier | modifier le code]

Gaston Ernest Liébert est né à Paris le , second enfant d’Alphonse Liébert (1826 – 1913), officier de marine puis photographe (1826 - 1913) et de Marie-Louise Peuple.

Il entra à l’École navale en 1884, puis, après quelques années comme officier de la Marine nationale, rejoignit les Affaires étrangères en 1892 et passa le concours du corps diplomatique en 1893[1].

Carrière diplomatique[modifier | modifier le code]

Il fut nommé au cabinet du ministre des Affaires étrangères (1894), puis à New-York (1895), à nouveau au Quai d'Orsay (1896-98), en Chine à Pakhoï (Beihai (Guangxi), à Pékin, puis à Hong Kong (1903-1916), New York (1916-23), et termina sa carrière comme Ministre plénipotentiaire à La Havane, Cuba (1925-26)[1].

En poste en Chine et à Hong Kong, il eut fréquemment à travailler en liaison avec les gouvernants et administrateurs de l’Indochine française, par exemple en contribuant à la cartographie du sud de la Chine et de la région frontalière avec le Vietnam (Tonkin)[2], ou en participant à l’identification et la surveillance des opposants indépendantistes vietnamiens réfugiés au sud de la Chine[3],[4],[5].

En tant que Consul général de France à New York (où son acte de nomination fut officiellement signé le par le président Woodrow Wilson), et en relation avec l’ambassadeur de France à Washington Jean Jules Jusserand, il fut étroitement impliqué dans la gestion des relations entre la France et les États-Unis, relations parfois tendues du fait de désaccords sur la politique suivie vis-à-vis de l’Allemagne à la suite de la Première Guerre mondiale[6],[7],[8],[9].

Il prit sa retraite en après une courte affectation à Cuba et est mort le à près de 78 ans[1].

Outre les archives du Ministère de l’Europe et des Affaires étrangères, une partie des archives, correspondances et photos de Gaston Liébert est conservée à l’université Cornell de l’État de New York[10].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d « École Navale / Espace tradition / Officiers célèbres », sur ecole.nav.traditions.free.fr (consulté le 7 octobre 2020).
  2. Gaston Liébert, Itinéraires et voies commerciales du Kouang-Toung occidental et du Kiang-Si central, Indochine française Service géographique, (lire en ligne).
  3. « Consulat 1853-1949 », sur FranceArchives (consulté le 7 octobre 2020).
  4. Patrice Morlat, « L’Indochine à l’époque d’Albert Sarraut », Outre-Mers. Revue d'histoire, vol. Cent ans d'histoire des outre-mers, nos 376-377,‎ , p. 179-195 (lire en ligne, consulté le 7 octobre 2020).
  5. « Bulletin périodique de la presse américaine 1915-1940 », sur bibliotheque-numerique.diplomatie.gouv.fr.
  6. « Un bureau d'information français aux États-Unis », Bulletin périodique de la presse américaine, no 166,‎ , p. 2-3 (lire en ligne, consulté le 7 octobre 2020).
  7. « La France et l'opinion américaine », Bulletin quotidien de presse étrangère, no 2227,‎ , p. 4 (lire en ligne, consulté le 7 octobre 2020).
  8. Laurent Fonquernie, « Hommage américain au Maréchal Joffre », Institut du Grenat, (consulté le 7 octobre 2020).
  9. Agence Rol Agence photographique, « Le maréchal Joffre à New-York accompagné de M. [Gaston] Liébert, consul de France : [photographie de presse] / [Agence Rol] », sur Gallica, (consulté le 7 octobre 2020)
  10. « Guide to the Gaston Liebert papers, 1866-1929. », sur rmc.library.cornell.edu (consulté le 7 octobre 2020).
  11. « Ordre de Vila Viçosa », La Revue diplomatique, vol. 25, no 27,‎ , p. 7 (lire en ligne, consulté le 7 octobre 2020).

Liens externes[modifier | modifier le code]