Gare de Sainte-Colombe - Septveilles

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Sainte-Colombe - Septveilles
Image illustrative de l'article Gare de Sainte-Colombe - Septveilles
Abri servant de salle d'attente
Localisation
Pays France
Ville Sainte-Colombe
Adresse Rue Victor Hugo
77650 Sainte-Colombe
Coordonnées géographiques 48° 31′ 46″ N 3° 15′ 21″ E / 48.529421, 3.25570248° 31′ 46″ Nord 3° 15′ 21″ Est / 48.529421, 3.255702  
Gestion et exploitation
Propriétaire RFF / SNCF
Exploitant SNCF
Service Transilien ligne P : TransilienLigne P du Transilien
Caractéristiques
Ligne(s) Longueville à Esternay
Voies 1
Quais 1 latéral
Zone 5 (tarification Île-de-France)
Altitude 78 m
Correspondances
Bus voir Intermodalité

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Sainte-Colombe - Septveilles

Géolocalisation sur la carte : Île-de-France

(Voir situation sur carte : Île-de-France)
Sainte-Colombe - Septveilles

La gare de Sainte-Colombe - Septveilles est une halte ferroviaire française de la ligne de Longueville à Esternay, située sur le territoire de la commune de Sainte-Colombe, à proximité du lieu-dit « Septveilles le Bas », dans le département de Seine-et-Marne en région Île-de-France.

C'est une halte SNCF desservie par les trains du réseau Transilien Paris-Est (ligne P).

Situation ferroviaire[modifier | modifier le code]

La halte de Sainte-Colombe - Septveilles, établie à 78 m d'altitude, est située au point kilométrique (PK) 90,145 de la ligne de Longueville à Esternay, entre les gares de Longueville et de Champbenoist - Poigny.

Vue du passage à niveau de Sainte-Colombe près duquel se situe la halte.
Vue du passage à niveau de Sainte-Colombe près duquel se situe la halte.

Histoire[modifier | modifier le code]

La halte au début du XXe siècle.

La halte n'est qu'une maison de garde-barrière lors de la mise en service de l'embranchement de Longueville à Provins par la compagnie des chemins de fer de l'Est le 11 décembre 1858[1]. En 1868, la halte était l'une des moins fréquentée de tout le réseau de l'Est avec seulement 504 billets vendus dans l'année. Elle se classait 331e sur 429 en termes de vente[2].

Le 12 décembre 1899, une décision ministérielle approuve le projet de construction d'un abri pour les voyageurs à l'arrêt, pour trains légers, de Sainte-Colombe. En 1900, l'ingénieur en chef chargé du contrôle de l'exploitation signale que les travaux sont en cours[3]. En août 1901 l'abri est opérationnel, les travaux de construction sont terminés[4].

En 1911, des grilles horaires indiquent une desserte par les lignes Provins - Longueville et Provins - Paris[5]. En 1912, le conseil général constatant une augmentation continue du trafic de la halte, adopte le vœu, proposé par le conseil d'arrondissement, d'élever la halte au rang d'une station permettant l'enregistrement des bagages[6].

En 1972, la gare manqua de fermer en raison d'un trop faible trafic pour passer à un transfert sur route de la desserte[7].

La gare était fréquentée par 244 voyageurs par jour en 2004 ; cette fréquence diminuera légèrement en 2008 en passant à 173 voyageurs par jour[8]. La halte est très utilisée pour le trafic local en direction de Provins[9]. En 2011, 240 voyageurs sont montés dans un train dans cette gare[10].

Service des voyageurs[modifier | modifier le code]

Rame Transilien venant de Provins à destination de Paris-Est
Rame Transilien venant de Provins à destination de Paris-Est

Accueil[modifier | modifier le code]

Halte[11] SNCF à entrée libre, elle offre le minimum d'équipement des arrêts du réseau Transilien avec, notamment, des abris de quais et un automate pour la vente des titres de transport Transilien.

Desserte[modifier | modifier le code]

La gare est desservie par les trains de la ligne P du Transilien (réseau Paris-Est).

Intermodalité[modifier | modifier le code]

  • Ligne 7 : Provins - Avon Gare SNCF
  • Ligne 7 : Provins - Montereau via Chatenay
  • Ligne 7 : Provins - Montereau via Donnemarie-Dontilly

Projets[modifier | modifier le code]

Un projet d'électrification entre la gare de Longueville et la gare de Provins est prévu pour les objectifs de service 2015 - 2030 de la SNCF. La ligne serait électrifiée avec la partie Gretz-Armainvilliers - Troyes de la ligne Paris - Mulhouse. Cette opération est inscrite partiellement aux CPER des régions Champagne-Ardenne et Île-de-France. Les objectifs de ce projet sont la modernisation et l'amélioration de la qualité de l’offre sur les relations Paris – Provins (et Paris – Troyes)[12].

La SNCF compte aussi installer des écrans du système d'informations Infogare de la gare de Verneuil-l'Étang à la gare de Provins ainsi que dans l'ensemble des gares Transilien P[13].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. René-Charles Plancke, 1991, p. 313.
  2. Histoire du Chemin de Fer de Seine-et-Marne, tome I, page 41, consulté le 17 juin 2011.
  3. Conseil général de Seine-et-Marne, Rapports et délibérations 1900/04-1900/08, p. 227 lire (consulté le 15 août 2012).
  4. Conseil général de Seine-et-Marne, Rapports et délibérations 1901/08, p. 229 lire (consulté le 15 août 2012).
  5. René-Charles Plancke, 1991, p. 481
  6. Conseil général de Seine-et-Marne, Rapports et délibérations 1912/04-1912/09, p. 699 lire (consulté le 15 août 2012).
  7. Pierre-Henri Émangard, Bernard Collardey et Pierre Zembri, Des omnibus aux TER (1949-2002), Paris, La Vie du Rail,‎ , 466 p. (ISBN 2-902 808-83-6) ; p. 112 et 214-215.
  8. [PDF] STIF : présentation de la SNCF au comité de ligne Paris Est - Provins - Coulommiers du 17 mars 2009, consulté le 17 juin 2011.
  9. « MétroPole.net : L’Est étoffe ses dessertes, consulté le 17 juin 2011. » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?)
  10. [PDF]« Délibération n°2011-0930 relative au schéma directeur d’information voyageur », sur le site du STIF,‎ (consulté le 24 août 2013), p. 14.
  11. Site Transilien SNCF, Les gares Transilien : Sainte-Colombe - Septveilles lire en ligne (consulté le 8 mars 2011).
  12. Contribution SNCF Projet de Territoire CG 77 -04-12-09, p. 6, consultée le 4 avril 2011
  13. [PDF] Projet de service Ligne P, 15 décembre 2008, extrait associations, sur brionautes.com. Consulté le 15 août 2012.

Iconographie[modifier | modifier le code]

Carte postale ancienne du début des années 1900 :

  • Sainte-Colombe - La Halte, Photog. L. Ely, dessinateur
    (La halte est établie dans la maison du garde barrière à côté du passage à niveau.)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • René-Charles Plancke, « Toute petite histoire de la ligne de Longueville à Ésternay », dans Histoire du chemin de fer de Seine-et-Marne : tome I de la vapeur au TGV, édition Amatteis, Le Mée-sur-Seine, 1991 (ISBN 2-86849-105-7) pp. 313-318

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Origine Arrêt précédent Train Arrêt suivant Destination
Paris-Est Longueville Transilien Ligne P du Transilien Champbenoist - Poigny Provins