Ligne de Longueville à Esternay

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Ligne de
Longueville à Esternay
Pays Drapeau de la France France
Villes desservies Longueville, Provins, Esternay
Historique
Mise en service 1858 – 1902
Fermeture 1952 – 1969 (fermeture partielle)
Concessionnaires Est (1858 – 1937)
SNCF (1938 – 1997)
RFF (1997 – 2014)
SNCF Réseau (à partir de 2015)
Caractéristiques techniques
Numéro officiel 003 000
Longueur 39,5 km
Écartement standard (1,435 m)
Électrification Non électrifiée
Pente maximale 15 
Nombre de voies Voie unique
Trafic
Trafic TransilienLigne P du Transilien jusqu'à Provins
Fret SNCF
Train touristique jusqu'à Villiers-Saint-Georges

La ligne de Longueville à Esternay est une ligne ferroviaire française à écartement standard et à voie unique des régions Île-de-France et Champagne-Ardenne. C'est une ligne transversale de l'ancienne compagnie des chemins de fer de l'Est, intégrée à la SNCF en 1938.

Elle constitue la ligne n° 003 000 du réseau ferré national.

Histoire[modifier | modifier le code]

De Longueville à Provins[modifier | modifier le code]

Un projet de liaison Les Ormes-sur-Voulzie - Longueville - Provins, long de douze kilomètres, est étudié lors du choix du tracé de la ligne de Montereau à Troyes. La ligne, prévue à traction animale, est concédée à Monsieur Lauzin de Rouville par un décret le [1]. La Compagnie du chemin de fer de Provins aux Ormes est constituée par un acte signé les 15, 18, 21 septembre 1853. Elle est autorisée par un décret impérial du 12 octobre suivant qui entérine le transfert de la concession[2]. La concession est abandonnée lors de l'approbation du tracé de la ligne de Paris-Est à Mulhouse-Ville[3]. Un décret impérial du 18 janvier 1855 confie la construction des lignes « de Longueville à Provins » et de « Chalmaison aux Ormes » à la Compagnie des chemins de fer de l'Est.

Restitution d'une rame céréalière à Beauchery.
Première circulation SNCF depuis que la CFTA a déserté la ligne 21-6. Il s'agit de la restitution d'une rame céréalière à Beauchery.
Arrivée d'un train en gare de Léchelle vers 1900
Arrivée d'un train en gare de Léchelle vers 1900.
Passage à niveau (PN) no 29 à 500 m environ au nord de la gare de Villiers-Saint-Georges. La voie est déposée quelques centaines de mètres au-delà du PN.
Passage à niveau (PN) no 29 à 500 m environ au nord de la gare de Villiers-Saint-Georges. La voie est déposée quelques centaines de mètres au-delà du PN.

Le tronçon de Nangis à Flamboin de la ligne de Paris-Est à Mulhouse-Ville est achevé le [4]. Vingt mois plus tard, le , l'embranchement vers Provins, long de sept kilomètres, est ouvert au trafic. Il permet aux Provinois de rejoindre la grande ligne en quinze minutes[3].

En 1887, dix à douze départs par jour et par sens relient la ville à Paris avec un changement à Longueville en deux à trois heures de trajet. De sept à neuf trains par jour relient Provins à Troyes en trois heures ; trois trains quotidiens permettent par ailleurs de se rendre à Montereau, grâce à la ligne de Flamboin-Gouaix à Montereau, avec une heure et quart de trajet[5].

De Provins à Esternay[modifier | modifier le code]

Une loi du autorise le prolongement de la ligne de Provins à Esternay, dans le département voisin de la Marne via Villiers-Saint-Georges. La ligne est déclarée d'utilité publique par une loi le 7 janvier 1881[6], dans le cadre des lignes classées en 1879 dans le réseau complémentaire, dont la réalisation est estimée nécessaire à l'économie régionale[3]. La section de Provins à Esternay est concédée à titre définitif par l'État à la Compagnie des chemins de fer de l'Est par une convention signée entre le ministre des Travaux publics et la compagnie le 11 juin 1883. Cette convention est approuvée par une loi le 20 novembre suivant[7]. Toutefois, l'exécution des travaux, d'abord ajournés à 1894, tarde et la mise en service de ce tronçon est finalement réalisée le [8].

La ligne est fermée au service des voyageurs entre Provins et Esternay le [8] et au service des marchandises entre Villiers-Saint-Georges et Esternay le .

Infrastructure[modifier | modifier le code]

Seule la section de Longueville à Villiers-Saint-Georges est encore ouverte. Entre Villiers-Saint-Georges et Esternay, la voie est déposée.

Vitesse limite[modifier | modifier le code]

La vitesse limite de la ligne en 2012 pour les AGC et les trains V 120 est de 70 km/h[9].

Exploitation[modifier | modifier le code]

La ligne n'est plus aujourd'hui desservie que par des trains de voyageurs d'Île-de-France (Transilien) entre Longueville et Provins, généralement à partir de Paris-Est.

Longtemps assurée par des éléments automoteur doubles (EAD), la desserte de la ligne a été reprise en 2004 par des RIB/RIO tractées par des BB 67400. Depuis 2008, ces rames vieillissantes ont été remplacées par de nouveaux automoteurs bi-mode B 82500, dits « Bibi ».

Quelques trains de marchandises, ainsi que les trains de l'AJECTA, parfois pour des tournages de films, subsistent entre Provins et Villiers-Saint-Georges.

En , le site Web « provins.evous.fr » fait état d'une information sur la réouverture « annoncée » de la section de ligne Provins - Villiers-Saint-Georges, mais sans plus de précisions[10]. Cependant, on ne sait pas si le projet de réouverture de la gare de Villiers-Saint-Georges va permettre également de rouvrir les gares de Léchelle et de Beauchery, deux anciennes gares entre Provins et Villiers-Saint-Georges[11].

Depuis le 2010, une autre partie de la ligne P (Paris-Est - Meaux - La Ferté-Milon) utilise également ces rames Bibi[12], les trains bi-modes allant de Paris-Est à Trilport en traction électrique et de Trilport à La Ferté-Milon en traction diesel.

Le renouvellement des rails entre Provins et Longueville a fait l'objet d'un chantier qui s’est étalé sur un peu plus de quatre mois, du au . Ce chantier a représenté un budget de 6 millions d'euros intégralement financé par Réseau ferré de France. En effet, l'arrivée des nouvelles rames Bibi, l'augmentation des horaires et le cadencement plus riche, ont nécessité des travaux de renouvellement de tous les éléments de la voie : rails, traverses et ballast. L'opération, assurée par 80 opérateurs, techniciens et ingénieurs s'est caractérisé notamment par 14 000 traverses en béton posées sur 15 000 tonnes de ballast neuf[13]. La vitesse des trains de voyageurs a ainsi pu être relevée de 60 à 70 km/h.

Depuis , les travaux d'électrification de la ligne ont commencé sur les 7 km à voie unique de Longueville à Provins. Ils doivent se dérouler jusqu'en 2021[14].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « N° 4309 - Décret qui autorise l'établissement d'un chemin de fer de Provins aux Ormes : 28 juillet 1852 », Bulletin des lois de la République Française, Paris, Imprimerie Nationale, x, vol. 10, no 565,‎ , p. 312 - 329.
  2. « N° 954 - Décret impérial portant autorisation de la société anonyme formée à Provins sous la dénomination de Compagnie du chemin de fer de Provins aux Ormes : 12 octobre 1853 », Bulletin des lois de l'Empire Français, Paris, Imprimerie Impériale, xI, vol. 2 « Partie supplémentaire », no 51,‎ , p. 890 - 907.
  3. a b et c François et Maguy Palau, Le rail en France - Tome 2, 1858 - 1863, p. 57
  4. François et Maguy Palau, Le rail en France - Tome I, 1852 - 1857, p. 172
  5. René-Charles Plancke, Histoire du chemin de fer de Seine-et-Marne, tome 1, p. 313
  6. « N° 10261 - Loi qui déclare d'utilité publique l'établissement d'un chemin de fer de Provins à ou près Esternay : 7 janvier 1881 », Bulletin des lois de la République Française, Paris, Imprimerie Nationale, xII, vol. 22, no 593,‎ , p. 51 (lire en ligne).
  7. « N° 14216 - Loi qui approuve la convention passée, le 11 juin 1883, entre le ministre des Travaux publics, et la Compagnie des chemins de fer de l'Est : 20 novembre 1883 », Bulletin des lois de la République Française, Paris, Imprimerie Nationale, xII, vol. 28, no 834,‎ , p. 345 - 352 (lire en ligne).
  8. a et b René-Charles Plancke, Histoire du chemin de fer de Seine-et-Marne, tome 1, p. 315
  9. Renseignements techniques SNCF/RFF - RT 1012 Ligne 21.6 : Longueville à Provins
  10. Les transports en commun plus présents / Le cadencement augmente la qualité de service, article du 16 décembre 2009
  11. Ligne Longueville/Esternay sur le site « Le Répertoire des Rues Ferroviaires »
  12. Vidéo : de nouveaux trains sur la ligne Meaux-La Ferté-Milon, sur le site « iledefrance.fr », consulté le 21 février 2011.
  13. Site de la communauté de commune de Provins : Une voie ferrée toute neuve, consulté le 28 mars 2011
  14. Sébastien Blondé, « Paris-Provins : l’électrification enfin ! », sur leparisien.fr,  – (consulté le 17 octobre 2020).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • René-Charles Plancke, Histoire du chemin de fer de Seine-et-Marne, tome 1, éditions Amatteis, 1991, 511 p. (ISBN 9782868491053) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • François et Maguy Palau, Le rail en France - Tome II, 1858 - 1863, 2001, 223 p. (ISBN 9782950942128) Document utilisé pour la rédaction de l’article

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]