Fruela Ier des Asturies

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Statue de Fruela Ier au monastère de Samos en Galice.

Fruela Ier (Froïla ou Frodila), né vers 722 et mort à Cangas de Onis le 14 janvier 768, est roi des Asturies de 757 à 768[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils d'Alphonse Ier, roi des Asturies de 739 à 757, et d'Ermesinde, fille de Pélage, Fruela succède à son père en 757.

Peu de temps après sa montée sur le trône, il bat à Pontumium (Pontedeume ?) une armée musulmane qui avait envahi la Galice : cinquante quatre mille[2] musulmans sont tués lors de cette bataille et leur chef Omar, fait prisonnier, est exécuté. Grâce à cette victoire, Fruela parvient à chasser les musulmans de Galice et repeuple la région jusqu'au Minho avec des chrétiens. À l'est il installe également de nouvelles populations chrétiennes dans la Liébana et la Bardulia, la future Castille. Plus à l'est encore, il met fin aux conflits avec les Vascons et prend comme épouse une Basque[3]

Pendant son règne a lieu la fondation de la ville d'Oviedo, en 761. L'abbé Fromestan et son neveu Maxime y érigent une église en l'honneur de Saint Vincent.

La fin de son règne est difficile. Il assassine son frère Vimara puis malgré l'agitation des nobles, nomme comme successeur son neveu Bermude, le fils de Vimara. Un complot contre lui aboutit à son assassinat par des « magnates » [4] le à Cangas de Onís[5], et c'est son cousin Aurelio qui monte sur le trône.

Les corps de Fruela et de sa femme Munia sont inhumés dans la cathédrale d'Oviedo.

Union et postérité[modifier | modifier le code]

Il épouse une noble basque, Munia ; de ce mariage, naît un seul enfant : Alphonse (vers 760-842), roi des Asturies à partir de 791, connu comme « Alphonse le Chaste ».

Sources primaires[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) & (de) Peter Truhart, Regents of Nations, K. G Saur Münich, 1984-1988 (ISBN 359810491X), Art. « Europe/Southern Europe Europa/Südeuropa » Asturias, p. 3171.
  2. Chiffre vraisemblablement exagéré.
  3. Adeline Rucquoi, Histoire médiévale de la Péninsule ibérique, Point Histoire H 180, Éditions du Seuil, Paris, 1993. (ISBN 2020129353), p. 164.
  4. Adeline Rucquoi op.cit p. 163.
  5. (en) & (de) Peter Truhart, op.cit p. 3.171

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (es) Claudio Sánchez-Albornoz, Orígenes de la nación española. Estudios críticos sobre la Historia del reino de Asturias. Oviedo, t. I: 1972, t. II: 1974, t. III: 1975.
  • Adeline Rucquoi, Histoire médiévale de la Péninsule ibérique, Point Histoire H 180, Éditions du Seuil, Paris, 1993. (ISBN 2020129353).