Front de salut national (Syrie)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Front de salut national en Syrie
(ar) جبهة الخلاص الوطني في سوريا
Présentation
Leader Abdel Halim Khaddam
Fondation
Siège Drapeau de la Belgique Belgique
Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Drapeau de la France France
Drapeau des États-Unis États-Unis
Positionnement Centre
Idéologie Nationalisme syrien
Libéralisme
Social-démocratie
Couleurs Vert
Site web www.free-syria.comVoir et modifier les données sur Wikidata

Le Front de salut national en Syrie (arabe: جبهة الخلاص الوطني في سوريا Jabhat Al-Khalaṣ Al-Waṭaniy fi Suriya) est un parti politique syrien illégal fondé le 17 mars 2006 à Bruxelles. Il a été fondé par Les Frères Musulmans avec l’aide d’un transfuge baasiste, l'ancien vice-président Abdel Halim Khaddam qui promet de faire tomber le gouvernement de Bachar el-Assad de manière pacifique.

Le FSN a appelé depuis Londres le 05/06/2006 les Syriens et les forces armées du pays à « briser les barrières de la peur » pour en finir avec le régime de Damas[1].

Ce parti regroupe une cinquantaine de personnalités de l’opposition syrienne dont le vice-président syrien, Abdel Halim Khaddam qui vit en exil à Paris depuis l’été 2005, et le chef des Frères musulmans de Syrie, Ali Sadreddine al-Bayanouni, en exil à Londres.

Le FSN a tenu sa dernière réunion le 16 septembre 2007 dans ses bureaux de Berlin, à laquelle assistaient 140 personnalités de l'opposition. Le FSN a également des bureaux en France, en Allemagne et aux États-Unis.

Lors de la guerre civile syrienne, le Front de salut national en Syrie, comme parti politique de l'opposition syrienne en exil, a participé à des manifestations dans des villes des États-Unis et d'Europe occidentale.

En 2017, Le Front de Salut National publie un plan pour la Syrie. Ce plan appelé “La feuille de route de la paix entre la Syrie et Israël” est critiqué par Mahmoud Khaldi, L’ambassadeur de Palestine à Damas qui affirme que ces positions sont hostiles au peuple palestinien et à ses droits nationaux, ainsi qu’au peule syrien et à son histoire de lutte pour la Palestine. Il dénonce notamment l'article qui propose ”l' annulation des camps des réfugiés palestiniens en Syrie et leur transformation en des zones résidentielles’’ et la “dissolution de toutes les factions de la Résistance palestiniennes se trouvant sur les territoires syriens”[2].

L'actuel Coordinateur du Front de salut national syrien est Fahad Al Masri. Il a été porte parole de l'Armée Syrienne Libre (ASL) jusqu'à sa dislocation en 2014.

Il s'exprimera a de nombreuses reprises dans les médias français où il se déclare, pro-Israël et pro-Trump. Il plaide pour la construction d'une force de dissuasion avec l'Égypte, la Jordanie ou encore l'Arabie saoudite "pour soutenir ce conseil militaire de transition"[3].

  1. « Syrie - À Londres, le Front de salut national exhorte la population à vaincre sa peur et à renverser le régime L’opposition en exil appelle l’armée à assumer ses « responsabilités historiques » », L'Orient-Le Jour,‎ (lire en ligne)
  2. « Khaldi : Les positions du soi-disant “Front du salut national syrien” sont hostiles aux deux peuples palestinien et syrien – Agence Arabe Syrienne Informations », sur sana.sy (consulté le 15 mai 2018)
  3. Vincent Parizot, « "La France doit participer à ces opérations militaires" », RTL.fr,‎ (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]