Fritz Houtermans

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (septembre 2014).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

image illustrant une personnalité image illustrant allemand image illustrant  un physicien
Cet article est une ébauche concernant une personnalité allemande et un physicien.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Fritz Houtermans
Naissance
Sopot (Pologne)
Décès (à 63 ans)
Berne (Suisse)
Nationalité Drapeau de l'Allemagne Allemand
Domaines Astrophysique
Renommé pour Calcul d'une réaction thermonucléaire stellaire

Friedrich Georg (Fritz) Houtermans ( à Sopot près de Gdańsk, à Berne) est un physicien nucléaire allemand, actif en géochimie et en cosmochimie.

Œuvre[modifier | modifier le code]

Il travaille avec George Gamow à l'université de Göttingen sur l'effet tunnel quantique (1928). Il est professeur à la Technische Hochschule de Berlin de 1932 à 1933, assistant de Gustav Ludwig Hertz. En 1929, avec Robert d'Escourt Atkinson, il produit le premier calcul correct d'une réaction thermonucléaire stellaire. Entre 1940 et 1945, travaillant au Forschungsinstitut Manfred von Ardenne, Houtermans montre que les isotopes transuraniques, tels que le neptunium ou le plutonium, pouvaient être utilisés comme matière fissile à la place de l'uranium. De 1945 à 1952, il retourne à Göttingen (Institut de physique théorique), puis en 1952 est nommé professeur ordinaire à l'université de Berne, où il reste jusqu'à sa mort en 1966, d'un cancer du poumon.

Politique[modifier | modifier le code]

Houtermans était membre du parti communiste allemand dès les années 1920. À l'arrivée d'Hitler au pouvoir, son épouse Charlotte Riefenstahl (sans rapport avec Leni Riefenstahl) souhaite qu'ils quittent l'Allemagne. Ils partent en Grande-Bretagne en 1933, puis émigrent en Union soviétique en 1937. Il est arrêté par le NKVD en 1937 lors des Grandes Purges. Il est remis à l'Allemagne en 1940 en application du pacte germano-soviétique, et emprisonné à Berlin en mai 1940 ; il est relâché en août grâce à l'intervention de Max von Laue.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (de) Houtermans, F. G., Über ein neues Verfahren zur Durchführung chemischer Altersbestimmungen nach der Blei-Methode, Springer, 1951
  • (de) Houtermans, F. G., Publikationen von Friedrich Georg Houtermans aus den Jahren 1926-1950 (rassemblé par le Physikalischen Institut Universität Bern, 1955)
  • (en) Geiss, J., Goldberg, E. D. et Houtermans, F. G., Earth Science and Meteoritics. Dédié à Houtermans pour son 60e anniversaire (North Holland, 1963)
  • (en) Beck, F. et Godin, W., Russian Purge and the Extraction of Confession, Hurst and Blackett, 1951. Houtermans et Konstantine F. Shteppa, auteurs de ce livre, ont pris ces pseudonymes pour protéger leurs collègues restés en URSS.
  • (en) Amaldi, E., The Adventurous Life of Friedrich Georg Houtermans, Physicist (1903-1966), S. Braccini, A. Ereditato, P. Scampoli (Éds.), SpringerBriefs in Physics, 2012
  • (fr) Hoffmann, Dieter, Houtermans, physicien entre Hitler et Staline, revue Pour la Science, no 444, octobre 2014, pages 70-74

Références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]