Françoise Sabban

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Sabban.

Françoise Sabban est une anthropologue, sinologue et historienne française, spécialiste des cultures alimentaires chinoises.

Biographie[modifier | modifier le code]

Cursus[modifier | modifier le code]

Françoise Sabban est diplômée de l'École nationale des langues orientales vivantes (chinois) en 1967 et titulaire d'une maîtrise ès lettres de la Sorbonne (1968) ainsi que d'un diplôme de l'Institut des langues étrangères de Pékin (1973). Elle obtient ensuite un doctorat de 3e cycle à l'université Paris 7 en 1978[1].

Recherche et enseignements[modifier | modifier le code]

Ses thèmes de recherche et d’enseignement sont l'anthropologie historique des techniques et des savoirs ordinaires, l'histoire des techniques, l'anthropologie historique et comparée de l'alimentation, l'histoire des écrits culinaires. Ses enseignements[2] portent sur les régimes alimentaires et modèles de civilisation, les usages techniques, objets élaborés et patrimoine culturel immatériel dans le monde chinois.

Directrice d'études et des cercles de formation de l'EHESS[3], elle est rattachée au laboratoire CECMC (Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine)[4], sur le sujet de la Chine, la Corée et le Japon, mais également sur l'Europe plus précisément la France et l'Italie. Membre du Bureau de l'EHESS (2000-2003), Françoise Sabban fut directrice de la Maison franco-japonaise de 2003 à 2008[5].

Elle est membre du Conseil scientifique de l’Institut européen d'histoire et des cultures de l'alimentation[6], membre de la revue scientifique Journal of Chinese Dietary Culture, membre de la revue scientifique Food & Foodways, et membre du Comité de rédaction de la revue scientifique Food & History[7].

Ses travaux de recherche ont contribué au renouvellement de l'histoire de la cuisine en France à partir des années 1980, aux côtés de chercheurs comme Jean-Louis Flandrin[8]. Ses recherches ont aussi permis aux historiens de réaliser des études plus poussées sur l'histoire des pâtes alimentaires[9]. Son ouvrage Les pâtes : histoire d’une culture universelle, coécrit avec l'historien de la cuisine Silvano Serventi, est considéré à la fois comme une somme et un classique sur le sujet[10]. Parmi ses ouvrages de vulgarisation, La Gastronomie au Moyen Âge : 150 recettes de France et d'Italie est le plus connu. Utilisé à la fois par les chercheurs et les amateurs, il a connu plusieurs rééditions et a été traduit en anglais, en allemand et en espagnol.

Sélection de publications[modifier | modifier le code]

Ouvrages scientifiques[modifier | modifier le code]

  • (avec Massimo Montanari), Atlante dell'alimentazione e della gastronomia, Vol. 1 « Risorse, Scambi, Consumi », Vol. 2 « Cucine, pasti, convivialità », Turin, U.T.E.T., 2004, 879 p.
  • (avec Silvano Serventi), Les pâtes. Histoire d’une culture universelle, Arles, Actes Sud, 2001, 496 p. (ISBN 2742733167 et 9782742733163)
    Étude de l’origine (romaine, arabe, italienne, chinoise) des pâtes alimentaires et les avatars de l’industrie en Europe et en Amérique jusqu’aux XIXe et XXe siècles. Traduction française de l'original italien : La pasta : Storia e cultura di un cibo universale, Rome et Bari, Laterza Editori, 2000. Ouvrage aussi traduit en anglais[11] et en japonais[12].
  • Françoise Sabban, Idiotismes quadrisyllabiques en chinois moderne, Langages Croisés, , 347 p.

Articles[modifier | modifier le code]

Direction d'ouvrages[modifier | modifier le code]

  • (avec Maurice Aymard et Claude Grignon), Le temps de manger. Alimentation, emploi du temps et rythmes sociaux, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l'homme / Institut National de la Recherche Agronomique, 1993, 326 p.
  • (avec Frédérique Audoin-Rouzeau), dir., Un aliment sain dans un corps sain : Perspectives historiques. Deuxième colloque de l’Institut Européen d’Histoire et des Cultures de l’Alimentation. Tours, Presses universitaires François Rabelais, 2007, 344 p. (Collection « À boire et à manger », n° 1) [présentation en ligne]

Vulgarisation[modifier | modifier le code]

  • (avec Odile Redon et Silvano Serventi), La Gastronomie au Moyen Âge : 150 recettes de France et d'Italie, Paris, Stock, 1991 (rééditions en 1993 et 1995). [compte rendu]
Traduit en anglais[13], en allemand[14], en italien[15] et en espagnol[16].
  • (avec Silvano Serventi), La Gastronomie à la Renaissance : 100 recettes de France et d’Italie, Paris, Stock, 1997.
  • (avec Silvano Serventi), La Gastronomie au Grand Siècle : 100 recettes de France et d'Italie, Paris, Stock, 1998.

Distinctions[modifier | modifier le code]

  • Chevalier de la légion d'honneur (janvier 2009)
  • Prix Apicius (2015)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Maison franco-japonaise, « Profil de Françoise Sabban », sur http://www.mfj.gr.jp, (consulté le 14 décembre 2013)
  2. EHESS, « Enseignements de Françoise Sabban en 2012-2013 », sur École des hautes études en sciences sociales (consulté le 14 décembre 2013)
  3. Lucie Gillot (intervieweuse), « Cuisine japonaise ? Nippon ni mauvais. Interview de Françoise Sabban, anthropologue, directrice d'études à l'EHESS », sur http://www.agrobiosciences.org, (consulté le 14 décembre 2013)
  4. CNRS, « Description administrative de la personne », sur https://web-ast.dsi.cnrs.fr, (consulté le 14 décembre 2013)
  5. Musée du quai Branly, « Université populaire du Quai Branly, 7e saison », sur http://www.quaibranly.fr (consulté le 14 décembre 2013), p. 8
  6. IEHCA, « Organisation scientifique de l'IEHCA », sur http://www.iehca.eu (consulté le 14 décembre 2013)
  7. Observatoire Cniel des habitudes alimentaires (OCHA), « Fiche auteur de Françoise Sabban », sur OCHA (consulté le 14 décembre 2013)
  8. Jeffrey M. Pilcher, The Oxford Handbook of Food History, Oxford University Press, 2012, p. 4, 13-14.
  9. Pierre Leclercq, « Les pâtes ramenées de Chine par Marco Polo, 2e partie », Culture, Université de Liège,‎ (lire en ligne)
  10. François Sigaut, « Qu'est-ce qu'on mange au juste ? », dans Hélène Franconie, Monique Chastanet et François Sigaut (dir.), Couscous, boulgour et polenta. Transformer et consommer les céréales dans le monde, Paris, Karthala, 2010, p. 22.
  11. Françoise Sabban et Silvano Serventi, Pasta : The Story of a Universal Food, New York, Columbia University Press, 2002, 439 p.
  12. Jacqueline Nivard, « Les pâtes. Histoire d’une culture universelle », Les Carnets du Centre Chine [en ligne], 27 juillet 2012 (page consultée le 14 décembre 2013).
  13. Traduction anglaise par Edward Schneider, The Medieval Kitchen : Recipes from France and Italy, University of Chicago Press, 1998 (réimpression 2000, 2002). [présentation en ligne].
  14. Odile Redon, Françoise Sabban et Silvano Serventi, Die Kochkunst des Mittelalters: ihre Geschichte und 150 Rezepte des 14. und 15. Jahrhunderts, wiederentdeckt für Genießer von heute, Frankfurt am Main, Eichborn, 1993 (ISBN 3821817232 et 9783821817231). (réédition : Panorama-Verlag, 1998 (ISBN 3926642149 et 9783926642141)).
  15. Odile Redon, Françoise Sabban et Silvano Serventi, A tavola nel Medioevo con 150 ricette dalla Francia e dall'Italia, Rome, GLF Editori Laterza, 2001.
  16. Odile Redon, Françoise Sabban et Silvano Serventi, Delicias de la Gastronomía Medieval, Anaya & Mario Muchnik, 1996 (ISBN 8479792000 et 9788479792008))