Maison franco-japonaise

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Maison franco-japonaise
Maison franco-japonaise.jpg
Histoire
Fondation
1924
Cadre
Type
Siège social
Pays
Coordonnées
Organisation
Site web
Identifiants
OpenCorporates
Localisation sur la carte du Japon
voir sur la carte du Japon
Red pog.svg
Localisation sur la carte de Tokyo
voir sur la carte de Tokyo
Red pog.svg

La Maison franco-japonaise (日仏会館, Nichi-Futsu kaikan?) est un établissement français à autonomie financière à l'étranger, sous la double tutelle du ministère de l'Europe et des Affaires étrangères et du CNRS. Elle a pour mission « le développement des échanges culturels et scientifiques entre la France et le Japon »[1]. Elle se situe dans le quartier d'Ebisu, à Tōkyō, au Japon.

Histoire[modifier | modifier le code]

La Maison franco-japonaise a été créée en 1924 en réponse à une sollicitation longtemps réitérée par un groupe de Japonais (en particulier Shibusawa Eiichi) soucieux de faire connaître la pensée et la science françaises pour qu’en bénéficie la société japonaise. Cette demande a été entendue par Paul Claudel ambassadeur de France qui l’a relayée auprès du gouvernement français en insistant sur le fait que ce pourrait être un outil pour contrebalancer l’influence allemande grandissante au Japon et une opportunité pour y faire séjourner de jeunes chercheurs français qui viendraient étudier sur place la langue et la civilisation japonaises.

Le gouvernement français en est venu, après guerre, à considérer la Maison franco-japonaise comme un institut français de recherche dont le savant qu’elle y déléguait aurait aussi pour mission de diriger des chercheurs envoyés pour conduire des travaux sur le Japon. Cela s’est fait sans que la partie japonaise s’y intéresse : le rôle de la partie japonaise était strictement logistique, et pour peu que la France continue de remplir celui qui avait été défini pour être le sien, à savoir animer la Maison franco-japonaise par des conférences et des colloques diffusant la pensée française, elle considérait n’avoir rien à dire sur les autres activités éventuelles. Le directeur d'alors, Frédéric Joüon des Longrais, s'oppose à cette réorganisation et obtient gain de cause[2].

La MFJ édite la revue Ebisu, études japonaises et héberge une bibliothèque spécialisée, de niveau universitaire et offrant un fonds pour l'étude de la France moderne en français et en japonais, ainsi qu'un fonds en français sur l'Asie.

Avant Ebisu, la MFJ s'est située à Nagatacho puis à Ochanomizu.

Directeurs successifs[modifier | modifier le code]

Autres[modifier | modifier le code]

Depuis 1953, il existe également l'Institut franco-japonais de Tokyo, qui donne des cours de français et organise des activités culturelles, telles que des conférences, débats d’idées, etc.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « La Maison Franco-Japonaise (Fondation) » [PDF], sur mfjtokyo.or.jp (consulté le 30 décembre 2010), p. 2.
  2. Bernard Frank et Jacques Boussard, « Frédéric Joüon des Longrais (24 avril 1892- 13 février 1975) », École pratique des hautes études. Annuaire 1975-1976,‎ , p. 50-68 (lire en ligne).
  3. a b c d e f g h i j k l m n o p q r s t u v et w « Liste des anciens chercheurs et directeurs en poste à la Maison franco-japonaise », sur Maison franco-japonaise (consulté le 21 janvier 2020).
  4. « Prof. Pierre SOUYRI », Université de Genève (consulté le 4 septembre 2016).
  5. Christophe Marquet, École française d'Extrême-Orient.
  6. « Annonce : changement d’équipe pour la direction et les chercheurs de l’Institut français de recherche sur le Japon à la Maison franco-japonaise (IFRJ-MFJ), au 30 août 2019 », sur Maison franco-japonaise, (consulté le 21 janvier 2020).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]