François Gouyette

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
François Gouyette
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Fonctions
Ambassadeur de France en Algérie
depuis le
Xavier Driencourt (d)
Ambassadeur de France en Arabie saoudite
-
Ludovic Pouille (d)
Ambassadeur de France en Tunisie
-
Ambassadeur de France en Libye
-
Antoine Sivan (d)
Ambassadeur de France aux Émirats arabes unis‎
-
Jean-François Thibault (d)
Patrice Paoli (d)
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (65 ans)
VincennesVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activité
Autres informations
Religion

François Gouyette, né le à Vincennes (Val-de-Marne)[1] est un diplomate français. Il est depuis août 2020 ambassadeur de France en Algérie.

Biographie[modifier | modifier le code]

François Gouyette relate en 2012 les évènements qui ont entraîné la chute du régime du colonel Kadhafi.

Jeunesse et études[modifier | modifier le code]

François Gouyette a étudié à l'Institut d'études politiques de Paris. Il est diplômé de l'INALCO en arabe littéral[1].

Parcours professionnel[modifier | modifier le code]

Sa carrière diplomatique débute en 1981 comme secrétaire d'ambassade. Il est en poste à Tripoli de 1981 à 1983, à Djeddah de 1983 à 1985, à Nicosie de 1985 à 1987.

Il sera ensuite Premier conseiller à Damas de 1990 à 1993 [2], Sous-Directeur de la Presse au Quai d'Orsay de 1993 à 1996 et Premier Conseiller à Ankara en 1996.

Appelé à servir de 1997 à 2000 comme conseiller diplomatique au cabinet du ministre de l'Intérieur Jean-Pierre Chevènement, il est nommé ambassadeur auprès des Émirats arabes unis en 2001[3].

Après quatre ans en poste à Abou Dabi, il devient ambassadeur chargé du processus euro-méditerranéen en août 2005[4]. En décembre 2007, il est nommé ambassadeur de France en Libye[5] et prend ses fonctions début 2008.

Peu après le déclenchement de la révolte contre la Jamahiriya arabe libyenne de Kadhafi, l'ambassade de Tripoli est fermée et l'ambassadeur et son personnel sont rapatriés en France le 26 février 2011. Il poursuit cependant sa mission jusqu'à son remplacement en octobre 2011 par Antoine Sivan.

Le 24 août 2012, il est nommé ambassadeur de France en Tunisie[6],[7].

En septembre 2016, il devient ambassadeur de France en Arabie saoudite, succédant à Bertrand Besancenot.

Le , il est nommé ambassadeur de France en Algérie[8]. Le , le ministère algérien des Affaires étrangères le convoque pour protester contre la décision du gouvernement français de réduire de moitié le nombre de visas accordés aux ressortissants du Maroc et de l’Algérie et de 30% pour ceux de la Tunisie[9],[10],[11].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « François Gouyette, nouvel ambassadeur de France en Tunisie ! » sur le site Kapitalis 31 juillet 2012
  2. « Son Exc. François Gouyette, nouvel ambassadeur de France en Arabie saoudite », sur Ambassade de France en Arabie Saoudite (consulté le )
  3. Décret du 16 mai 2001 portant nomination d'un ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de la République française auprès des Émirats arabes unis publié au Journal officiel du 19 mai 2001.
  4. Décret du 26 août 2005 portant nomination d'un ambassadeur chargé du processus euroméditerranéen initié à Barcelone publié au Journal officiel du 27 août 2005.
  5. Décret du 17 décembre 2007 portant nomination d'un ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de la République française auprès de la Grande Jamahiriya arabe libyenne populaire et socialiste - M. Gouyette (François) publié au Journal officiel du 18 décembre 2007.
  6. « François Gouyette succède à Boris Boillon comme ambassadeur de France à Tunis », Le Nouvel Observateur, (consulté le )
  7. « Décret du 24 août 2012 portant nomination d'un ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de la République française auprès de la Tunisie », Journal officiel, no 0198, du 26 août 2012]
  8. « La France nomme son nouvel ambassadeur en Algérie », sur TSA, (consulté le )
  9. « L’Algérie convoque l’ambassadeur de France, en réaction à la décision de réduire le nombre de visas », Le Monde, (consulté le )
  10. Catherine Chatignoux, « La France va réduire drastiquement le nombre de visas accordés aux pays du Maghreb », Les Échos, (consulté le )
  11. « Immigration : Rabat regrette la décision "injustifiée" de Paris de durcir les conditions d’octroi des visas », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]