François-Étienne Lahaye

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis François Étienne Lahaye)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lahaye.
François-Étienne Lahaye
Etiquette F.-E. Lahaye.JPG
F.-E. Lahaye - 1878-1949
Naissance
Décès
Nationalité
Activité
signature de François-Étienne Lahaye
signature

François-Étienne Lahaye (Combs-la-Ville, 1878 - Villeneuve-lès-Avignon, 1949), dit parfois François Lahaye, est un peintre symboliste français.

Biographie[modifier | modifier le code]

François-Étienne Lahaye naquit à Combs-la-Ville (Seine-et-Marne) en 1878. La condition aisée de ses parents, dont la famille compta plusieurs maires à Combs-la-Ville[1] et dans la commune voisine de Quincy-Sous-Sénart[2], semble avoir été déterminante dans sa carrière, lui permettant de voyager et d'être à l'abri du souci de vivre de son art[3]. Combs-la-ville étant située à équidistance de Paris et de Barbizon, on peut supposer que cette situation géographique favorisa la vocation du jeune Lahaye pour la peinture. Les liens entre les groupes de Barbizon et de Crozant[4] durent aussi être à l'origine de sa rencontre avec Léon Detroy[5], membre de l'École de Crozant, dont il devint l'élève. C'est d'ailleurs à lui que la critique compara ses premières œuvres[6]. Celui que l'on nommait l'ermite de Gargilesse peignait alors dans une veine néo-impressionniste que Lahaye ne devait finalement pas suivre, préférant aux touches fortement individualisées de son mentor une approche plus fondue de la couleur et de la lumière, ainsi qu'une présence plus forte du dessin.

C'est en 1904 que son nom apparaît pour la première fois : une simple aquarelle au Salon de la Société nationale des beaux-arts, suivie de quelques huiles et aquarelles représentant Paris, Versailles, et l'Afrique du Nord[5] au Grand Hôtel de Biarritz. Dès cette époque, la critique - à commencer par Gustave Geffroy, théoricien de l'impressionnisme - discerne ce qui fera sa marque de fabrique : une attention toute particulière portée au rendu de la lumière[7]. Dans les années qui suivent, malgré sa participation au Salon d'automne et au Salon des Indépendants (avec des paysages d'Italie[8]), sa notoriété peine à s'établir. Il faut dire que l'orage déclenché par Matisse et les fauves au Salon d'automne de 1905 (où Lahaye expose) marque le déclin du symbolisme auquel la veine idéaliste du jeune Lahaye se rattache. En 1911, l'artiste est encore décrit comme un décorateur d'avenir[9] dans le Journal des débats politiques et littéraires. Ce terme de décorateur - et l'adjectif décoratif - reviendront régulièrement sous la plume de la critique, renvoyant au caractère graphique des compositions de Lahaye et à cette nature idéalisée qu'il peint dans des tons toujours séduisants.

En quête de paysages nouveaux, Lahaye tourne ses pas vers la Bretagne où il effectue, en 1912, un court séjour à Camaret[10]. Il y est frappé par la puissance minérale de la pointe de Pen-Hir, qu'il prend pour sujet[11]. Les irisations de la mer et les découpures de la côte rocheuse deviendront un thème récurrent dans son œuvre. Il poursuit alors ses voyages sur le pourtour méditerranéen, jusqu'en Égypte. En 1914, il s'installe à Aramon[3], près d'Avignon, tout en conservant un pied-à-terre parisien boulevard Saint-Germain[12]. Il expose successivement, cette année-là, des paysages alpestres remarqués pour leur intelligent parti-pris décoratif[13] et quelques œuvres dont deux aquarelles[14] de Thèbes et d'Edfou[15]. Celles-ci sont accueillies par des commentaires élogieux, La Nouvelle revue souhaitant même à l'auteur que son envoi lui vaille le titre de sociétaire de la Société nationale des beaux-arts[16].

Mais le déclenchement de la Première Guerre mondiale vient bientôt mettre un coup d'arrêt à ce début de reconnaissance, et ce n'est qu'en 1919 que F.-E. Lahaye expose à nouveau, au 35 rue La Boëtie[17], des études qualifiées de puissantes évocations poétiques[18]. Il retrouve l'année suivante le Salon de la Société nationale des beaux-arts avec des paysages provençaux dont Reflet sur la mer à Èze.[19] "Le paysage a trouvé un maître en M. F. Lahaye parce qu'il a trouvé en lui un amoureux." déclare alors François Jean-Desthieux[20], son plus chaleureux soutien à compter de cette date. Le journaliste déplore toutefois le mauvais emplacement réservé à l'artiste au Salon, signe qu'il peine encore à s'imposer. En 1921, Lahaye présente au public des vues de Corse, en particulier des calanques de Piana[21].

Il faut cependant attendre 1922 pour que le succès se dessine, comme en atteste le grand nombre d'articles et de coupures de presse parus à cette date[22],[23],[16]. Dans la première exposition à lui être entièrement consacrée, toujours au 35 rue La Boëtie, Lahaye présente quatre-vingt quatre toiles composées en Égypte[24], Corse, autour de Grenoble et en Provence[23]. L'état français acquiert le triptyque égyptien de La Salle hypostyle de Karnak[25].

Cet évènement apparaît à la fois comme la consécration et comme le chant du cygne de François-Étienne Lahaye. Cessant d'exposer, celui-ci retombe en effet bientôt dans l'oubli et les sources de documentation se raréfient : La Montagne, qui le cite en 1923[26], se souvient de ses détrempes décoratives; l'année suivante, L'Illustration reproduit plusieurs vues de sites de l'Égypte pharaonique[27],[28],[29]; ses représentations de la Corse sont encore évoquées en 1927 par La Nouvelle revue[30]; Eugène Soubeyre, ancien écrivain symboliste, y rend un ultime hommage à l'artiste en évoquant, deux ans plus tard, les grands paysages qu'il peignit avec somptuosité... mais en écorchant son nom[31].

L'hôtel Choisity, restauré et meublé par F.-E. Lahaye entre 1923 et 1949.

Pourtant l'artiste semble avoir continué à peindre. À Aramon, il avait acquis en 1923 un hôtel particulier du XVIIe siècle : l'hôtel Choisity de Saint-Auban, dans lequel il se fit aménager un atelier de peinture et une chambre noire pour la photographie[32]. On a conservé des clichés de l'aménagement de cette époque. Ceux-ci attestent la splendeur et le raffinement de ces lieux que François-Étienne Lahaye fit entièrement restaurer et meubler[33].

En 1934, le public peut à nouveau apercevoir, dans une galerie d'Alger, les œuvres du poète du Sud[34] (vues de Tipasa, Laghouat et Ghardaïa)[35]. Cette exposition semble avoir été la dernière de l'artiste, alors âgé de 56 ans.

François-Étienne Lahaye meurt à Villeneuve-lès-Avignon, près de sa résidence d'Aramon, en 1949.

L'œuvre[modifier | modifier le code]

Signature de F.-E. Lahaye

F.-E. Lahaye parcourut inlassablement l'Europe et le bassin méditerranéen en quête de paysages saisissants. En France, ses lieux de prédilection furent la Corse, la Provence et la région de Grenoble. Mais des monuments antiques de la Haute-Égypte aux simples paysages du Dauphiné, le véritable sujet de sa peinture semble avant tout être la lumière[36],[37]. Il en retranscrit toute la pureté et tout le mystère avec un sens puissant des contrastes et des contre-jours. Chez lui, la couleur est tantôt franche, tantôt subtile, mais elle est toujours vibrante et généreuse, ce qui confère à ses tableaux une grande puissance d'évocation et un caractère décoratif remarqué de ses contemporains[22].

L'écrivain et journaliste Jean-Desthieux écrit, à l'occasion de l'exposition de 1922 : "Il faut savoir que ce peintre est d'abord un grand voyageur; épris de toutes les formes de la beauté, il va partout où il espère trouver ce qu'il n'a pas vu encore, non par dilettantisme, mais parce qu'il est toujours prêt pour l'étude des visages le plus variés de l'humaine, de la terrestre beauté. Partout, il plante son chevalet et, avec cette science du crayon qui n'appartient qu'à lui, à ma connaissance, il note, il enregistre, il peint : l'œuvre nait, aussitôt esquissée, témoignage d'une vision d'harmonie dont tous les éléments sont vrais, dont la grâce n'est pas surfaite, dont la vertu décorative étonne, séduit, enchante."[23]Mais c'est peut-être Eugène Soubeyre qui analyse avec le plus d'objectivité l'œuvre de Lahaye et synthétise l'ensemble des points de vue : l'article qu'il rédige en mars 1922 pointe chez l'artiste "un excessif souci d'exactitude" qui "arrive à distraire la pensée, à retenir l'émotion". Appliqué à ses gouaches d'Égypte, qui sont le plus souvent des vues de monuments antiques, ce commentaire tranche avec la tonalité générale de l'article, et tout spécialement avec les louanges décernées à ses paysages corses, provençaux ou du Dauphiné, appréciés pour leur grande sensibilité[38].

Ayant pris ses marques par rapport au legs impressionniste et étranger aux grandes aventures artistiques de son temps (fauvisme, cubisme, surréalisme), F.-E. Lahaye semble avant tout avoir recherché une expression personnelle de son art, emprunt toutefois d'un classicisme dont Émile Bernard, après l'aventure nabis, se fit l'apôtre dès les années 1900. Cette manière classique se combine chez lui avec une inspiration symboliste héritée de ses années de jeunesse (Lahaye expose pour la première fois, à l'âge de 26 ans, en 1904). Bien que tardifs par rapport au mouvement, ses paysages resteront fidèles à cette esthétique jusque dans les années 1920. La nature y est toujours représentée dans une vision idéaliste, chargée d'émotion et pénétrée d'harmonie[23].

Fidèle au trait, souvent audacieux dans ses cadrages comme dans l'usage de la couleur, l'art de F.-E. Lahaye fait par ailleurs écho à la vogue du japonisme qui fleurit au début du XXe siècle[39].

Bien qu'il semble avoir peint à l'huile à ses débuts[5], il privilégia d'autres techniques picturales : l'aquarelle, mais surtout la gouache et la détrempe. Un choix original dont il ne dévia jamais, parfois critiqué par les apôtres de la peinture à l'huile[40], mais le plus souvent salué, comme le fit le critique G. Remon dans les colonnes du Radical en 1922 : "Il n'est pas jusqu'à la technique qu'il s'est choisie - la détrempe - qui ne contribue à évoquer avec bonheur l'atmosphère particulière à la plaine d'Égypte.(…) La couleur, traitée par Lahaye en larges à plat, conserve la netteté et la fixité de l'émail."[22] Ce choix de la gouache et de la détrempe confère à l'œuvre de l'artiste une tonalité très personnelle.

Le style de F.-E. Lahaye peut cependant être rapproché de celui de certains de ses contemporains, parmi lesquels Marguerite Verboeckhoven dont la description des œuvres[41], exposées à la galerie Bernheim jeune en 1904, pourrait être celle de ses propres œuvres ; mais aussi Jean Francis Auburtin, Alphonse Osbert ou René Ménard, qui exposèrent régulièrement aux Salons auxquels il participa lui-même entre 1904 et 1914[15].

Collections publiques[modifier | modifier le code]

Les œuvres de F.-E. Lahaye sont aujourd'hui dispersées. Seuls deux musées en possèdent dans leurs collections :

  • Musée des beaux-arts de Rennes, Rocher à Camaret, gouache sur papier, 1912
  • Musée Guimet, Paris, La Salle hypostyle de Karnak, Thèbes, triptyque, 1922[25]

Expositions[modifier | modifier le code]

  • Salon de la Société nationale des Beaux-Arts, Paris, 1904[42]
  • Exposition de la Société des Amis des Arts de Bayonne-Biarritz, Biarritz, 1904[5]
  • Salon d'automne, Paris, 1905[43]
  • Salon des Indépendants, Paris, 1905[7],[44]
  • Salon des Indépendants, Paris, 1906[6]
  • Salon de la Société nationale des beaux-arts, 1908[45]
  • Salon des Indépendants, Paris, 1910[46]
  • Salon d'automne, Paris, 1911[47]
  • Salon de la Société nationale des beaux-arts, 1911[48]
  • Galerie Manzi-Joyant, Paris, 1912-1913[49]
  • Salon de la Société nationale des beaux-arts, Paris 1914[15]
  • Salon des Indépendants, Paris, 1914[13]
  • Galerie de Valcourt, 35 rue La Boëtie, Paris, 1919[17]
  • Galerie de Valcourt, 35 rue La Boëtie, Paris, 1920[50]
  • Salon de la Société nationale des beaux-arts, Paris, 1920[19]
  • Galerie de Valcourt, 35 rue La Boëtie, Paris, 1922[23],[22],[40],[51]
  • Galerie Vollot, rue Dumont d'Urville, Alger, 1934[34],[35]
  • Exposition « La vague japoniste », musée des beaux-arts de Brest, du 10 juillet au 4 novembre 2012[39]

Sources[modifier | modifier le code]

  • Dossier pédagogique La vague japoniste, musée des beaux-arts de Brest, 2012[10]
  • Camaret - Cité d'artistes de Jacqueline Duroc (éd. URSA - Le Chasse-Marée - Baillé 1988)
  • La Nouvelle revue, mars-avril 1922, Exposition E. Lahaye par Eugène Soubeyre[38]; voir aussi numéros de mai-juin 1914, mars-avril 1927 et mars-avril 1929
  • L'Illustration, no 4232, 12 avril 1924[28]
  • L'Illustration, no 4231, 5 avril 1924[29]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Les maires de Combs-la-Ville », sur www.francegenweb.org, (consulté le 23 mars 2015)
  2. « Les maires de Quincy-sous-Sénart », sur www.francegenweb.org, (consulté le 23 mars 2015)
  3. a et b Jacqueline Duroc, Camaret - Cité d'artistes, Baillé, URSA - Le Chasse-Marée, (ISBN 978-2-86934-009-1)
  4. « Paysages impressionnistes - Vallée de peintres, entre Berry et Limousin - doc. édité par le département de la Creuse », sur www.gargilesse.fr, (consulté le 8 février 2015)
  5. a b c et d « Explication des ouvrages exposés au tennis du Grand Hôtel, Biarritz, le 24 août 1904 », sur Gallica.bnf.fr, (consulté le 24 novembre 2014)
  6. a et b « Le Salon des Indépendants, dans "L'Art et les Artistes", Tome III, p.72, 1906 », sur Gallica, (consulté le 23 novembre 2014)
  7. a et b « Les Cahiers de l'art et de la littérature, Signification de l'art, par Gustave Geffroy, mai 1905 », sur gallica.bnf.fr, (consulté le 17 janvier 2015)
  8. « Journal des débats, 26 mars 1905 », sur gallica.bnf.fr, (consulté le 21 janvier 2015)
  9. « Journal des débats politiques et littéraires, Le salon des artistes indépendants, 21 avril 1911 », sur Gallica.bnf.fr, (consulté le 24 novembre 2014)
  10. a et b [PDF] Lien vers le dossier de l'exposition sur musee-brest.com
  11. Rochers à Camaret, gouache sur papier, 1912 (Rennes, Musée des beaux-arts)
  12. « Annuaire de la Curiosité et des Beaux-Arts, 1911 (idem 1912) - Voir aussi Annuaire général des lettres 1933-1934 », sur gallica.bnf.fr, (consulté le 19 janvier 2011)
  13. a et b « Le Radical, 4 mars 1914 », sur gallica.bnf.fr, (consulté le 18 janvier 2015)
  14. Salon de la Société nationale des Beaux-Arts, Catalogue illustré du Salon de 1914, Paris, Société nationale des Beaux-Arts, , 196 p. (non)
  15. a b et c « Journal des débats politiques et littéraires, Le tour du salon de la Société Nationale des Beaux-Arts, 12 avril 1914 », sur Gallica.bnf.fr, (consulté le 24 novembre 2014)
  16. a et b « La Nouvelle Revue, 4e série, Tome XIII, Mai-Juin 1914, R. Morizot », sur gallica.bnf.fr, (consulté le 25 novembre 2014)
  17. a et b « La chronique des arts et de la curiosité, expositions nouvelles, Paris, décembre 1919 », sur Gallica.bnf.fr, (consulté le 24 novembre 2014)
  18. « Le Cri de Paris, dir. P. Dollfus », sur gallicalabs.bnf.fr, (consulté le 12 mai 2015)
  19. a et b « Reflets sur la mer à Eze, F.-E. Lahaye », sur photo.rmn.fr, (consulté le 22 décembre 2014)
  20. « L'Homme libre, 14 avril 1920 », sur gallica.bnf.fr, (consulté le 16 janvier 2015)
  21. « Cronica di A CORSICA, Orsu Ghjuvanni Caporossi », sur http://oursjeancaporossi.perso.neuf.fr, (consulté le 11 janvier 2014)
  22. a b c et d « Exposition F.-E. Lahaye - Egypte, Corse, Provence et Dauphiné, par G. Remon, Le Radical, 10 mars 1922 », sur gallica.bnf.fr, (consulté le 25 novembre 2014)
  23. a b c d et e « Un paysagiste : M. F.-E. Lahaye, par F. Jean-Desthieux, L'Homme libre, 3 mars 1922 », sur gallica.bnf.fr, (consulté le 25 novembre 2014)
  24. « Les Annales coloniales, 10 mars 1922 », sur gallica.bnf.fr, (consulté le 17 janvier 1922)
  25. a et b « Archives nationales, base Arcade », sur http://www.culture.gouv.fr/public/mistral/arcade_fr, (consulté le 10 janvier 2015)
  26. « La Montagne, revue mensuelle du Club alpin français, 1923 (extrait sur books.google.fr) », sur books.google.fr, (consulté le 22 janvier 2015)
  27. « L'Illustration, 1924, volume 163, page 326. », sur google books, (consulté le 26 janvier 2015)
  28. a et b Myriam Harry, « La vallée des rois et des reines », L'Illustration, no 4232,‎ , p. 325-326
  29. a et b Myriam Harry, « La Vallée des rois et des reines », L'Illustration, no 4231,‎
  30. « La Nouvelle revue, mars-avril 1927 », sur gallica.bnf.fr, (consulté le 21 janvier 2015)
  31. « La Nouvelle revue, mars-avril 1929 », sur gallica.bnf.fr, (consulté le 17 janvier 2015)
  32. Documents notariaux fournis par M. Claude Marcel, notaire à Aramon, 2 boulevard Mirabeau.
  33. Bulletin municipal "Bien vivre à Aramon", « Les vieilles pierres de Choisity nous parlent », Bulletin municipal d'Aramon,‎
  34. a et b « L'Echo d'Alger, Vie artistique, 2 juin 1934 », sur gallica.bnf.fr, (consulté le 24 novembre 2014)
  35. a et b « Alger étudiant, n°172, 25 janvier 1934, Exposition F.-E. Lahaye, galerie Vollot. », sur mekerra.fr, (consulté le 30 décembre 2014)
  36. « La lanterne, 13 décembre 1919 », sur gallica.bnf.fr, (consulté le 17 janvier 2015)
  37. « Mercure de France, 1er juin 1914 », sur gallica.bnf.fr, (consulté le 17 janvier 2015)
  38. a et b « La Nouvelle revue, 4e série, tome 58, mars-avril 1922, article d'Eugène Soubeyre sur l'exposition E. Lahaye. », sur gallica.bnf.fr, (consulté le 13 avril 2015)
  39. a et b Présentation de l'exposition sur le site musee-brest.com
  40. a et b « Les expositions Calès et Lahaye, Le Temps, 23 mars 1922 », sur gallica.bnf.fr, (consulté le 25 novembre 2014)
  41. « Journal de Débats politiques et littéraires, 11 mars 1904 », sur gallica.bnf.fr, (consulté le 16 février 2015)
  42. « Catalogue illustré du Salon de la Société nationale des Beaux-Arts, 1904, section architecture », sur archive.org, (consulté le 22 décembre 2014)
  43. « Vieille rue à Chartres, aquarelle exposée au Salon d'automne de 1905 », sur archive.org, (consulté le 23 décembre 2014)
  44. « Journal des débats politiques et littéraires, 26 mars 1905 », sur gallica.bnf.fr, (consulté le 18 janvier 2015)
  45. « Catalogue illustré du Salon de la Société nationale de Beaux-Arts, 1908, section dessins, aquarelles, pastels, miniatures », sur archive.org, (consulté le 22 décembre 2014)
  46. « Quatre œuvres exposées au Salon des Indépendants de 1910 », sur gallica.bnf.fr, (consulté le 23 décembre 2014)
  47. « Salon d'automne, dans "L'art et les Artistes", Tome XIV, p.88, 1911 », sur Gallica, (consulté le 23 novembre 2014)
  48. « La Revue hebdomadaire, mai 1911 - Michel-Ange et le Salon de la Société Nationale, par Péladan », sur gallica.bnf.fr, (consulté le 18 janvier 2015)
  49. « Memento des Expositions, dans "L'Art et les Artistes", Tome XVI, p.289,1912-1913 », sur Gallica, (consulté le 23 novembre 2014)
  50. « Echos des arts, dans "L'Art et les Artistes", nouvelle série tome I, p.187, 1920 », sur Gallica, (consulté le 23 novembre 2014)
  51. « La vie artistique, Sédentaires et nomades, Le Figaro, 5 mars 1922 », sur gallica.bnf.fr, (consulté le 25 novembre 2014)