François-Marie Vibert

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

François-Marie Vibert de Massingy
Biographie
Naissance
Décès
Évêque de l’Église catholique
Consécration épiscopale
par Mgr Luigi Lambruschini
Dernier titre ou fonction évêque de Maurienne.
(en) Notice sur www.catholic-hierarchy.org

François-Marie Vibert de Massingy, né le et mort le à Yenne[1], est un homme d'église savoyard, considéré comme le quatre-vingt-cinquième évêque de Maurienne.

Biographie[modifier | modifier le code]

Issu d'une famille bourgeoise, il effectue des études théologiques et juridiques à Turin, avant d'effectuer son séminaire à Paris[2]. Ordonné prêtre en 1824, il devient secrétaire de Mgr François-Marie Bigex à Chambéry, puis grand-vicaire de Mgr Antoine Martinet, nouvel archevêque de Chambéry[1].

Il est ordonné évêque de Maurienne en 1841 par le cardinal Luigi Lambruschini. Cette nomination s'accompagne des titres de Prince d'Aiguebelle et de comte romain.

Il a été fait commandeur de l’ordre des Saints-Maurice-et-Lazare. Il devient membre de l'Académie de Savoie en 1826[3].

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Catéchisme du diocèse de Maurienne, 1872
  • Clericus et prolyta Franciscus Maria Vibert, anno MDCCCXXI, die IX aprilis
  • avec Giuseppe Baraldi, Discorso per l'anniversario de' principi di Savoja sepolti nella chiesa della reale abbazia di Hautecombe, 1829
  • Notice historique et descriptive sur la royale abbaye d'Hautecombe, 1826

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Jean-François Durand (sous la dir.) - Volume par Jacques Lovie, Histoire des diocèses de France. Chambéry, Tarentaise, Maurienne (Volume 11), Editions Beauchesne, (ISSN 0336-0539), p. 176.
  2. Jean-Marie Mayeur, Christian Sorrel et Yves-Marie Hilaire, La Savoie, t. 8, Paris, Éditions Beauchesne, coll. Dictionnaire du monde religieux dans la France contemporaine, 1996, 2003, 441 p. (ISBN 978-2-7010-1330-5), p. 153.
  3. Académie de Savoie, « Etat des membres de l'Académie de Savoie » (consulté le 13 septembre 2009).

Sources[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]