Florian Illies

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Florian Illies
Naissance (46 ans)
Schlitz, Allemagne
Nationalité Allemand
Profession
Journaliste, marchand d’objets d’art, historien de l’art, écrivain

Florian Illies (né le 4 mai 1971 à Schlitz) est un journaliste, marchand d’objets d’art, historien de l’art et écrivain allemand.

Biographie[modifier | modifier le code]

Le père d’Illies était le biologiste et limnologue Joachim Illies (de). Florian Illies étudia l’histoire de l’art et la « nouvelle histoire » à Bonn et Oxford. Il termina ses études en 1998 à l’université de Bonn. Il acquit sa première expérience journalistique au Schlitzer Boten puis en tant que stagiaire plus tard au Fuldaer Zeintung (de). En 1997, il devient rédacteur des pages culturelles pour le Frankfurter Allgemeine Zeitung (FAZ). Jusqu’en 1999, il gère les « pages berlinoises » du FAZ, puis devient rédacteur en chef des pages culturelles du Frankfurter Allgemeine Sonntagszeitung.

Après son exclusion du FAZ, il fonde Monopol (de), une revue consacrée à l’art, à la littérature et au fitness, avec sa femme Amélie von Heydebreck, fille de Tessen von Heydebreck (de) (directrice de la banque allemande (Deutsche-Bank)) et mère des deux enfants d’Illiès. Jusqu’à la fin 2006, Illiès était aussi bien l’éditeur que le rédacteur chef. En 2007, il engage l’ancien rédacteur culturel du Welt am Sonntag, Cornelius Tittel. Les éditeurs restent toujours Illies et sa femme. En 2008, Illiès se retrouve au Zeit et travaille dans un premier temps pour le Zeit-Magazin[1]. Dès 2009, il s’occupe du Feuilleton und Literatur en compagnie de Jens Jessen[2]. Depuis l’été 2011, Illiès est l’un des quatre principaux actionnaires de la maison d’enchères berlinoise Villa Grisebach[3] qui porte particulièrement attention sur l’art du XIXe siècle[4].

Illiès est surtout devenu connu grâce à son best-seller Generation Golf (2000) dans lequel il dresse un tableau critique de sa génération, celle des années 1970. Il continue à confirmer ses observations dans Unschuldigsein[5] (2001) et Generation Golf Zwei (2003). En 2006, il publie Ortsgespräch, un regard rétrospectif sur une enfance dans la province allemande. Puis en 2012, un autre bestseller, 1913, adapté en septembre 2013 au théâtre Oberhausen[6].

Distinctions[modifier | modifier le code]

  • 1999 – Axel Springer Prix, et Prix de promotion Ernst Robert Curtius
  • 2003 – Prix de culture hessois
  • 2014 - Prix Ludwig Börne[7]

Ouvrages[modifier | modifier le code]

En tant qu'auteur
  • Generation Golf. Eine Inspektion. 13. Aufl. Fischer, Frankfurt am Main 2011, (ISBN 978-3-596-15065-6) (Erstauflage 2000)[8].
  • Anleitung zum Unschuldigsein. Das Übungsbuch für ein schlechtes Gewissen. Argon, Berlin 2001, ISBN 3-596-50843-6[8]
  • Generation Golf zwei. Blessing, München 2003, ISBN 3-89667-246-0[8]
  • Ortsgespräch. Blessing, München 2006, ISBN 3-89667-262-2[8]
  • Florian Illies, 1913:Chronique d'un monde disparu, Paris, Piranha (maison d'édition), , 288 p. (ISBN 978-2-37119-002-3), traduit de l'allemand par Frédéric Joly
En tant qu'éditeur

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Angela Kölling: Writing on the loose. Readin Florian Illies’ „Generation Golf“, Maurice G. Dantec’s „Périphériques“, Joschka Fischer’s „Mein langer Lauf zu mir selbst“, and Frédéric Beigbeder’s „Windows on the world“ as examples of creative nonfiction. Weidler, Berlin 2012, (ISBN 978-3-89693-560-1).
  • Carsten Lange: Allgemeinverbindlichkeit. Strategien popliterarischen Erzählens in Florian Illies’ Generation Golf. In: Johannes G. Pankau (Hrsg.): Pop, Pop, Populär. Popliteratur und Jugendkultur. Aschenbeck & Isensee, Bremen 2004, S. 120–130, (ISBN 3-89995-149-2).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (de) Florian Illies wechselt zur ZEIT. sur presseportal.de. 11 janvier 2008.
  2. (de) Die Zeit, Nr. 27, 25 juin 2009, S. 14.
  3. (de) Generation Kunst. In: FAZ. 17 décembre 2010, S. 34.
  4. (de) Sebastian Preuss: Florian Illies – Vom Top-Journalisten zum Kunsthändler, Berliner Zeitung, 22. November 2011.
  5. (de) Eckhart Nickel, Deutsche Problemzonengymnastik, Die Welt, .
  6. (de) Über den Boulevard gebummelt. Frankfurter Allgemeine Sonntagszeitung. 22 septembre 2013, Seite 46.
  7. (de) focus.de vom 11. Febr. 2014
  8. a, b, c et d Auch als Hörbuch erhältlich.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :