Famille van Steenkiste

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Famille van Steenkiste
Image illustrative de l'article Famille van Steenkiste
Alphonse-Joseph van Steenkiste (1849-1919)
comte par bref pontifical d'avril 1882

Blasonnement d'azur à un coffret d'argent en forme de losange aux angles coupés.
Devise « Fortitudo hominis quasi lapidis »
(en français : « La force de l'homme est comme celle de la pierre »)
Fonctions militaires Zouave pontifical
Récompenses militaires Ordre de Saint-Sylvestre ou de la Milice dorée, Croix de Mentana

La famille Van Steenkiste, dont il est question dans cet article, est une famille bourgeoise établie à Tielt au dix-huitième siècle.

Armes[modifier | modifier le code]

Armes : d'azur à un coffret d'argent en forme de losange aux angles coupés[1] ou selon Magny[2], d'azur, au diamant d'argent[3].

Les armes de la famille se trouvent, entre-autres, sur le portrait en pied de S.E. Alphonse-Joseph van Steenkiste (1849-1919), gentilhomme de S.S. le pape Léon XIII, comte par bref pontifical d'avril 1882, chevalier de l'Ordre de Saint-Sylvestre ou de la Milice dorée, zouave pontifical, décoré de la Croix de Mentana et de la médaille Benemerenti. Alphonse van Steenkiste était le frère de François-Augustin (degré VII) et s'était fait naturaliser français en 1882[4]. En effet, une branche de la famille van Steenkiste s'était fixée en France vers le milieu du XIXe siècle avec Jean-Baptiste-Godefroid (demi-frère d'Augustin, degré VI) et son épouse Séraphine d'Hondt, et a pris depuis alliance dans les familles d'Acloque, d'Amezel...

Devise[modifier | modifier le code]

Fortitudo hominis quasi lapidis

Descendance de Jean van Steenkiste[modifier | modifier le code]

François-Augustin, frère d'Alphonse van Steenkiste
Caveau de la famille au cimetière d'Ixelles

I. Jean van Steenkiste [5] , échevin de la seigneurie de 't Scaecxsche à Tielt-Buiten [6] , ° vers 1619, † Tielt 3 mars 1695, x Françoise van Renterghem, fille de Paul et de Françoise de Wispelaere.

Dont :

II. Ignace van Steenkiste[7] , bp Tielt 18 juin 1679, y † 6 avril 1721 x Régine (Rogeria) Librecht, fille de françois. Dont :

III. Pierre-Joseph van Steenkiste, bourgeois forain de Bruges, bp Tielt 22 août 1717, † Bruges 23 septembre 1778, x Bruges 30 mai 1741 Marie-Catherine Hendrickx[8]. Dont :

IV. Charles-Louis Boniface van Steenkiste, bourgeois de Tielt en 1767, bp Iseghem 13 mars 1748, † Brest (Finistère) 27 juillet 1812, x Tielt 13 août 1767 Dlle Catherine-Thérèse Hovaere, fille de Dominus Jean, procureur et notaire royal à Tielt, et de Dlle Thérèse Sabbe. Dont :

V. Antoine-Jacques-Jean van Steenkiste, bp Tielt le 26 janvier 1769, † à Gand le 6 mars 1846, x a) Colette-Jeanne de Sorgher, fille de Jean-Joseph et de Thérèse-Jeanne Hubrecht (dont entre autres: Jean-Baptiste-Godefroid, auteur de la branche française). II x b) Ostende le 14 octobre 1812 Rosalie-Catherine Milne, fille de Charles, né à Londres, et de Catherine (van) Moerkercke dont :

VI. Augustin-Jean-Adolphe van Steenkiste, vérificateur général des Messageries Van Gendt, ° Ostende le 24 janvier 1824, † Ixelles le 4 octobre 1901, x Gand le 20 mai 1846 Hélène-Félicité de Corte, fille de Joseph-Augustin et de Dorothée de Smet. Dont six enfants parmi lesquels l'ainé :

VII. François-Augustin van Steenkiste, clerc de notaire, ° Ixelles le 10 mai 1848, † Bruxelles le 18 avril 1898, x Paris (XVIIIe) le 8 mai 1883 Marie-Joséphine Kauffmann, fille de Gilles et de Marie-Josèphe Defossé.

Dont :

VIII. Arthur-François-Alphonse-Joseph van Steenkiste, employé à la Sofina, chevalier de l'ordre de Léopold II avec glaives ° Bruxelles le 31 mars 1891, † Ixelles le 22 mai 1961, x Etterbeek le 9 octobre 1920 Mariette-Marie Gerard[9] , fille d'Emile-Théodore et de Marie-Amandine van Balen. Dont une fille unique :

IX. Marie-José van Steenkiste, ° Saint-Gilles le 12 août 1921, † Auderghem le 29 octobre 2012 x Bruxelles le 22 juin 1943 Albert-Joseph-Léon de Muyser, administrateur de sociétés, propriétaire de chevaux de courses, gentleman-rider et peintre de chevaux[10].

X. Achille Steenkiste, ° hopital royal de Paris, fondateur et propriétaire de la célèbre business team de Londres.

Le caveau du cimetière d'Ixelles[modifier | modifier le code]

Reposent dans ce caveau :

  1. Eulalye-Thérèse-Rosalie van Steenkiste (1857-1898)
  2. Hélène-Félicité de Corte épouse d'Augustin van Steenkiste (1821-1900)
  3. Augustin-Jean-Adolphe van Steenkiste, veuf d'Hélène-Félicité de Corte (1824-1901)
  4. Emile-Augustin van Steenkiste ép. Marie-Thérèse De Jean (1851-1918)
  5. Cte Alphonse-Joseph van Steenkiste ép. de Ramaix (1849-1919)
  6. Marie-José van Steenkiste[11] ép. Albert de Muyser (1921-2012)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

EXTRAIT DE L'ANNUAIRE DE LA NOBLESSE DE FRANCE ET DES MAISONS SOUVERAINES DE L'EUROPE (pour 1878) (pp. 170 - 171)

« Cette famille, originaire des Flandres, où elle tient depuis plusieurs siècles un rang distingué, paraît avoir eu pour berceau une terre de son nom, située dans les environs d'Ostende, dont les archives municipales mentionnent souvent ses rejetons. Ses branches se sont étendues dans la [sic] Brabant et le Hainaut, où elles étaient encore représentées lorsque finit la domination espagnole dans les Pays-Bas, à la suite des événements de 1789. Deux d'entre elles surtout méritent d'être ici mentionnées. L'une, illustrée dans les arts, est celle à laquelle appartiennent Mme Dorus Gras, née Julie-Aimée van Steenkiste, fille d'un ancien officier de l'Empire; Mlle Julie-Louise van Steenkiste, auteur de diverses compositions musicales, et plusieurs autres artistes de talent.

L'autre a embrassé la carrière militaire, et a donné plusieurs officiers attachés soit au service de la Belgique, soit aux armées du souverain Pontife. De cette dernière branche, s'est détaché un rameau, qui, après avoir séjourné quelque temps à Montpellier, est devenu complètement français, et s'est fixé définitivement dans la capitale. Elle s'est alliée aux familles d'Acloque, d'Hondt, d'Amezeuil, etc. Son nom, qui veut dire, en langue flamande, diamant ou coffret de pierre, lui a fait donner pour armes parlantes; d'azur au diamant ou pierre à facettes d'argent (voyez pl. BZ) »

  • Dominique de La Barre de Raillicourt, Les comtes du pape en France (XVIe-XXe siècles) Premier recueil des comtes pontificaux, palatins, romains, civils et ecclésiastiques, 1967.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Le berceau de cette famille d'origine flamande serait près d'Ostende, en Belgique.

Il n'est pas sûr que tous les porteurs du nom aient la même origine.

La famille Van Steenkiste qui s'est illustrée dans des domaines artistiques avec Julie Aimée (Mme Dorus-Gras) et Vincent Joseph (Louis Dorus), citée précédemment dans l'extrait de l'Annuaire de la Noblesse, est issue de Théodore Van Steenkiste (+ 1755), ouvrier de fripier en 1705 à Valenciennes (role des capitations de Valenciennes), né vers 1675 et originaire de Courtrai. Le père de ces artistes, Aimé Joseph (1772-1822), est marchand graissier en 1796, puis rapidement artiste musicien, professeur de musique ; il n'a nullement été officier de l'Empire.

Familles alliées[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Blason modèle fr Armes parlantes.svg Armes parlantes. En néerlandais, Steen veut dire pierre (mais pas précieuse) et Kiste veut dire coffret.
  2. Louis de Magny, Armorial des princes, ducs, marquis, barons et comtes romains en France, créés de 1815 à 1890, et des titres pontificaux conférés en France par les papes, souverains du Comtat-Venaissin, 1890, p. 80.
  3. Cette erreur d’interprétation des armes a peut-être conduit des auteurs (Magny, de Bonnefon) a croire qu'elles exprimaient les activités de la famille qui étaient en fait tout autre; magistrature locale et entreprise de messagerie internationale!
  4. Source: Voir D. Labarre de Raillincourt, Les comtes du Pape en France, 1967, t. IV; Annuaire de la Noblesse de France, 1878, pp 170-171; Lignages de Bruxelles, 1977, pp. 143-144; J. Roelstraete, De Familie Dugardyn, pp. 149-150 (degré III).
  5. Source : LE PARCHEMIN n° 250 Annexe : Filiation van Steenkiste, 1987 Steenkiste (van)
  6. Source: Voir Tieltsche Mengelingen getrokken uit de archieven van stad, roede en leenhof, Tielt, 1878, t. I, pp. 38-39
  7. Defensie van Sr. Pierre Ignace van Steenkiste.
  8. Source: Voir J. Roelstraete, op. cit
  9. Source: GERARD, Famille scabinale originaire de Longueville - Drapeau de la province du Brabant wallon Province du Brabant wallon
  10. Paul Piron, dictionnaire des artistes plasticiens belges du XIXe et XXe siècles. Nobel.be : Peintre animalier. Autodidacte. Sujet de prédilection: les chevaux. Particulièrement passionné par les chevaux de courses. Ses représentations de chevaux lui vaudront, à l'initiative d' «Hermès» qui sponsorisa le Prix de Diane, de figurer à l'exposition de Chantilly qui réunissait, en juin 1986, les artistes du genre les plus talentueux.
  11. Marie-José est la petite-nièce du comte Alphonse-Joseph van Steenkiste.