Faites vous-même votre malheur

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

The situation is hopeless but not serious Faites vous-même votre malheur est un ouvrage du psychologue, psychothérapeute, psychanalyste jungien et sociologue Paul Watzlawick paru en français aux éditions du Seuil en novembre 1984 avec une traduction de Jean-Pierre Carasso. Il a été publié en 1983 en version originale sous le titre The Situation Is Hopeless but Not Serious: The Pursuit of Unhappiness.

Présentation[modifier | modifier le code]

Fonctions et personnalité

La base de la pensée de Paul Watzlawick tient dans cette citation : « Nous construisons le monde, alors que nous pensons le percevoir. Ce que nous appelons "réalité" (individuelle, sociale, idéologique) est une interprétation, construite par et à travers la communication. Un patient est donc enfermé dans une construction systématisée, qui constitue son monde à lui. Dès lors la thérapie va consister à tenter de changer cette construction. »

«  Une idée, pour peu qu'on s'y accroche avec une conviction suffisante, qu'on la caresse et la berce avec soin, finira par produire sa propre réalité. »

— Paul Watzlawick, Faites vous-mêmes votre malheur, page 54

D'une façon plus générale, ce sont nos perceptions de la réalité[1], forcément limitées par nos sens, notre manière de ressentir les choses, qui induisent les difficultés dans nos relations à autrui et nos façons de communiquer[2]. Ce livre a obtenu un succès considérable (pour ce genre d'ouvrages en tout cas), en particulier en Allemagne et en Italie, sans doute parce que l'auteur l'a voulu à la portée de tous, un livre de vulgarisation et qu'il se présente comme une parodie des livres voués aux conseils pratiques, genre 'Faites vous-même votre maison', 'comment réparer sa voiture'...

C'est, à côté de son travail scientifique de thérapeute proprement dit, une méthode qui lui tient à cœur puisqu'il a publié deux autres livres dans la même veine, avec la même démarche que celui-là : Guide non conformiste pour l'usage de l'Amérique où il se moque quelque peu de ses compatriotes et Comment réussir à échouer avec des objectifs proches de Faites vous-mêmes votre malheur.

Niveaux conscients et inconscients

Il passe en revue les moyens dont on dispose pour se rendre malheureux, moyens qui sont de deux sortes :
- Les moyens connus, ceux qu'on utilise déjà avec plus ou moins de volonté et de systématisme : exiger beaucoup voire trop de la personne aimée parce que ce n'est jamais assez, revenir constamment sur le passé, sur les échecs pour se prouver à soi-même que décidément on ne peut réussir, que les cartes sont biseautées dès le départ...
- Les moyens plus sophistiqués qui demandent un degré de perversion supérieur et dont il nous offre quelques exercices d'initiation car il n'est jamais trop tard pour se faire du mal[3]...

Parmi les paradoxes que Watzlawick a étudiés, celui appelé La double contrainte et emprunté à Gregory Bateson l'a particulièrement intéressé. Par exemple, quand on dit à quelqu'un Sois spontané !, le seul fait de lui intimer cette injonction introduit déjà un biais : soit c'est un refus, une réaction spontanée mais négative, soit c'est une soumission qui ne peut être spontanée. Cette double contrainte a pour effet de vicier dès le départ la communication et de provoquer une réaction en chaîne de malentendus.

Autre exemple : « Tu ne m’offres jamais de fleurs ! », reproche la femme à son mari. Mais le jour où le mari lui offre vraiment des fleurs et se présente tout content un bouquet à la main, la femme peut avoir ce genre de réflexion « C’est parce que je te l'ai dit que tu m'offre des fleurs ! » Et le mari déstabilisé par la remarque désagréable pourra à son tour reprocher à son épouse son comportement. C'est le début d'un cercle vicieux générateur de scène de ménage. Il tend à s'établir une relation perverse, interactions biaisées par les attaques, les sous-entendus, où la femme adresse des reproches au mari qui va à son tour répliquer, adresser des reproches à sa femme…

Procès d'intention et relations perverses[modifier | modifier le code]

Bertrand Russell

Lorsque l'on cherche à comprendre un dialogue, disait Bertrand Russell, il est nécessaire de séparer les déclarations portant sur les choses et déclarations portant sur les relations. Gregory Bateson en a dégagé que toute communication contient les deux niveaux. Pour ne pas faire de peine à son ami, un homme vantera les qualités de sa nouvelle voiture bien qu'il n'en pense rien de tel. Les formes les plus drastiques en sont la voyance, prétendre lire dans la pensée d'autrui et lui attribuer des sentiments négatifs[4], les faire culminer dans un effort pour que l'autre 'sorte de ses gonds' ou même le rendre fou[5]. L'alternative illusoire procède de la même démarche et consiste à renvoyer l'autre à une alternative imposée, créant ainsi un malaise que l'autre ne comprend pas. C'est ainsi que le piège se referme : l'enfermer dans des règles incompréhensibles, tirer les ficelles, en faire une technique de manipulation. Elle peut être déclinée sur le mode de l'insistance, engagement d'un dialogue sans fin[6].

Manier l'art du paradoxe est aussi une solution alléchante, comme cette mère qui demande à son enfant de faire son devoir, non parce que c'est la règle, mais parce qu'il devrait aimer ça, de glisser ainsi vers un chantage aux sentiments. Ces techniques permettent d'enfermer l'autre dans un type de relation dont il ne peut sortir sans dommages[7].

La répétition, l'accoutumance peut générer une véritable dépression, la victime pouvant être doublement déprimée : non seulement elle ne devrait pas être déprimée (attitude négative) mais elle devrait ensuite s'accuser de 'plomber l'ambiance' et de décevoir les autres[8]. Pour sortir de ces cercles vicieux, il faut en préalable renverser le précepte biblique repris par Dostoïevski : « Pour aimer son prochain, il faut d'abord s'aimer soi-même. » [9]

Le goût du malheur trouve un terreau favorable dans des volontés sublimées, le sacrifice, les 'assistantes sociales qui veulent sauver l'autre', les relations asymétriques entre une femme dévouée et un homme dépendant, qui ne feront que renforcer les tendances de chacun[10]. Le rôle que le partenaire doit jouer envers l'autre est de même nature que celui qu'il veut jouer « pour produire ses propres réalités. »[11] Chacun y cherche une gratification personnelle, un 'service rendu' et dit Watzlawick « on sait qu'un sadique est un homme qui refuse de faire souffrir un masochiste. »[12] La relation vécue comme un combat mène soit à une perte pour chacun[13], une 'victoire à la Pyrrhus' où tout le monde y 'laisse des plumes'[14] soit à une lutte sans fin, une relation dichotomique du vainqueur-perdant[15]. Cette relation obsessionnelle ne peut être dépassée qu'en établissant une réelle confiance et une grande sérénité entre les personnes[16],[17].

On peut l'illustrer par la citation suivante  :

«  Tout est bien... Tout. L'homme est malheureux parce qu'il ne sait pas qu'il est heureux. Ce n'est que cela. C'est tout, c'est tout ! »

— Fiodor Dostoïevski, Les Possédés

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie
  • Dan Greenburg, How to make yorself miserable, New-York, Ramdom house, 1966
  • Laurence J. Peter et Hull, Le principe de Peter, éditions Stock, 1971
  • Rodolphe et Luc Morisette, Petit manuel de guérilla matrimoniale, Montréal, éditions Ferron, 1973
  • Harold Searles, L'effort pour rendre l'autre fou, éditions Gallimard, collection Bibliothèque de l'inconscient, 1977, (ISBN 2-07-042763-3)
  • Jon Elster, Ulysse et les sirènes, éditions de la Maison des sciences de l'Homme, 1979
  • Comment réussir à échouer, réédition du 15 février 1991, éditions du Seuil, 117 pages, (ISBN 2-02-012942-6)
Notes et références
  1. La notion de réalité, il la définit ainsi page 54 : « Une idée, pour peu qu'on s'y accroche avec une conviction suffisante, qu'on la caresse et la berce avec soin, finira par produire sa propre réalité. »
  2. La communication est pour lui une notion fondamentale : « La communication est une condition 'sine qua non' de la vie humaine et de l'ordre social », a-t-il écrit dans Une logique de la communication
  3. Voir Ronald Laing, Nœuds, éditions Stock, 1971 et collection Stock plus, 1977
  4. Par exemple, quand Hamlet remarque dans le regard de Rosencrantz et Guildenstern « une sorte d'aveu que leur candeur n'a pas le talent de colorer. »
  5. Voir Lewis Carroll dans À travers le miroir où Alice est accusée d'être négative et que ça influe sur son état mental.
  6. Du genre : -Tu m'aimes ? oui - Vraiment ? Oui vraiment - Vraiment, vraiment ?  ???
  7. Exemple-type de la mère qui pose comme postulat qu'on est une famille heureuse et que tout manquement à cette règle remettrait en cause le dogme de départ et l'équilibre de la famille en culpabilisant par avance tout manquement.
  8. Hamlet, conscient de la douloureuse différence séparant son point de vue sur le monde de celui des autres, en tire parti en philosophant sur la question.
  9. Sur les paradoxes de l'amour, voir cette phrase de Jean-Jacques Rousseau dans une lettre à madame d'Houdelot : « Si vous êtes à moi, je pers en vous possédant celle que j'honore. »
  10. « Dans la théorie de la communication, ce modèle est connu sous le terme de collusion » précise Watzlawick
  11. Voir Jean-Paul Sartre, L'Être et le Néant, édition 1943 pages 431 et 434
  12. Voir la pièce de Jean Genet Le balcon, Gallimard, 1968, page 52-53
  13. Cas par exemple de certaines grèves où sur le moyen terme les adversaires sont perdants ou de certains divorces
  14. Cette théorie est la base des travaux ultérieurs sur la gratification relationnelle et ses déviances. Elle a permis de dégager la méthode du gagnant-gagnant aidant à considérer un adversaire a priori comme un partenaire potentiel. [NDLR]
  15. Ce que Watzlawick appelle le jeu à somme-zéro
  16. Voir Carl Rogers, La relation d'aide et la psychothérapie, ESF éditeur
  17. Voir Roger Mucchielli, Psychologie de la vie conjugale, éditions ESF
Liens externes

Lien connexe[modifier | modifier le code]