Eugène Aisberg

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Eugène Aisberg
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 75 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalités
Activités

Eugène Aisberg est un journaliste et vulgarisateur scientifique français d'origine ukrainienne, né en 1905 à Odessa et mort en 1980 à Paris.

Biographie[modifier | modifier le code]

Eugène Aisberg lance en novembre 1928, La Télévision, première revue scientifique à parler de ce dispositif : il y aura 25 numéros, jusqu'en juillet 1932, agrémentés de reproductions photographiques et des schémas : il y propose de construire soi-même un récepteur de télévision, l'étude du bélinographe et des cellules photoélectriques, etc.[1].

Il est le créateur de la revue Toute la Radio en 1934 (renommée Toute l'Électronique après la Seconde Guerre mondiale). Mais il a aussi créé les revues Électronique industrielle, Radio constructeur et dépanneur, et l’hebdomadaire Électronique Actualités (certaines changeront aussi de nom par la suite).

Eugène Aisberg était un espérantiste et un vulgarisateur scientifique. Par le biais de « causeries » entre dans une première version un jeune Curiosus et son oncle Radiol, puis - deux décennies plus tard et les techniques ayant évolué - entre Curiosus devenu grand et son neveu Ignotus, cet auteur nous fait découvrir et comprendre les principes qui régissent le monde de la TSF d'abord, du transistor ensuite[2] et enfin de la télévision à travers toute une série d'ouvrages, sur la télévision en noir et blanc, puis sur celle en couleurs, qui ont suscité de multiples vocations.

Son premier livre sur la TSF est publié en espéranto, en 1930. Jen... mi komprenas la radion !  (« Maintenant... je comprends la radio ») en est le titre.

Ses livres sont traduits dans le monde entier et, durant certaines périodes, Aisberg est l’un des dix écrivains français les plus traduits au monde, derrière Jules Verne[réf. souhaitée]. Outre l’espéranto, il pratique couramment l’allemand, le russe, l’anglais et le français.

Pendant la Deuxième Guerre mondiale, Aisberg publie au nez et à la barbe de l’occupant allemand un livre expliquant comment mieux recevoir Radio Londres sous le titre Amélioration et modernisation des récepteurs radios. Après la guerre, il devient président de l’Union internationale de la presse radio-électronique (UIPRE).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. La Télévision : phototélégraphie, cinéma sonore, télévision, Paris, Étienne Cihron éditeur, 1928-1932.
  2. Introduction à l'effet transistor dans Le transistor ?... mais c'est très simple !

Lien externe[modifier | modifier le code]