Espace séquentiel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant les mathématiques
Cet article est une ébauche concernant les mathématiques.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

En mathématiques, un espace séquentiel est un espace topologique dont la topologie est définie par l'ensemble de ses suites convergentes. C'est le cas en particulier pour tout espace à base dénombrable.

Définitions[modifier | modifier le code]

Soit X un espace topologique.

  • Un sous-ensemble U de X est dit « séquentiellement ouvert » si toute suite (xn) de X qui converge vers un point de U « appartient à U à partir d'un certain rang »[1].
  • Un sous-ensemble F de X est dit « séquentiellement fermé » si la convergence d'une suite (xn) de F vers x implique que x appartient à F.

Le complémentaire d'un sous-ensemble séquentiellement fermé est séquentiellement ouvert et vice-versa. Tout ouvert (resp. fermé) de X est séquentiellement ouvert (resp. fermé) mais les réciproques sont fausses en général, ce qui motive la définition suivante.

L'espace X est dit séquentiel s'il satisfaisait l'une des conditions équivalentes suivantes :

  • tout sous-ensemble séquentiellement ouvert de X est ouvert ;
  • tout sous-ensemble séquentiellement fermé de X est fermé.

Historique[modifier | modifier le code]

Dans un article fondateur[2] sur les algèbres qui portent son nom, von Neumann soulignait que l'espace ℓ2(ℕ*) muni de la topologie faible n'est pas séquentiel : l'ensemble[3] des em + men pour 0 < m < n n'est pas fermé (0 lui est adhérent) bien qu'il soit séquentiellement fermé (car ses suites convergentes sont bornées en norme donc constantes à partir d'un certain rang).

Les espaces « qui peuvent être définis complètement ne connaissant que leurs suites convergentes » ont fait dans les années 1960 l'objet de nombreuses études, que S. P. Franklin a synthétisées et généralisées[4],[5].

Les espaces séquentiels répondent un peu à cette spécification informelle et les espaces de Fréchet-Urysohn un peu mieux, à condition de ne pas la surinterpréter : par exemple sur l'espace ℓ1, la topologie forte est strictement plus fine que la faible mais les suites convergentes sont les mêmes.

Définitions équivalentes[modifier | modifier le code]

Soit X un espace topologique.

Les sous-ensembles séquentiellement ouverts forment une nouvelle topologie sur X ; l'espace est séquentiel si et seulement si sa « topologie séquentielle » (plus fine a priori) coïncide avec sa topologie originelle[6].

Moins trivialement, les propriétés suivantes sont équivalentes[6] :

  • X est séquentiel ;
  • X est le quotient d'un espace à bases dénombrables de voisinages ;
  • X est le quotient d'un espace métrique ;
  • pour tout espace topologique Y et toute application f : XY, f est continue si (et seulement si) elle est séquentiellement continue en tout point x de X, c'est-à-dire que pour toute suite de points (xn) convergeant vers x, la suite (f(xn)) converge vers f(x).

Exemples[modifier | modifier le code]

Propriétés[modifier | modifier le code]

Pour un espace T1 séquentiel, la compacité séquentielle équivaut à la compacité dénombrable.

Tout espace séquentiel est dénombrablement engendré, ou d'étroitesse dénombrable[7] (en anglais : countably tight) – c'est-à-dire que tout point adhérent à une partie est adhérent à une sous-partie au plus dénombrable – mais la réciproque est fausse : il existe même des espaces séparés dénombrables non séquentiels[8],[9] et sous l'hypothèse ♢ (en), il existe même des compacts dénombrablement étroits mais non séquentiels[10]. Cependant, sous l'hypothèse du forcing propre (en), il n'en existe pas[11].

Fermeture séquentielle[modifier | modifier le code]

Soit un sous-ensemble d'un espace , la fermeture séquentielle est l'ensemble :

c'est-à-dire l'ensemble de tous les points pour lesquels il existe une suite de qui converge vers . (C'est un sous-ensemble de l'adhérence ordinaire .)

Une partie est donc séquentiellement fermée si et seulement si elle est égale à sa fermeture séquentielle.

L'application

est appelée opérateur de fermeture séquentielle.

Elle partage des propriétés avec l'adhérence ordinaire, notamment :

  • l'ensemble vide est séquentiellement fermé :
  • toute partie est incluse dans sa fermeture séquentielle :
  • la fermeture séquentielle commute avec l'union :

Cependant, contrairement à l'adhérence ordinaire et même si X est séquentiel, l'opérateur de fermeture séquentielle n'est généralement pas un opérateur de clôture mais seulement de préclôture car il n'est pas idempotent, c'est-à-dire qu'il peut exister une partie A de X telle que :

Autrement dit : la « fermeture séquentielle » d'une partie A de X n'est pas toujours séquentiellement fermée.

La plus petite partie séquentiellement fermée de X contenant A (l'adhérence de A pour la « topologie séquentielle » définie ci-dessus) s'obtient en itérant cette construction par récurrence transfinie[12] :

On appelle ordre séquentiel de la partie A le plus petit ordinal α pour lequel A(α) est séquentiellement fermé et ordre séquentiel de l'espace X la borne supérieure des ordres séquentiels de ses parties. Ces ordres sont au plus égaux au premier ordinal non dénombrable.

Si X est séquentiel on a donc :

Espace de Fréchet-Urysohn[modifier | modifier le code]

Les espaces de Fréchet-Urysohn[13] – d'après Maurice Fréchet et Pavel Urysohn – sont ceux pour lesquels la fermeture séquentielle coïncide avec la fermeture ordinaire, c'est-à-dire :

Autrement dit : ce sont les espaces séquentiels dont l'ordre séquentiel est égal à 1.

Un espace est de Fréchet-Urysohn si et seulement si chacun de ses sous-espaces est séquentiel.

Également, un espace X est de Fréchet-Urysohn si et seulement si, pour tout espace topologique Y, toute application f : XY et tout point x de X, f est continue au point x si (et seulement si) elle est séquentiellement continue en ce point[14], c'est-à-dire si f(un) tend vers f(x) pour toute suite (un) qui tend vers x.

Exemples.

  • Tout espace à bases dénombrables de voisinages est de Fréchet-Urysohn.
  • Un exemple d'espace de Fréchet-Urysohn qui n'est pas à bases dénombrables de voisinages est le bouquet de cercles ℝ/ℤ.
  • Le prototype d'espace séquentiel qui n'est pas de Fréchet-Urysohn est l'espace d'Arens[15]. Plus précisément : un espace séquentiel est de Fréchet-Urysohn si et seulement s'il ne contient pas de copie de cet espace[8] et on peut l'utiliser pour construire, pour tout ordinal α ≤ ω1, un espace séquentiel dont l'ordre séquentiel est égal à α[16].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. C'est-à-dire qu'il existe N tel que xn est dans U pour tout nN.
  2. (de) J. von Neumann, « Zur Algebra der Funktionaloperationen und Theorie der normalen Operatoren », Math. Ann., vol. 102, no 1,‎ , p. 370-427 (lire en ligne), p. 380
  3. (en) Paul R. Halmos, A Hilbert Space Problem Book, Springer, coll. « GTM » (no 19), , 2e éd. (ISBN 978-0-38790685-0, lire en ligne), p. 185 donne, comme étape de solution de son problème 28 (montrer que la topologie faible de ℓ2 n'est pas métrisable), un exemple plus simple qu'il attribue à Allen Lowell Shields (en) : l'ensemble des n en, pour n > 0.
  4. (en) S. P. Franklin, « Spaces in Which Sequences Suffice », Fund. Math., vol. 57,‎ , p. 107-115 (lire en ligne)
  5. (en) S. P. Franklin, « Spaces in Which Sequences Suffice II », Fund. Math., vol. 61,‎ , p. 51-56 (lire en ligne)
  6. a et b (en) « Sequential spaces, II », sur Dan Ma's Topology Blog (tous les espaces y sont supposés séparés).
  7. (en) D. H. Fremlin, Measure Theory, vol. 4, Torres Fremlin, (ISBN 978-0-95381294-3, lire en ligne), chap. 4A2 (« Appendix, § General topology »), p. 331
  8. a et b (en) « A note about the Arens’ space », sur Dan Ma's Topology Blog
  9. (en) « The difference between a sequential space and a space with countable tightness », sur MathOverflow
  10. (en) V. V. Fedorcuk, « Fully closed mappings and the consistency of some theorems of general topology with the axioms of set theory », Math. USSR, vol. 28,‎ , p. 1-26
  11. (en) Zoltan Balogh (en), « On compact Hausdorff spaces of countable tightness », Proc. Amer. Math. Soc., vol. 105, no 3,‎ (lire en ligne)
  12. (en) Alan Dow, « Sequential Order », dans M. Pearl Elliott, Open Problems in Topology, vol. II, Elsevier, (ISBN 9780080475295, lire en ligne), p. 125-127
  13. Selon (en) Woo Chorl Hong, « Some necessary and sufficient conditions for a Fréchet-Urysohn space to be sequentially compact », Commun. Korean Math. Soc., vol. 24, no 1,‎ , p. 145-152 (lire en ligne), ces espaces sont appelés
  14. (en) Martin Sleziak, « Characterization of Fréchet-Urysohn spaces using sequential continuity at a point », sur MathOverflow
  15. (en) A. V. Arkhangelskii et V. I. Ponomarev, Fundamentals of General Topology: Problems and Exercises, Springer, (ISBN 978-1-40200308-0, lire en ligne), p. 59-60, exercice 113, iii
  16. (en) A. V. Arhangel'skiĭ et S. P. Franklin, « Ordinal invariants for topological spaces », Michigan Math. J., vol. 15, no 4,‎ , p. 506 (lire en ligne)