Erythrina

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.


Erythrina est un genre de plantes dicotylédones de la famille des Fabaceae, sous-famille des Faboideae, à répartition pantropicale, qui comprend 129 espèces acceptées.

Ses espèces sont distribuées un peu partout sur le globe dans les régions tropicales et subtropicales. Plusieurs espèces d’Erythrina ont de grandes fleurs rouges, ce qui est à l'origine de leur nom (en grec ερυθρος veut dire rouge). Cependant toutes les espèces d'Erythrina n'ont pas que des fleurs rouges : le wiliwili (Erythrina sandwicensis) a des variations dans la couleur de ses fleurs, qui peuvent être orange, jaunes, saumon, vertes ou blanches, et cela naturellement. Ce polymorphisme est sans doute unique au sein de ce genre.

Caractéristiques générales[modifier | modifier le code]

Les plantes du genre Erythrina sont des arbres ou des arbustes, plus rarement des plantes herbacées vivaces, munies de piquants. Les feuilles trifoliées présentes de petites stipules.

Les fleurs, remarquables par leur couleur et leur forme, sont groupées en inflorescences racémeuses terminales ou axillaires. La corolle, souvent rouge ou orange, est en général plus longue que le calice, et présente des pétales très inégaux : l'étendard large, arrondi ou oblong est souvent plié longitudinalement, dressé ou étalé, les ailes sont courtes, parfois absentes, la carène très courte. Les étamines sont diadelphes, avec une étamine vexillaire libre. L'ovaire stipité (pédicellé) compte de 2 à de nombreux ovules.

Les fruits sont des gousses stipitées, le plus souvent linéaires-oblongues, souvent courbées, généralement déhiscentes le long de la suture ventrale, rarement indéhiscentes, généralement coriaces ou ligneuses, souvent rétrécies entre les graines mais non cloisonnées. Elles comptent de 1 à 14 graines ovoïdes, de couleur blanche, grise ou brune, rarement rouge avec des taches foncées[2].

Certaines espèces présentes en Nouvelle-Calédonie attiraent les roussettes et sont appelées pour cette raison arbres à roussettes.


Erythrina flabelliformis, gousses et gaines.

Liste d'espèces[modifier | modifier le code]

Selon The Plant List (3 novembre 2018)[3] :


Utilisation[modifier | modifier le code]

Au Mexique, certaines espèces de Erythrina sont considérées comme des arbres divinatoires légendaires connus localement comme tsité[4].
Leurs graines sont vendues sur les marchés avec celles de Calia secundiflora ce qui laisse supposer un caractère hallucinogène. Elles sont utilisées dans le patolli, un jeu rituel[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Tropicos, consulté le 3 novembre 2018
  2. (en) « 96. Erythrina Linnaeus, Sp. Pl. 2: 706. 1753.  », sur Flora of China (consulté le 3 novembre 2018).
  3. The Plant List, consulté le 3 novembre 2018
  4. a et b Richard Evans Schultes (trad. de l'anglais), Un panorama des hallucinogènes du nouveau monde, Paris, Édition L'esprit frappeur, , 116 p. (ISBN 2-84405-098-0)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :