Entrepreneurs et dirigeants chrétiens

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Entrepreneurs et Dirigeants Chrétiens (les EDC)
Cadre
Forme juridique Association loi de 1901
But Religion, patronat, Doctrine sociale de l'Église catholique
Zone d’influence France
Fondation
Fondation

1926 Confédération Française des Professions (CFP)


2000 Le Centre Français du Patronat Chrétien (CFPC) change de nom et devient les Entrepreneurs et Dirigeants Chrétiens (les EDC).
Identité
Siège Paris (France)
Personnages clés Laurent Bataille (Président)
Président Laurent Bataille
Affiliation internationale Union Internationale Chrétienne des Dirigeants d’Entreprise (UNIAPAC)
Méthode partage, echange, lobbying
Membres 2500
Site web www.lesedc.org

Le mouvement des Entrepreneurs et Dirigeants Chrétiens (les EDC) rassemble plus de 2700[1] dirigeants et chefs d’entreprise issus de tous les secteurs d’activité de l’économie française, qui dirigent des sociétés allant de la PME à l’entreprise de dimension internationale. C’est un mouvement œcuménique membre de l’union internationale des mouvements de dirigeants d’entreprise chrétiens (UNIAPAC).

Mission[modifier | modifier le code]

Le mouvement propose à ses membres de chercher, en équipe, en mouvement, comment répondre à l'appel de l’évangile dans l'exercice de leurs responsabilités. Ainsi les membres du mouvement sont invités à chercher une cohérence dans leur existence de chrétien et de décideur en s'appuyant sur la Doctrine sociale de l’Église, le témoignage et la prière commune.

Organisation[modifier | modifier le code]

Équipes[modifier | modifier le code]

Le mouvement est organisé en équipes composées d’une dizaine de membres et d'un conseiller spirituel (diacre, prêtre ou pasteur). Lieu de cheminement spirituel et de partage d'expériences, l'équipe est également un lieu d’œcuménisme puisqu'elle réunit catholiques, protestants et orthodoxes. En parallèle, des groupes de travail ponctuels et des commissions identifient les questions de fond que se posent les dirigeants chrétiens sur les pratiques de l'entreprise et de l'économie, et proposent des points de repères et de discernement. Leurs analyses et conclusions contribuent à l’élaboration d’une pensée économique et sociale chrétienne : "Le juste prix", "Être juste en entreprise ?", "La rémunération des dirigeants", "Agir pour maîtriser les émissions de gaz à effet de serre", "L'entreprise au service de qui ? Une nouvelle approche de la gouvernance", etc.

Assises[modifier | modifier le code]

Le mouvement et ses membres organisent chaque année des Assises, alternativement nationales et régionales qui accueillent des témoins et experts économiques, religieux et politiques et sont l’occasion de prendre la parole sur les débats publics majeurs intéressant les entreprises.

Revue[modifier | modifier le code]

Les Entrepreneurs et Dirigeants Chrétiens diffusent une revue bimestrielle, Dirigeants Chrétiens, qui apporte un éclairage spirituel sur les grands thèmes de l'économie et du management.

Historique[modifier | modifier le code]

  • 1926 : La Confédération Française des Professions (CFP) regroupe des syndicats d’employeurs chrétiens[2].
  • 1931 : Création de la Conférence Internationale des Employeurs Chrétiens qui deviendra l’Uniapac en 1949.
  • 1948 : Le Centre Français du Patronat Chrétien (CFPC) remplace la CFP. Il est associé au CNPF à titre consultatif, sans droit de vote et perd son caractère professionnel et syndical pour devenir un organisme de réflexion, de proposition et de formation. Le CFPC est un mouvement d’Église, il a des conseillers spirituels, le R. P. Boyer et Mgr Lamoot, conseiller ecclésiastique national, le R.P Philippe Laurent[3]. Il est alors proche de la hiérarchie épiscopale[4]. Le CFPC est en déclin dans les années 1950, concurrencé par des groupes plus jeunes et plus en pointe dans la réflexion ( comme le Centre des jeunes patrons ou l'ACADI ) et il est traversé par des tensions internes et une crise d'identité dans les années 1960[5].
  • 1957: Le CFPC conserve son sigle mais devient le Centre chrétien des patrons et dirigeants d'entreprise français
  • 2000 : Le CFPC devient les Entrepreneurs et Dirigeants Chrétiens (les EDC).

Présidents[modifier | modifier le code]

  • Joseph Zamansky, le fondateur[6]
  • Bernard Jousset, décembre 1950-1957[7]
  • Emile Decré, octobre 1957-1965[8]
  • Yvon Chotard, 1965-1970[9]
  • Philippe Daublain, avril 1970-1975[10]
  • André Aumonier, mai 1975-1981; il fut auparavant secrétaire général ( en 1952 ) puis délégué général jusqu'en 1967 du CPFC, président de la section de Caen de 1967 à 1975[11]
  • Jean-Yves Eichenberger, mai 1981-1984[12]
  • André Courtaigne, 1984-1988[13]
  • Paul de Buyer, 1988- ?[14].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.lesedc.org/89-le-mouvement-en-bref.html
  2. 13 000 adhérents en 1937 selon André Aumonier, p. 73
  3. Le Monde, 26/8/1998
  4. Le Monde, 22/6/1953, Ibid., 3/7/1956, Ibid., 20/3/1956, Le Monde, 19/10/1957, Le Monde, 28/3/1960
  5. André Aumonier, Un corsaire de l’Église. Du patronat chrétien au Secours catholique, Paris, Fayard, 1996 ( 4 500 adhérents en 1952 selon lui et un miliier de membres en 1955-60, p. 83-84 ), Le Monde, 5/5/1964
  6. Le Monde, 26/3/1962, Dossier de la Légion d'honneur de Zamanski sur la base Léonore, Joseph Zamanski sur le site de l'association
  7. Jousset, fils d’un professeur de médecine de la Faculté de Paris, est né en 1899 à Paris. Après des études aux lycées Janson de Sailly et Condorcet et au collège Stanislas, où il est influencé par Maritain, il débute chez Renault, comme ingénieur civil de la métallurgie et des mines. Puis il fonde en 1928 sa propre société, la société de sédimentation, à Argenteuil ( capital : 45 millions de francs en 1955 ). Il préside le groupement des industriels de Courbevoie-Colombes, est vice-président du Centre de liaison des groupements de banlieue de la région parisienne, appartient au comité directeur de la Confédération générale des PME, est administrateur du syndicat général de l’industrie mécanique et du groupe des industries de la métallurgie et mécaniques de la région parisienne ( Professions, no 263, 10-2-1951 ). Il a adhéré au début des années 1950 à un parti résolument "national", l’URIAS ( Union des républicains indépendants d’action sociale: cf. Jérôme Cotillon, Ce qu'il reste de Vichy, Armand Colin, 2003 ) et il est proche du Centre d'études politiques et civiques
  8. Emile Decré ( 1897-1973 ) est le président des grands magasins Decré de Nantes: cf. Les Decré à Nantes, Annales de Nantes et du pays nantais, no 262, Jean-Philippe Decré, "Les hommes qui ont fait Decré", Emile Decré sur le site de l'association
  9. Entré au CFPC en 1956: Présentation d'Y. Chotard sur le site de l'association
  10. Il est vice-président de Boussois-Souchon-Neuvesel, directeur général chargé de la branche "verre plat": Lesechos.fr, 27/3/1996
  11. Aumonier ( 1916-2004 ), ancien de la conférence Olivaint, a fait une carrière de responsable laïc d’organisations catholiques ( Compagnons de France, de 1942 à 1944, secrétaire général du Centre catholique des intellectuels français, CFPC, le Secours catholique, dont il fut administrateur de 1946 à 1992 et qu’il a présidé de 1983 à 1992, etc.: cf. André Aumonier, Un corsaire dans l'Église, op. cit., Le Monde, 17/5/1975, Le Monde, 18/10/2004: nécrologie
  12. Le Monde, 23/5/1981, Biographie sur le site annales.org, Who's who
  13. Présentation d'André Courtaigne sur le site de l'association, Histoire du laboratoire Delalande
  14. P-DG de la filiale française de Northern Télécoms: cf. Le Monde, 22/3/1988
  15. L'Express.fr, 4/1/2011, Biographie
  16. Président du conseil de surveillance de la société de conseil et d'ingénierie informatique Unilog: Témoignage sur le site du diocèse de Paris, Biographie sur le site libertepolitique.com, Les Echos, 30/1/2004
  17. P-DG d'Aon-France: cf. Le Monde, 25/3/2010
  18. P-DG de Poclain hydraulics: Les Echos, 1/4/2014, Communiqué de presse des EDC, mars 2014, Le Monde, 9/3/2015