Emmanuel Hocquard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant un écrivain image illustrant français
Cet article est une ébauche concernant un écrivain français.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Emmanuel Hocquard
Defaut 2.svg
Biographie
Naissance
Nationalité
Activités

Emmanuel Hocquard, né en 1940[1],[2] à Paris[réf. nécessaire], à Cannes[3] ou à Tanger[4] suivant les sources, est un poète et traducteur français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Emmanuel Hocquard peut être défini comme un tenant d'une « modernité négative »[5]. Il a créé la maison d'édition Orange Export Ltd, avec Raquel[3] en 1973. Cette structure disparaît en 1986. Hocquard a également dirigé le département de littérature contemporaine à l’A.R.C.[Quoi ?] (Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris) de 1977 à 1991 puis fondé en 1989 Un bureau sur l’Atlantique[6], une association destinée à favoriser une meilleure connaissance, en France, de la poésie américaine contemporaine.

Son travail, qui se réclame des objectivistes américains (Charles Reznikoff ou George Oppen), s’attache à rompre avec le lyrisme pour privilégier des formes minimalistes et descriptives. Le poète selon Emmanuel Hocquard est « un guetteur involontaire de notre quotidien, et qui en retient ce qu’il veut en retenir. (...) Il s’agit alors de parvenir à une sorte d’écriture tabulaire, de l’ordre de la photographie, d’où serait exclu tout attirail métaphorique, c’est-à-dire toute pseudo-profondeur, et qui néanmoins s’imposerait au regard, à l’oreille et à la sensibilité même comme “poétique”, à cause de son agencement, sa grammaire et sa focale. »[7] Dans Le Cap de Bonne Espérance (1988), Emmanuel Hocquard écrit : « Tel fut mon art : de brusques contrastes entre un prosaïsme trivial et de nostalgiques élans de l’âme ; la rapidité des changements de ton, l’emploi d’une langue familière qui ne s’interdisait pourtant pas les emprunts érudits, les réminiscences mythologiques, le recours aux abstractions. »

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Album d’images de la villa Harris, Hachette/POL, Paris 1978
  • Les dernières nouvelles de l’expédition sont datées du 15 février 17.., Hachette/POL, Paris, 1979
  • Une journée dans le détroit, Hachette/P.O.L, Paris, 1980
  • Une ville ou une petite île, Hachette/P.O.L, Paris, 1981
  • Aerea dans les forêts de Manhattan, POL, Paris, 1985. Prix France Culture
  • Des nuages & des brouillards, Spectres Familiers, été 1985
  • Le Modèle et son peintre (en collaboration avec Alexandre Delay), Villa Médicis, Rome, 1987
  • Un privé à Tanger, POL, Paris, 1987
  • La Bibliothèque de Trieste, Éditions Royaumont, Asnières sur Oise, 1988
  • Le Cap de Bonne-Espérance, POL, Paris, 1989
  • Deux étages avec terrasse et vue sur le détroit, Royaumont, Asnières sur Oise, 1989
  • Les Elégies, POL, Paris, 1990
  • Théorie des tables, POL, Paris, 1992
  • Tout le monde se ressemble, POL, Paris, 1995
  • Un test de solitude, POL, Paris, 1998
  • Le Consul d’Islande, POL, Paris, 2000
  • Ma haie, POL, Paris, 2001
  • L'Invention du verre, POL, Paris, 2003
  • Conditions de lumière, POL, Paris, 2007 (ISBN 978-284682-205-3)
  • Méditations photographiques sur l'idée simple de nudité, POL, Paris, 2009 (ISBN 978-2-84682-445-3)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://viaf.org/viaf/22143264/
  2. http://d-nb.info/gnd/123450144/about/html
  3. a et b http://www.cipmarseille.com/auteur_fiche.php?id=358
  4. http://www.universalis.fr/encyclopedie/emmanuel-hocquard/
  5. Voici la définition qu’en donne Dominique Rabaté : « (…) “Modernité négative” donc qui se signale par un certain nombre de refus que La Bibliothèque de Trieste articule. Au contraire des Poètes (qui revendiquent volontiers la majuscule) qui croient à l’expression d’une “essence poétique transcendante, permanente et universelle”, les poètes “mineurs”, selon Hocquard, recherchent “une poésie sans accent poétique, aussi sèche qu’une biscotte sans beurre”. Anti-lyriques, “le pathos n’est pas leur affaire. Leur propos n’est pas de chanter, de séduire, de s’apitoyer”. Ils cherchent, au contraire, en s’ouvrant à d’autres champs que la littérature, du côté de la philosophie du langage ou de la linguistique, à donner à voir le travail du langage, à le figurer sur la page, selon des découpages ou des tabulations qui sont les ressources propres de l’écriture (…) ». Dominique Rabaté, extrait du Dictionnaire de poésie de Baudelaire à nos jours, sous la direction de Michel Jarrety, Puf, 2001.
  6. http://epc.buffalo.edu/orgs/bureau/
  7. Jean-Michel Maulpoix dans son article : « La poésie française depuis 1950 (IIe partie) : 1970 : Décanter, déchanter... »

Liens externes[modifier | modifier le code]