Elizebeth Friedman

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Elizebeth Smith Friedman
Elizebeth-Friedman.jpg
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 88 ans)
PlainfieldVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Nom de naissance
SmithVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
College of Wooster (en) (-)
Hillsdale College (en) (baccalauréat universitaire) ()Voir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Conjoint

Elizebeth Smith Friedman née le à Huntington (Indiana) et morte à Plainfield (New Jersey) est une cryptanalyste qui est parvenue à percer les mystères d’Enigma, la machine à coder allemande et une écrivaine américaine.

Biographie[modifier | modifier le code]

Elizebeth Smith Friedman est issue d’une famille modeste.

Membre du Riverbank Laboratory dès 1916, Elizebeth Friedman débute sa carrière avec l'analyse des textes de Shakespeare afin de déterminer s'il en était bien l'auteur pour le compte d'un millionnaire. Elle travaille ensuite dans le démantèlement de réseaux de contrebande d’alcool sous la Prohibition. Avec l'entrée en guerre des États-Unis, elle est incorporée au sein du Signal Corps et travaille aussi pour l'US Navy. Entre 1917 et 1918, elle analyse les chiffrements allemands en France.

Elle est une pionnière dans l'histoire de la cryptologie en s'attaquant aux communications radio chiffrées, notamment celles des organisations de divers trafics à la suite du Volstead Act. Ces communications sont plus ou moins complexes et les techniques de chiffrement évoluaient progressivement, un défi que relève avec succès la cryptanalyste puisqu'elle déchiffre un total de 12 000 messages durant sa carrière[1].

Elle se marie en 1917 avec William F. Friedman, également cryptanalyste. En 1957, le couple publie The Shakespearean Ciphers Examined, un livre qui réfute la thèse impliquant Francis Bacon dans l'œuvre shakespearienne.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • 2017, Jason Fagone, The Woman Who Smashed Codes, Dey Street Books, (ISBN 978-0062430489)
  • 2017, G. Stuart Smith, A Life in Code: Pioneer Cryptanalyst Elizebeth Smith Friedman, McFarland, (ISBN 978-1476669182)

Références[modifier | modifier le code]

  1. « « La femme qui brisait les codes » – sur les traces de la cryptanalyste oubliée de la Seconde Guerre mondiale », Vice,‎ (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]