Edith Downing

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Edith Downing
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 74 ans)
Nationalités
Formation
Activités
Autres informations
Domaine
Membre de
Distinction

Edith Elizabeth Downing, née à Cardiff, au pays de Galles, en et morte dans le Surrey le , est une artiste, sculptrice et suffragette britannique.

Biographie[modifier | modifier le code]

Edith Elizabeth Downing naît à Cardiff en . Elle était l'une des quatre enfants du marchand de charbon et agent maritime Edward Downing. Sa sœur Mary devient elle aussi artiste, tandis que sa sœur Caroline Lowder Downing, infirmière, rejoint la Women's Social and Political Union avec elle[1],[2].

Buste réalisé par Edith Downing.

Edith Downing fait ses études secondaires au Cheltenham Ladies' College puis commence sa formation artistique à la South Kensington School of Art, puis à la Slade School of Art, en 1892-1893[3]. Elle sculpte des bustes et des figures en bronze et en marbre, et peint des aquarelles et fait des reliefs et des panneaux décoratifs[1]. Elle expose pour la première fois à la Royal Academy en 1891, et elle continue à y exposer régulièrement jusqu'au début des années 1900[4]. Elle expose également au Royal Glasgow Institute, au Salon de Paris, à la Society of Women Artists et elle est membre de la South Wales Art Society de 1896 à 1900[5]. Le musée national de Cardiff détient plusieurs de ses œuvres, notamment une figure en bronze intitulée Avarice[6]. Un retable d'albâtre qu'elle a créé en mémoire de Wilfrid Clive, morte lors d'une séjour en Dominique, est conservé dans l'église St Peter, Wormbridge, Herefordshire[7]. Downing a également utilisé ses talents artistiques pour soutenir ses activités de suffragette, à la fois en travaillant avec Marion Wallace Dunlop pour organiser une série de processions et en vendant son travail pour collecter des fonds pour le mouvement[8]. Il s'agit notamment des statuettes intitulées « A Sketch » et « Peter Pan » en 1908, et des statuettes de Christabel Pankhurst et Annie Kenney en 1909[2].

Activités suffragistes[modifier | modifier le code]

Edith Downing rejoint la Central Society for Women's Suffrage en 1903 puis la London Society for Women's Suffrage en 1906. En 1908, elle rejoint la branche de Chelsea de la Women's Social and Political Union, plus radicale, avec sa sœur Caroline Lowder Downing[2]. En juin 1910, Edith et Marion Wallace Dunlop ont créé un « Tableau des prisonniers » pour la procession « Prison to Citizenship » de la WSPU, tandis que l'année suivante, elles collaborent à la « Women's Coronation Procession ». Cette procession était dirigée par Flora Drummond à cheval et comprenait Annan Bryce habillée en Jeanne d'Arc et 700 femmes vêtues de blanc pour représenter les prisonniers suffragettes[8]. En , Downing participe à plusieurs manifestations, dont une sur Parliament Square, qui a provoqué des affrontements avec la police. Le , elle brise une fenêtre de Somerset House et est condamnée à une semaine de prison. Elle est de nouveau arrêtée le pour avoir jeté une pierre dans la fenêtre d'un marchand d'art à Regent Street alors qu'elle participait à la campagne de bris de vitres du WSPU, dans le West End de Londres[9]. Elle est incarcérée à la prison de Holloway où elle mène une grève de la faim et est alimentée de force. Downing est l'une des 68 femmes qui ont brodé leurs signatures ou leurs initiales sur le mouchoir des suffragettes[10]. Elle est libérée fin juin, avant le terme de sa peine[9].

Downing reçoit la Hunger Strike Medal « pour la vaillance », décernée par la WSPU. Elle meurt en dans le Surrey[3].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Sara Gray, Dictionary of British Women Artists, Cambridge, Lutterworth Press, , 94–95 p.
  2. a b et c Elizabeth Crawford, The Women's Suffrage Movement: A Reference Guide 1806-1928, London, University College London Press, , 171–172 p.
  3. a et b University of Glasgow History of Art and HATII, « Miss Edith Elizabeth Downing », Mapping the Practice and Profession of Sculpture in Britain and Ireland 1851-1951, (consulté le 17 mai 2017)
  4. Algernon Graves, The Royal Academy of Arts; a complete dictionary of contributors and their work from its foundation in 1769 to 1904., London, H. Groves & Co. Ltd., , 362–363 p. (lire en ligne)
  5. « Miss Edith Elizabeth Downing', Mapping the Practice and Profession of Sculpture in Britain and Ireland 1851-1951 », sur University of Glasgow History of Art and HATII, (consulté le 28 juin 2020).
  6. (en) « National Museum Cardiff », National Museum Wales (consulté le 17 mai 2017)
  7. « Welcome to Devereaux.co.uk », www.wormbridgeandst.devereaux.co.uk (consulté le 17 mai 2017)
  8. a et b (en) John Simkin, « Edith Downing », sur Spartacus Educational, 1997, màj 2020
  9. a et b Diane Atkinson, Rise up, women! : the remarkable lives of the suffragettes, Bloomsbury, (ISBN 9781408844045).
  10. « Priest House Suffragette Handkerchief », Sussex Past (consulté le 30 décembre 2019)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Diane Atkinson, Rise up, women! : the remarkable lives of the suffragettes, Bloomsbury, (ISBN 9781408844045).
  • Elizabeth Crawford, The Women's Suffrage Movement : A Reference Guide 1866-1928, Routledge, , 804 p. (ISBN 0415239265).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]