Eben Alexander III

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Eben Alexander III
Naissance
Charlotte (Caroline du Nord)
Nationalité Américain
Diplôme Université de Caroline du Nord

Eben Alexander III, né le à Charlotte (Caroline du Nord), est un neurochirurgien américain auteur du best-seller Proof of Heaven: A Neurosurgeon's Journey into the Afterlife dans lequel il décrit son expérience de mort imminente de 2008 et affirme que son cas prouve que la conscience peut se produire en absence d'activité cérébrale. Selon lui, la science peut et doit déterminer si l'au-delà existe réellement. Ce livre controversé a été publié en français sous le titre La preuve du Paradis - Voyage d'un Neurochirurgien dans l'après-vie.

Biographie et éducation[modifier | modifier le code]

Alexander est le fils adoptif d'une famille de savants, juristes et médecins[1]. Sa scolarité s'est déroulée à la Phillips Exeter Academy (classe de 1972), à l'University of North Carolina at Chapel Hill (AB, 1975), et à Duke University School of Medicine (MD, 1981). Alexander a était interne en chirurgie générale au Duke University Medical Center, un résident à l'Université Duke, Newcastle (Royaume-Uni) Hôpital général. Il était un résident assistant de recherche au Brigham and Women's Hospital[2] et au Massachusetts General Hospital et est certifié par l'American College of Surgeons (F.A.C.S.).

Carrière[modifier | modifier le code]

Nominations académiques et cliniques[modifier | modifier le code]

Alexander a enseigné au Duke University Medical Center, au Brigham and Women's Hospital, à la Harvard Medical School, l'University of Massachusetts Medical School, et l'University of Virginia Medical School.

Activités professionnelles[modifier | modifier le code]

Alexander est un membre de l'American Medical Association et diverses autres sociétés professionnelles. Il a participé aux comités de lecture de plusieurs revues.

La Preuve du Paradis[modifier | modifier le code]

Contenu[modifier | modifier le code]

Alexander est l'auteur du livre autobiographique Proof of Heaven dans lequel il affirme avoir eu des expériences de mort imminente lors d'une méningite bactérienne qui l'aurait plongé dans un coma en 2008. Selon lui, son expérience prouve que la conscience est indépendante du cerveau, que la mort est une transition, et que l'éternité d'une splendeur parfaite nous attend dans l'au-delà. Depuis la sortie du livre, il a donné des conférences partout dans le monde. Le 21 septembre 2014, Proof of Heaven été sur la liste des Best-seller du New York Times pendant 97 semaines[3].

Critique et réaction[modifier | modifier le code]

Dans une vaste enquête sur le récit d'Alexander et son aspect médical, le magazine Esquire a signalé en août 2013 que, avant la publication de la Preuve de Paradis, Alexander avait été congédié ou suspendu de plusieurs postes hospitaliers, et avait fait l'objet de plusieurs poursuites pour faute professionnelle, dont au moins deux impliquant la modification des dossiers médicaux pour couvrir une erreur médicale[4],[5].

Le magazine a également trouvé lors de son enquête des divergences avec ce qu'affirme Alexander dans son livre. Parmi les divergences, selon un compte rendu de l'article Esquire dans Forbes, Alexander écrit qu'il a plongé dans le coma à la suite d'une méningite bactérienne grave qui lui a attaqué le cortex. Le médecin urgentiste affirme par contre que le coma a été médicalement induit et le patient était conscient, mais délirant "[5],[4],[6].

Le médecin Jean-Pierre Jourdan, président de l'association IANDS-France, souligne par ailleurs qu'une méningite est une inflammation des méninges qui n'affecte pas le cortex. On parle dans ce cas d'encéphalite. Il ajoute que si le cortex avait été touché par E. coli, il en aurait gardé des séquelles graves, le cortex étant un tissus qui ne se régénère pas. Tout ceci suggère une dramatisation dans le but de servir l'hypothèse d'une conscience extra-neuronale[7]. Alexander a publié une déclaration après la publication de l'article d'Esquire : « J'ai écrit un récit véridique de mes expériences dans Proof of Heaven et j'ai reconnu dans le livre autant mes réalisations professionnelles et personnelles que mes déboires, je maintiens chaque mot de ce livre et ai fait de ce message mon but de vie. L'article cynique d'Esquire déforme les faits de ma carrière de 25 ans en tant que neurochirurgien et est un exemple classique de la façon dont les affirmations et les informations montées en épingle peuvent être assemblés au détriment de la vérité»[6] . Le livre d'Alexander a été critiqué par le scientifique Sam Harris qui décrit le compte-rendu de l'EMI d'Alexandre (chronique dans Newsweek, octobre 2012) comme « inquietemment non scientifique » et que « tout - absolument tout - dans le compte d'Alexander repose sur des affirmations répétées que ses visions du ciel produite lorsque son cortex cérébral a été «arrêté», «inactivé», «complètement éteint», «totalement déconnecté» et « assommé par une complète inactivité ». La preuve qu'il fournit pour cette assertion est non seulement inadéquate - elle suggère qu'il ne sait rien au sujet de la science du cerveau »[8]. « Même dans les cas où le cerveau est soupçonné de s'être arrêté, son activité doit se rétablir si le sujet est de survivre et de décrire l'expérience. Dans de tels cas, il n'y a généralement pas de moyen d'établir que l'EMI a eu lieu alors que le cerveau était déconnecté. » [9] Le neurologue et écrivain Oliver Sacks est en accord avec Harris en disant que « le fait de nier la possibilité d'une explication naturelle pour une NDE, comme le Dr Alexander le fait, est plus que non scientifique, c'est anti-scientifique "..." La seule hypothèse la plus plausible dans le cas du Dr Alexander ... est que son EMI n'est pas produite durant le coma, mais à l'interface du coma lorsque son cortex était en pleine fonction (lorsque les médecins le sortait temporairement du coma). Il est curieux qu'il ne permet pas cette explication évidente et naturelle, mais insiste plutôt sur une expérience surnaturel. » [10] En novembre 2012, Alexander a répondu aux critiques dans un second article de Newsweek : « Les critiques ont maintenu que mon expérience de mort imminente, comme des expériences similaires d'autres avant moi ont revendiqué, était une illusion fondée sur le cerveau concocté par mes synapses seulement après qu'ils avaient en quelque sorte récupérés de l'attaque d'une semaine la formation de cloques. [...] Je ai aussi connu cette période de transition, quand mon esprit a commencé à reprendre conscience: je me souviens un cauchemar paranoïaque vivante dans laquelle ma femme et les médecins ont essayé de me tuer, et je ne fus sauvé d'une mort certaine par un couple de ninja après avoir été poussé d'un hôpital du cancer de 60 étages dans le sud de la Floride. Mais cette période de désorientation et de l'illusion avait absolument rien à voir avec ce qui est arrivé à moi avant mon cortex a commencé à récupérer : la période, qui est, quand il a été arrêté et incapable de soutenir la conscience du tout. Pendant cette période, je vécus quelque chose de très similaire à ce que d'innombrables autres personnes qui ont vécu des expériences de mort imminente ont été témoins: la transition vers un royaume au-delà du physique, et un vaste élargissement de ma conscience. La seule vraie différence entre mon expérience et les autres est que mon cerveau était, essentiellement, plus mort que le leur[11]. »

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Renown neurosurgeon Eben Alexander Dies at 91(2004) », Wake Forest Baptist Medical Center (consulté le 30 avril 2014)
  2. « Dr. Eben Alexander – NDE », NDE Stories (consulté le 5 janvier 2014)
  3. « Best Sellers », Paperback Nonfiction, The New York Times,‎ (lire en ligne)
  4. a et b Luke Dittrich, « The Prophet: An Investigation of Eben ALexander, Author of the Blockbuster "Proof of Heaven" », Esquire, New York City, Hearst Communications, Inc.,‎ , pp 88–95, 125–126, 128 (lire en ligne) Page 95: "On August 6, 2008, the patient filed a $3 million lawsuit against Alexander, accusing him of negligence, battery, spoliation, and fraud. The purported cover-up, the changes Alexander had made to the surgical report, was a major aspect of the suit. Once again, a lawyer was accusing Alexander of altering the historical record when the historical record didn't fit the story he wanted to tell."
  5. a et b « Was 'Proof of Heaven' author hallucinating? », Daily Mail, London,‎ (lire en ligne) Daily Mail Online, Published July 2, 2013. Includes photos of the Esquire magazine August 2013 cover and the article's author, contributing editor Luke Dittrich, and a response from Alexander on the controversy.
  6. a et b Jeff Bercovici, « Esquire Unearths 'Proof of Heaven' Author's Credibility Problems », {{Article}} : paramètre « périodique » manquant, Forbes, paramètre « année » ou « date » manquant (lire en ligne)
  7. http://iands-france.org.pagesperso-orange.fr/res_reflex.html
  8. Harris, Sam (October 12, 2012), “This Must Be Heaven’’ @ SamHarris.com.
  9. Sam Harris, « Science on the Brink of Death »,‎ (consulté le 26 novembre 2012)
  10. Sacks, Oliver, “Seeing God in the Third Millennium”, The Atlantic Monthly (December 12, 2012).
  11. Eben Alexander, « The Science of Heaven », {{Article}} : paramètre « périodique » manquant, Newsweek,‎ (lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]