EPH (entreprise)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Energetický a průmyslový holding (EPH)
logo de EPH (entreprise)

Création [1]Voir et modifier les données sur Wikidata
Forme juridique Société par actions de droit tchèque (en)[1]Voir et modifier les données sur Wikidata
Siège social Prague
Drapeau de la République tchèque République tchèque
Direction Daniel Křetínský[1]Voir et modifier les données sur Wikidata
Actionnaires EP Corporate Group (d) (53 %), EP Investment II (d) (3 %) et Kukana Enterprises (d) (44 %)Voir et modifier les données sur Wikidata
Activité Secteur énergétique[2]Voir et modifier les données sur Wikidata
Filiales EP Power Europe (d), EP Infrastructure (d), EPPE Germany (d), EP Produzione (d), MIBRAG (d), EP Coal Trading (d), EP Logistics International (d), EPH Financing CZ (d), EOP & HOKA (d), LokoTrain (d), Spedica Group Companies (d), SPEDICA LOGISTIC (d), RAILSPED (d), RM Lines (d), SPEDICA (d), DCR Investment (d), EP Real Estate (d), EP Energy (d), Pražská teplárenská (d), PT měření (d), Pražská teplárenská Holding (d), EVO - Komořany (d), Severočeská teplárenská (d), EP Sourcing (d), EP Energy Trading (d), VTE Moldava II (d), Greeninvest Energy (d), POWERSUN (d), Elektrárny Opatovice (d), SSE CZ (d), EP Cargo (d), Budapesti Erőmű (d), Plzeňská teplárenská (d), Plzeňská teplárenská SERVIS IN (d), SPP Storage (d), GazelEnergie et EPIF Investments (d)
Effectif 11 281 ()[3]Voir et modifier les données sur Wikidata
Site web www.epholding.cz
www.epholding.cz/enVoir et modifier les données sur Wikidata
Chiffre d'affaires 223 896 095 000 couronne tchèque ()[3] et 8 531 000 000 d’euros ()[3]Voir et modifier les données sur Wikidata
Résultat net 43 461 720 000 couronne tchèque ()[3] et 1 656 000 000 d’euros ()[3]Voir et modifier les données sur Wikidata

Energetický a průmyslový holding (EPH, grosso modo "holding énergétique et industrielle" en français) est une entreprise tchèque de production et de distribution d'électricité d'origine thermique.

Histoire[modifier | modifier le code]

Elle est fondée en 2009 en tant que filiale à 67 % des fonds d'investissement J&T et PPF.

En , EPH acquiert Slovak gas, une coentreprise entre Engie et E.ON pour environ 2,6 milliards d'euros. Slovak gas ayant notamment une participation de 49 % dans Slovensky Plynarensky Priemysel (SPP)[4],[5].

En , EDF vend sa participation de 49 % dans Stredoslovenská energetika (SSE) à EPH pour environ 400 millions d'euros[6].

En , PPF vend sa participation de 40 % dans EPH pour un montant inconnu, mais estimé à 1,1 milliard d'euros. Daniel Kretinsky, le directeur général de EPH, et qui détenait déjà 20 % d'EPH voit sa participation monter à 37 %, Patrik Tkac prend également une participation de 37 % et J&T vend également une partie de ses actions pour passer à une participation de 26 %[7].

En , EPH acquiert la centrale thermique Eggborough située au Royaume-Uni[8].

En , E.ON vend ses activités thermiques en Italie représentant 4 500 MW à EPH pour un prix estimé entre 500 et 600 millions d'euros[9].

En , EPH acquiert à EDF sa participation de 95 % dans Budapesti Erőmű comprenant trois unités de cogénération[10].

En , Enel annonce la vente de sa participation de 66 % dans Slovenske Elektrarne à EPH pour 750 millions d'euros[11].

En , RWE vend sa centrale de Lynemouth situé en Angleterre et ayant une capacité de 420 MW à EPH pour un montant inconnu[12].

En , Vattenfall annonce la vente de ses activités dans les énergies fossiles et charbonnières en Allemagne à EPH pour un montant symbolique. De plus, Vattenfall est contraint de verser 1,7 milliard de dollars à EPH pour compenser les déficits futurs de ces activités, bien que leur valeur comptable soit de 3,4 milliards d'euros. La vente de ces activités thermiques réduit d'environ 30 % la capacité de production de Vattenfall, mais réduit en même temps de 70 % ses émissions à gaz à effet de serre[13],[8].

En juillet 2019, Uniper annonce la finalisation de la vente à EPH de l'ensemble de ses activités françaises, notamment de ses deux centrales à charbon à Gardanne (Bouches-du-Rhône) et Saint-Avold (Moselle), appelées à être fermées, ainsi que des parcs éoliens et solaires[14].

EPH détient 49% d'Eurstream - l'état slovaque 51% - , le plus grand transporteur de gaz russe vers l'Union européenne[15].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c Energetický a průmyslový holding, a.s. Annual Report 2016, (rapport annuel), Voir et modifier les données sur Wikidata
  2. Energetický a průmyslový holding, a.s. Konsolidovaná výroční zpráva za rok 2017, (rapport annuel), , [lire en ligne]Voir et modifier les données sur Wikidata
  3. a b c d et e rapport annuelVoir et modifier les données sur Wikidata
  4. Czechs in €2.6bn Slovak gas deal, Jan Cienski, Financial Times, 15 janvier 2013
  5. EP Holding to Buy Slovak Gas Stake From EON, GDF ‘Within Days’, Ladka Bauerova, Bloomberg, 8 janvier 2013
  6. EDF : Accord définitif pour la vente de 49 % dans Stredoslovenská energetika (SSE) à EPH, Capital.fr, 27 mai 2013
  7. PPF to sell stake in Czech energy firm EPH, Reuters, 19 juin 2014
  8. a et b RWE sells Lynemouth power plant to EPH ahead of biomass conversion, Emily Gosden, Telegraph, 7 janvier 2016
  9. E.ON sells most of Italian business to Czech-based EPH, Reuters, 12 janvier 2015
  10. EDF and EP Energy sign definitive agreement for the sale of 95.6% of Budapesti Erőmű Zrt., EDF, 1er juillet 2015
  11. Enel sells stake in Slovak power group, including nuclear plant, to EPH, Tatiana Jancarikova et Jan Lopatka, Reuters, 18 décembre 2015
  12. Germany's RWE sells Lynemouth power plant to EPH, Reuters, 7 janvier 2016
  13. Vattenfall sells German lignite assets to Czech EPH, Johan Sennero et Jan Lopatka, Reuters, 18 avril 2016
  14. EPH: le milliardaire tchèque Daniel Kretinsky reprend les activités françaises d'Uniper, Connaissance des énergies, 4 juillet 2019.
  15. Gaby Khazalová, Lucie Čejková et Daniel Kotecký, « Le gaz russe, poule aux œufs d’or de Daniel Křetínský » Accès libre, Alternatives Économiques, (consulté le )