Duché du Palatinat-Neubourg

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Duché du Palatinat-Neuburg)
Aller à : navigation, rechercher
Duché de Palatinat-Neubourg
Herzogtum Pfalz-Neuburg (allemand)

1505–1808

Blason
Informations générales
Statut duché immédiat du Saint-Empire
Capitale Neubourg sur le Danube
Histoire et événements
1505 Création
1556 passage à la branche de Palatinat-Deux-Ponts
1569 première séparation du duché de Palatinat-Soulzbach
1614 deuxième séparation du duché de Palatinat-Soulzbach
1808 fondu dans le royaume de Bavière

Entités précédentes :

Entités suivantes :

Le duché de Palatinat-Neubourg, parfois aussi appelé le Nouveau Palatinat (Junge Pfalz), est un ancien État du Saint-Empire romain germanique qui a été créé en 1505 à la suite de la guerre de succession de Landshut. Neubourg-sur-le-Danube fut choisie comme capitale. Il fut donné aux enfants de Robert de Palatinat (fils du comte-électeur Philippe Ier du Palatinat) et d'Elisabeth de Bavière-Landshut, les princes Othon-Henri et Philippe (n'ayant pu hériter de la totalité des terre de leur grand-père maternel, le dernier duc de Bavière-Landshut, Georges le Riche, les deux princes avaient reçu en compensation des terres indivises dans le nord de l'ancien duché, qui sont devenues le Palatinat-Neubourg). Philippe fut évincé par son frère qui régna seul à partir de 1541. La mort de leur oncle Frédéric II, en 1556, permet à Othon-Henri de devenir électeur palatin. À la mort de l'Électeur Othon-Henri en 1559, ses possessions sont partagées au Traité de Heidelberg : le Palatinat revient à la lignée des Palatinat-Simmern et le duché de Palatinat-Neubourg à Wolfgang de Bavière, déjà duc de Deux-Ponts.

Le duché est partagé par deux fois : une première fois en 1569 ( à la mort de Wolfgang de Bavière ses possessions sont partagées entre ses fils, mais à la mort sans héritiers du comte palatin de Soulzbach en 1604, le duché est réunifié en faveur de Philippe Louis de Neubourg, fils de Wolfgang de Bavière).

La deuxième partition a lieu en 1614 à la mort du duc Philippe-Louis, et Soulzbach est à nouveau séparée du reste du duché pour constituer un comté en faveur d'Auguste de Palatinat, fils cadet de Philippe-Louis. Le reste du duché revient à Wolfgang Guillaume de Wittelsbach, le fils aîné de Philippe-Louis, ainsi que les duchés de Juliers et de Berg. Le duché passe à la Réforme en 1543, mais revient dans le giron catholique en 1617, ce qui lui évite d'être ravagé durant la guerre de Trente Ans.

La branche des ducs de Palatinat-Soulzbach définitivement séparée des ducs de Palatinat-Neubourg, ceux-ci héritent du Palatinat électoral à l'extinction de la branche de Palatinat-Simmern, qui survient à la mort de Charles II du Palatinat en 1685 : alors Philippe Guillaume de Wittelsbach-Neubourg, duc de Palatinat-Neubourg, de Juliers et de Berg, fils de Wolfgang Guillaume de Wittelsbach, devient électeur palatin. La lignée des ducs de Palatinat-Neubourg s'éteint en 1742, et toutes les possessions de cette branche (Palatinat électoral, Palatinat-Neubourg Juliers et Berg) reviennent à la branche cadette des ducs de Sulzbach (Charles-Théodore). En 1777, la mort sans héritier mâle de l'électeur Maximilien III Joseph de Bavière, après des tentatives d'échanges territoriaux avec la maison d'Autriche, permet la réunion de la quasi-totalité des terres de la maison de Bavière sous un seul sceptre. L'ensemble de ces principautés passe à nouveau dans une branche cadette en 1799 (les Palatinat-Deux-Ponts-Birkenfeld-Bischwiller, avec Maximilien), qui donnera la lignée des rois de Bavière. En 1808, le duché est finalement intégré dans le nouveau royaume de Bavière.

Comtes palatins de Neubourg[modifier | modifier le code]