Dominique Martin-Ferrari

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Dominique Martin-Ferrari
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nationalité
Activité
Autres informations
Parti politique

Dominique Martin-Ferrari, née le à Vitry-le-François, est une journaliste, documentariste et productrice française. Également militante écologique, elle s'engage dans les années 1971 (élections municipales/Dunkerque) dans la protection de l'environnement et la sensibilisation du grand public sur les questions écologiques. Durant cette période elle participe plusieurs fois aux élections locales dans le dunkerquois.

À partir de 1996, elle produira pendant près de dix ans, le magazine Gaïa, le rendez-vous du développement durable diffusé sur France 5 jusqu'en 2005.

Biographie[modifier | modifier le code]

Dominique Martin Ferrari est diplômée de la faculté de Nancy en lettres classiques, et en philosophie. Elle commence sa carrière en tant qu'enseignante à Dunkerque (1971 à 1981), avant de se consacrer au journalisme. Elle participe aux événements de 1968 et en garde cette volonté d’indépendance et une grande sensibilisation aux luttes sociales. Elle fait partie du comité de rédaction de la revue « la Querelle Revanche ». Durant cette période elle sera plusieurs fois candidate aux municipales et aux législatives sur liste PSU, puis écologiste.

En 1978, elle participe à la campagne présidentielle de Brice Lalonde en collaborant à l’écriture du programme « le Pouvoir de Vivre » et prend des responsabilités au sein des Amis de la Terre où elle sera secrétaire nationale pendant dix ans. Elle prend ses distances avec la politique à la création du parti Vert, et opte pour le recentrage associatif. Elle conduit avec Pierre Samuel, président des Amis de la Terre, les campagnes sur les pluies acides, le trou dans la couche d’ozone, la déforestation des forêts tropicales, la naissance des biotechnologies. Elle crée l’association « solidarité Forêts ».

Ayant abandonné l’enseignement, elle devient journaliste pigiste et se spécialise dans les sciences, notamment de l'environnement, et collabore à de nombreux titres de la presse écrite: le trimestriel du Canard Enchaîné, l'Express, Ça m'intéresse, Géo, Science et Vie, Science et Avenir, Entreprises Agricoles. En 1992, elle produit sur RFI le magazine "nous n'avons qu'une terre" .

1988-1991 : trois ans de cabinet ministériel[modifier | modifier le code]

Michel Rocard, lors du premier gouvernement Mitterrand, appelle Brice Lalonde comme Ministre de l’Environnement. Elle entre au cabinet comme chargée de mission responsable de la communication et des organisations non gouvernementales, participant à la grande préparation du sommet de Rio et restera proche de Brice Lalonde et participera à la création de Génération écologie jusqu’aux européennes de 1994.

Elle abandonne la politique par déontologie, et en désaccord avec les engagements pris par les Verts et par GE. À partir de 1991, elle produit l'émission "Nous n'avons qu'une terre" sur Radio France International, une émission hebdomadaire qui restera cinq ans à l’antenne.

Productrice / Réalisatrice / chef d'entreprise[modifier | modifier le code]

En 1993, elle crée sa société de production : l'Agence Environnement développement (AED). Malgré le Sommet de Rio (1992) on ne parle pas encore de Développement Durable. Elle lance la lettre « Options Futur », mensuelle sur abonnement. En 1995, Jean-Marie Cavada percevant l'intérêt de la nouvelle réflexion sur le développement durable, lui confie le magazine Gaïa, le rendez-vous du développement durable diffusé sur La Cinquième puis France 5. Il restera dix ans à l'antenne, soit une production d'environ 120 documentaires de 26’ sur les grandes questions nationales et internationales du développement durable. Une des plus belles collections d'archives sur ce thème en France. De nombreux réalisateurs et journalistes seront formés au creuset d'AED et elle aura le plaisir de travailler avec Hervé Guerin, Hervé Cauchy, Luc Laventure.

Elle collabore à de nombreuses réflexions et études sur la place de l'environnement dans les médias et sur l'émergence du multimédia et notamment participe à la création de l'Université de la Communication d'ACCID. Après l'arrêt de Gaïa sur France 5, elle décide de se lancer dans le mouvement du média internet qui se dessine, en créant « Gaïa, la chaîne du développement durable » consacrée au développement durable et à la diversité culturelle, la diffusion commence en septembre 2006.

En 2008, elle est chargée par France ô de produire Ô ma planète, 26 émissions hebdomadaire de 52' présentée par Stéphane Pocrain, et la série Porte à porte sur la diversité culturelle à Paris.

2011 : Elle crée l'association loi 1901 « média pep’s » consacrée à l'analyse de la crise des médias, au développement d'internet et à la relance de la revue « Options Futurs » (options pour des futurs), lettre mensuelle consacrée à la géostratégie du développement durable. En 2012, elle produit un coffret de quinze heures d'images "mémoires Rio+20" portant sur la Convention climat, biodiversité et les villes. Elle collabore à l'ouvrage collectif dirigé par Cynthia Fleury : "réconcilier la société et la biodiversité" (chapitre media) Elle alimente régulièrement trois scoop it: mediapeps, options futurs rio+20, gaia network, anime les "Ateliers sur la ville" et les "cercles de lecture "de l'association mediapeps dont la présidente est Muriel Labrousse. Elle est responsable de la rubrique environnement d'Outremer le mag, et vice présidente de l'association des journalistes environnement (AJE).

Filmographie[modifier | modifier le code]

  • 30 ans l’âge mûr du mouvement écologiste
  • La guerre des semences
  • Vie et mort du corail prix de la vie marine
  • La fin des surgénérateurs
  • Centrales nucléaires : un démantèlement trop silencieux
  • Hué la Celeste
  • Le volcan de la Réunion
  • Le jardin du Rayol
  • Adieu, veaux, vaches, cochons...
  • Terroirs et cours de ferme (série)
  • Afghanistan : quand la terre refleurira
  • Les OGM en débat
  • Géopolis et Cap en coproduction avec RFO
  • Sur les traces de Jules Crevaux
  • Panthéon des mémoires noires
  • Guadeloupe: temps incertains...
  • Noires mémoires de François Rabaté
  • L'Afrique se mobilise contre le Sida
  • Portraits d’outremer (série de 20x26')
  • Mystères d'Hier et d'Aujourd'hui

Récompenses[modifier | modifier le code]

  • Prix du festival international de l’environnement IDF (30 ans l’âge mûr du mouvement écologiste)
  • Prix nature (La guerre des semences)
  • Prix de la vie marine (Vie et mort du corail prix de la vie marine)

Nominations[modifier | modifier le code]

  • Membre de la Commission Française du Développement Durable
  • Vice-présidente de l'Association des Journalistes-Écrivains pour la Nature et l'Écologie (JNE)
  • Membre du Comité 21
  • Membre du bureau de l’AJE
  • Membre de l’association « les nains de jardin » (ADOME)

Décorations[modifier | modifier le code]

  • Chevalier de la Légion d'Honneur.