Dominique Lacombe

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Ceci est la version actuelle de cette page, en date du 5 décembre 2019 à 13:43 et modifiée en dernier par Bot de pluie (discuter | contributions). L'URL présente est un lien permanent vers cette version.
(diff) ← Version précédente | Voir la version actuelle (diff) | Version suivante → (diff)

Dominique Lacombe
Biographie
Naissance
Montrejeau
Décès
Angoulême
Évêque de l’Église catholique
Consécration épiscopale
Évêque concordataire d'Angoulême
Évêque constitutionnel de la Gironde
Autres fonctions
Fonction laïque
Député à l'Assemblée législative

(en) Notice sur www.catholic-hierarchy.org

Dominique Lacombe, né le à Montréjeau (Haute-Garonne) et mort le à Angoulême, était un évêque constitutionnel puis concordataire.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né à Montréjeau le , il fit ses études chez les Doctrinaires de Tarbes et entra dans cette congrégation.

Principal du collège de Guyenne à Bordeaux en 1788, il se montra partisan enthousiaste de la Révolution, fut élu curé constitutionnel de Saint-Paul à Bordeaux.

Le , il fut élu député de la Gironde à l'Assemblée législative. Il donna sa démission de député le , au lendemain du décret qui interdisait le costume ecclésiastique. De retour à Bordeaux, il prononça dans son église un discours contre le divorce (1793) et sauva la vie à plusieurs proscrits fédéralistes, parmi lesquels Isaac Tarteyron de Ganges, chef du parti protestant.

Du à 1801 il fut élu évêque métropolitain de la Gironde.

Il tint à Bordeaux en 1801 un concile provincial, et assista, la même année, au concile constitutionnel de Paris.

Il accepta le concordat de 1801, fut nommé en 1802 évêque d'Angoulême, et, bien qu'il eût refusé de rétracter le serment qu'il avait prêté à la constitution civile du clergé, reçut de Rome ses bulles, sur l'insistance particulière du gouvernement français. L'évêque d'Angoulême soutint l'empereur contre le pape en toute circonstance, et ne laissa échapper aucune occasion de le célébrer.

À la seconde Restauration, de nombreuses plaintes s'élevèrent contre lui ; il refusa obstinément de donner sa démission.

Dominique Lacombe mourut subitement, le , à l’âge de 74 ans ; les libéraux disputèrent son cercueil aux élèves du séminaire, et il fallut d'assez longues négociations pour pouvoir l'enterrer dans le caveau des évêques à la cathédrale.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]