Dolmen du Pré d'Air

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Dolmen du Pré d'Air
Image illustrative de l’article Dolmen du Pré d'Air
Vue générale de l'édifice
Présentation
Type Dolmen
Période Néolithique
Faciès culturel Mégalithisme
Caractéristiques
Matériaux Pierres
Géographie
Coordonnées 47° 05′ 53,7″ nord, 2° 03′ 58,3″ ouest
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Loire-Atlantique
Commune Pornic

Géolocalisation sur la carte : Loire-Atlantique

(Voir situation sur carte : Loire-Atlantique)
Dolmen du Pré d'Air

Le dolmen du Pré d'Air (parfois orthographié dolmen du Prédaire) est un dolmen situé sur la commune de Pornic, dans le département de la Loire-Atlantique, en France.

Il est classé à l'inventaire des monuments historiques depuis 1983[1].

Dolmen de la Pierre Creusée[modifier | modifier le code]

Pierre creusée en auge située à l'entrée de l'édifice

Le site est situé dans un champ près de la côte sud de Pornic, à mi-chemin du Dolmen de la Joselière et du lieu-dit La Boutinadière. De Wismes le nomme d'ailleurs «Monument dit de la Boutinadière, ou des soixante et dix pas de tour»[2], ce qui pourrait prêter à confusion avec le monument mégalithique actuellement dénommé sous le nom d'Allée couverte de la Boutinardière, mais de Wismes précise bien que «c'est celui où se trouve la pierre à bassin»[2], caractéristique qui lui a valu aussi le nom de dolmen de la Pierre Creusée.

Quant à Pitre de Lisle du Dréneuc, il mentionne qu'«au-devant de l'entrée se trouve une large pierre que l'on a commencé à creuser en forme d'auge. Les pierres taillées de cette façon ne sont point rares dans les fermes du pays [...] et l'on obtient ainsi à peu de frais des timbres pour abreuver les bestiaux»[3].

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Ce dolmen appartient au groupe des dolmens transeptés connus de part et d'autre de l'estuaire de la Loire. Il n'en demeure plus que les orthostates de granit délimitant les contours, le cairn et les tables qui recouvraient l'allée ont disparu. Il est composé de trois chambres, les deux premières chambres latérales mesurant 2,75 m sur 1,75 m sont situées de part et d'autre du couloir d'accès, la dernière axiale au fond du couloir, mesurant 2,25 m sur 2 m. Curieusement, la chambre terminale est donc moins vaste que les deux chambres latérales.

Par son architecture et ses dimensions, il est à rapprocher de l'architecture du Tumulus des Mousseaux à Pornic et du Dolmen du Riholo à Herbignac[4].

Mobilier funéraire[modifier | modifier le code]

Le mobilier funéraire découvert par de Wismes en 1878 est conservé au musée Dobrée de Nantes. Il se compose[5] :

  • d'une pendeloque ovale en fibrolithe (n°inventaire 876.3.13) et d'une pendeloque ronde ;
  • de deux poignards/couteaux en silex (n°inventaire 876.3.14 et 876.3.15) du Grand Pressigny[4] ;
  • une petite hache et un fragment de hache (n°inventaire 876.3.18) ;
  • de fragments de poterie et d'éclats de silex.


Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Notice no PA00108775, base Mérimée, ministère français de la Culture
  2. a et b Baron de Wismes, « Le tumulus des Trois Squelettes à Pornic (Loire-Inférieure) », Bulletin de la Société archéologique de Nantes et du département de la Loire-inférieure,‎ , p. 199-271
  3. Pitre de Lisle du Dréneuc, Dictionnaire archéologique de la Loire-Inférieure (époques celtique, gauloise et gallo-romaine), Nantes, V. Forest et E. Grimaud, , 313 p.
  4. a et b L'Helgouach 1996, p. 14 op. cit.
  5. Jean L'Helgouach et Henri Poulain, « Le cairn des Mousseaux à Pornic et les tombes mégalithiques transeptées de l'estuaire de la Loire », Revue archéologique de l'ouest, no Tome 1,‎ , pp. 15-32 (lire en ligne)


Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean L'Helgouach, Mégalithes en Loire-Atlantique, Nantes, Association d'Études Préhistoriques et Historiques des Pays de la Loire, , 24 p. (ISBN 2-905407-01-8)

Liens internes[modifier | modifier le code]