Doctrine Dahiya

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La Doctrine Dahiya est une doctrine militaire formulée par le général israélien Gadi Eizenkot (en) qui se rapporte au contexte de guerre asymétrique en milieu urbain, et prone un usage de la force « disproportionné » au cours de représailles contre des zones civiles servant de base à des attaques, dans un but de dissuasion.

Cette doctrine porte le nom du quartier chiite d'habitations de Beyrouth qui abritait un bastion du Hezbollah avant d'être rasé par l'aviation israélienne au cours du conflit israélo-libanais de 2006.

La première formulation publique de cette doctrine eut lieu en octobre 2008, dans une interview à l'agence Reuters au cours de laquelle le général Eizenkot déclare :

« Ce qui est arrivé au quartier Dahiya de Beyrouth en 2006 arrivera à tous les villages qui servent de base à des tirs contre Israël. [...] Nous ferons un usage de la force disproportionné [sur ces zones] et y causeront de grands dommages et destructions. De notre point de vue, il ne s'agit pas de villages civils, mais de bases militaires. [...] Il ne s'agit pas d'une recommandation, mais d'un plan, et il a été approuvé. [...] S'en prendre à la population est le seul moyen de retenir Nasrallah[1],[2]. »

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Yediot Aharonot, 10/03/2008 : Israel warns Hizbullah: war would invite destruction
  2. David Hirst, Beware of small states : Lebanon, battleground of the Middle-East, Nation Books, 2010, 396