Dobésilate de calcium

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Dobésilate de calcium
Image illustrative de l’article Dobésilate de calcium
Image illustrative de l’article Dobésilate de calcium
Identification
Nom UICPA 2,5-dihydroxybenzènesulfonate de calcium
No ECHA 100.039.559
Code ATC C05BX01
PubChem 29963
InChI
Propriétés chimiques
Formule brute Ca(C6H5O5S)2
Masse molaire 418,4098 g/mol

Unités du SI et CNTP, sauf indication contraire.

Le dobésilate de calcium est une molécule synthétique composée de sel calcique de dobésilate. Il est utilisé comme médicament de type veinotonique et a été proposé dans le traitement de l'insuffisance veineuse, de la pathologie hémorroïdaire et de la rétinopathie diabétique.

Efficacité[modifier | modifier le code]

Dans l'insuffisance veineuse, il a probablement un effet symptomatique, notamment sur l'œdème[1]. Dans la pathologie hémorroïdaire, il aurait un effet sur les symptômes[2]. Dans la rétinopathie diabétique, il ne prévient pas l'apparition d'une maculopathie[3]. Dans les microangiopathies, il a été démontré une diminution de la progression tant de la rétinopathie diabétique[4] que de la néphropathie diabétique[5].

Tolérance[modifier | modifier le code]

Concernant les effets indésirables, dans de rares cas de la fièvre, des troubles digestifs (nausée, diarrhée), des douleurs articulaires et dans de très rares cas, une agranulocytose ont été rapportés[6]. La présence de sulfite induit un possible risque de réactions allergiques, anaphylactiques et de bronchospasme[6]. C'est un médicament globalement bien toléré, les quelques cas d'agranulocytose pourraient être attribués à des biais méthodologiques[7].

Situation en France[modifier | modifier le code]

En France, ce médicament est commercialisé sous le nom Doxium et a une autorisation de mise sur le marché pour les deux indications suivantes[6] :

  • amélioration des symptômes en rapport avec l'insuffisance veinolymphatique ;
  • utilisation dans les baisses d'acuité et troubles du champ visuel présumés d'origine vasculaire.

Son service médical rendu est classé insuffisant en 2005 pour ces deux indications[6].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en)Rabe E, Calcium dobesilate in patients suffering from chronic venous insufficiency: a double-blind, placebo-controlled, clinical trial, Phlebology, 2011 (lien pubmed)
  2. (en)Mentes BB, Efficacy of calcium dobesilate in treating acute attacks of hemorrhoidal disease, Dis. colon rectum, 2001 (lien pubmed)
  3. (en)Haritoglou C, Effect of calcium dobesilate on occurrence of diabetic macular oedema (CALDIRET study): randomised, double-blind, placebo-controlled, multicentre trial, Lancet, 2009 (lien pubmed)
  4. (en) XinYuan Zhang, Wei Liu, ShanShan Wu et JingLong Jin, « Calcium dobesilate for diabetic retinopathy: a systematic review and meta-analysis », Science China Life Sciences, vol. 58, no 1,‎ , p. 101–107 (ISSN 1674-7305 et 1869-1889, DOI 10.1007/s11427-014-4792-1, lire en ligne, consulté le 5 avril 2020)
  5. (en) Hermann Haller et Linong Ji, « Molecular Mechanisms and Treatment Strategies in Diabetic Nephropathy: New Avenues for Calcium Dobesilate—Free Radical Scavenger and Growth Factor Inhibition », sur BioMed Research International, (PMID 29082239, PMCID PMC5634607, DOI 10.1155/2017/1909258, consulté le 5 avril 2020)
  6. a b c et d Haute autorité de santé, commission de transparence, Avis, 11 mai 2005 ([PDF]lien HAS)
  7. (en)Allain H, Safety of calcium dobesilate in chronic venous disease, diabetic retinopathy and haemorrhoids, Drug saf., 2004 (lien pubmed)