Discussion:Astrologie sidérale

Une page de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Autres discussions [liste]
  • Suppression
  • Neutralité
  • Droit d'auteur
  • Article de qualité
  • Bon article
  • Lumière sur
  • À faire
  • Archives

Une élite s'appuie sur le zodiaque sidéral ? Et le zodiaque tropical confondu avec les horoscopes des journaux ?[modifier le code]

Y-a-t-il donc une "élite" qui s'appuie sur le zodiaque sidéral ? Cela reste à prouver par d'autres éléments que des monuments !

Le zodiaque "tropical" est celui "diffusé dans les horoscopes des journaux" ? Non, le zodiaque "tropical" (on utilise ce terme - discutable - seulement quand on va évoquer le zodiaque sidéral) n'est pas celui diffusé dans les horoscopes des journaux", mais celui qui utilise la roue des 12 signes égaux sans le décalage appliqué au zodiaque sidéral. Les horoscopes des journaux s'appuient sur le zodiaque "tropical", ils ne le "diffusent" pas.

Il n'est vraiment pas sérieux d'avancer des affirrmations comme celle qui suit et qu'il convient de réécrire :

"De nombreux monuments zodiacaux comme celui situé sur le toit de la Grande Arche de la Défense ou sur la Place du Capitole à Toulouse indiquent qu'une élite s'appuie sur le zodiaque sidéral tandis que le peuple se contente du zodiaque tropical diffusé dans les horoscopes des journaux "

--Gnomon 8 mai 2018 à 23:50 (CEST)

J'ai supprimé tout ce paragraphe, très douteux et non sourcé. On ne vit que deux fois Me contacter 16 avril 2020 à 08:52 (CEST)

Autres points à vérifier[modifier le code]

Me paraissent douteux :

  • "Malgré Ptolémée, tous les astrologues des mondes judéo-chrétien et musulman continuèrent à s'appuyer sur le zodiaque sidéral pour établir leurs horoscopes jusqu'au VIIIe siècle" ;
  • "Les premiers horoscopes calculés à partir du zodiaque tropical ne sont contemporains que du IXe siècle, démontrant au passage l'influence de l'Islam khorassanien dans l'appréhension de l'astrologie saisonnière".

On ne vit que deux fois Me contacter 15 avril 2020 à 18:43 (CEST)

Ces deux affirmations sont tirées de l'ouvrage suivant : Bouriche Patrice, L'histoire secrète de l'astrologie - Tome II (L'hérésie tropicaliste venue du Khorassan), Éditions Autres Talents, , 206 p. Or je crains fort que cette théorie marginale soit circonscrite à cet auteur. En effet, dans son ouvrage A History of Horoscopic Astrology, qui fait autorité, James Herschel Holden déclare aux pages 16 et 95 qu'à partir du IVe siècle, les astrologues antiques ont commencé à utiliser les Tables faciles de Claude Ptolémée, qui se référaient au zodiaque tropical dit fictif par Patrice Bouriche. James Herschel Holden précise, page 43, que les plus anciens thèmes astrologiques calculés à partir des tables de Ptolémée remontent à l'Apotelesmatics (ii. 1) d'Héphaestion de Thèbes (en) écrit vers 415. Il est avéré que sous le règne d'Al-Ma’mūn, Al-Khwârizmî acheva bien, après 813, des tables astronomiques s'appuyant sur le calendrier persan et reprenant des éléments des Tables faciles de Ptolémée, mais ces dernières ont été employées bien plus tôt qu'au IXe siècle. On ne vit que deux fois Me contacter 24 avril 2020 à 17:09 (CEST)
De plus, dans sa section L'Astrologie Hellénistique à la page 61 de son Histoire de l'Astrologie (Éditions Vernal / Philippe Lebaud, (ISBN 978-28-65940-22-6)), qui fait aussi autorité, Wilhelm Knappich écrit : « Après la découverte du phénomène de la précession des équinoxes, on remplaça le zodiaque sidéral par le zodiaque tropique (du grec τροπικός (tropikós), relatif à un tour) commençant avec le point vernal. Ce cercle fut aussitôt (c'est moi qui souligne) utilisé par les interprètes comme une roue du destin et il servit de support à différents thèmes. L'un d'eux évoqué par Aratos (N.B. : vers 270 av. J.-C.) et lié au symbolisme de la nature est incontestable : c'est le cycle des saisons dont les influences sont très marquées. Ce thème qui est à la base du zodiaque est certainement le plus ancien. Sur ce modèle le zodiaque fut divisé en 4 signes cardinaux ou tropiques marquant le début d'une nouvelle saison (Bélier, Cancer, Balance, Capricorne), 4 signes fixes (Taureau, Lion, Scorpion, Verseau) dans lesquels s'affirme le caractère de la saison, chaleur ou froid, et 4 signes mutables (Gémeaux, Vierge, Sagittaire, Poissons) représentant le passage à la saison suivante. ». Le zodiaque des saisons aurait donc une ancienneté incontestable (avant même Ptolémée). Denis Labouré, dans Les origines de l'astrologie (Éditions du Rocher, (ISBN 978-22-68027-31-9), page 65) précise bien que d'autres avaient précédé ce dernier dans sa démarche concernant le zodiaque saisonnier. On ne vit que deux fois Me contacter 25 avril 2020 à 07:07 (CEST)
De fait, précise Denis Labouré (dans Les Origines de l'astrologie, page 77), si, à l'origine, le zodiaque est en pratique sidéral, il est tropical dans l'intention : « prenant pour repère les étoiles fixes, il reçoit des dénominations saisonnières ». Ainsi, dans l'Égypte antique, le calendrier était basé sur le lever héliaque de Sirius (constellation du Lion), annonciateur des crues du Nil, indispensables à la vie du peuple égyptien. La pleine Lune de ce mois, le premier de l'année, prenait place dans le signe opposé, le Verseau, et le symbole de ce signe représente les eaux du Nil (Denis Labouré, Les Origines de l'astrologie, page 74). De même, le signe tropique du Cancer est ainsi dénommé, dans le sens ancien de « crabe », parce qu'à cette période de l'année avait lieu le solstice de juin, où le Soleil (qui se trouvait à la pleine Lune à l'opposé de la Lune par rapport à la Terre) se mettait à rouler à reculons, tel un crabe. On ne vit que deux fois Me contacter 25 avril 2020 à 11:26 (CEST)